AFP

Garbine Muguruza, la victoire de l’audace... à la Serena

Muguruza, la victoire de l’audace... à la Serena

Le 04/06/2016 à 21:59Mis à jour Le 05/06/2016 à 16:43

ROLAND-GARROS - Avec des coups de raquette aussi forts que son mental, Garbine Muguruza s'est imposée à Paris avec autorité. Une marque de fabrique qui n'est pas sans rappeler celle de Serena Williams, son adversaire en finale. Sans doute, le jeu moderne par excellence vers lequel vont tendre les futures meilleures joueuses de la planète.

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

L'histoire du jour

Garbine Muguruza est une joueuse de caractère. Elle sait ce qu’elle veut et ça se voit. Depuis le début de la quinzaine, elle croyait très fort en ses chances de victoire à Roland-Garros. Le penser est une chose, le faire en est une autre. C’est même sacrément culotté lorsque l’on sait qu’elle n’avait encore jamais joué une finale sur terre battue sur le circuit WTA. Et pourtant, elle y est parvenue, qui plus est en remportant la finale face à la tenante du titre et numéro une mondiale. C’est dire si elle ne doute pas d’elle et de ses capacités. Ses années passées à l’académie Bruguera de Barcelone n’ont pas été vaines.

Malgré un début de quinzaine tendu, cette Espagnole d’origine vénézuélienne n’a fait que s’affirmer durant ce tournoi, ce Graal par excellence. Rien qu’à voir son parcours, ça laisse pantois. Elle a perdu le premier set de son premier match face à la Slovaque Anna Karolina Schmiedlova, avant d’enchaîner 14 sets sans en perdre un. Sur son chemin, elle a même éliminé trois vainqueurs en Grand Chelem (Kuznetsova, Stosur et Williams), dont deux ex-lauréate à Paris. La formule, pas de doute, elle l’a trouvée. Et peut-être même que sans cette première finale majeure perdue à Wimbledon, elle n’en serait pas là aujourd’hui.

Vidéo - Muguruza - Williams : les temps forts de la finale

02:30

Son principal atout ? Sa pratique d’un "jeu moderne" par excellence, selon les observateurs : un jeu puissant, agressif à l’échange, un gros service et un mental à toute épreuve. Du haut de ses 22 ans, Muguruza a finalement eu l’audace d’appliquer la recette que développe Serena Williams depuis plusieurs années, avant les autres. L’Espagnole a su parfaitement s’approprier cela aussi grâce à l’apport de Sam Sumyk. Le Breton, qui avait déjà emmené Viktoria Azarenka vers deux titres du Grand Chelem à l’Open d’Australie 2012 et 2013, lui a permis de canaliser son énergie pour aller au bout de l’aventure. Lui aussi avait la bonne formule.

Le plus dur pour Muguruza va maintenant être de confirmer. Elle affirme haut et fort que ce n’est que le début, et on a envie de la croire au vu de qu’elle a montré durant cette quinzaine. Pour elle, la place de numéro un mondiale est un objectif à moyen terme. Avec Sumyk à ses côtés, quel meilleur allié pour y parvenir ? La semaine prochaine, elle sera d’ailleurs numéro deux au classement WTA, à un peu plus de 1500 points de Serena Williams. De quoi réaliser un coup de force d’ici la fin de saison. Si on lui avait dit ça en début d’année, elle ne l’aurait sans doute pas cru… Nous non plus.

Juste pour savoir…

Si elle perd à Wimbledon le dernier titre du Grand Chelem qui reste en sa possession, est-ce que Serena aura le courage de repartir encore au combat ?

Garbine Muguruza est-elle partie pour être aussi populaire que Rafael Nadal ?

S’il perd face à Andy Murray demain en finale, Novak Djokovic se sentira-t-il maudit à Roland-Garros ?

C'est moi ou la pluie a décidé de se tenir tranquille jusqu'au bout ?

Trois stats à retenir

1 – C’est le premier titre sur terre battue pour Garbine Muguruza. Et le troisième en tout dans sa carrière. Auparavant, elle s’était imposée dans des tournois de plus faible envergure : Hobart en 2014 et Pékin en 2015.

2 – Muguruza est devenue la 2e Espagnole de l’ère Open à remporter les Internationaux de France, après Arantxa Sanchez, qui a remporté son 3e et dernier titre à Paris en 1998.

6 – Muguruza est la 6e joueuse depuis 2000 à remporter son premier titre du Grand Chelem à Roland-Garros. Les précédentes étaient Henin (2003), Myskina (2004), Ivanovic (2008), Schiavone (2010) et Li (2011).

Garbiñe Muguruza with the Roland Garros trophy (2016)

Garbiñe Muguruza with the Roland Garros trophy (2016)AFP

0
0