Getty Images

Nos pronos pour la finale : Du suspense ? Quel suspense ?

Nos pronos pour la finale : Du suspense ? Quel suspense ?
Par Eurosport

Le 08/06/2019 à 23:03Mis à jour Le 09/06/2019 à 14:34

ROLAND-GARROS - Comme en 2018, Dominic Thiem et Rafael Nadal ont rendez-vous en finale pour en découdre ce dimanche. Si l'Autrichien a clairement progressé et peut être à même d'embêter l'homme aux 11 sacres parisiens, les journalistes de la rédaction ne croient pas réellement en l'exploit.

Maxime Dupuis : Nadal en 3 sets

Un an après son bizutage face à Rafael Nadal, Dominic Thiem est de retour en finale des Internationaux de France face au même homme. Bizut, il aura sans doute eu le sentiment de l'être encore un peu durant une quinzaine qui fut particulière, à bien des égards. De l'épisode de samedi dernier où il avait été délogé de la salle principale de conférence de presse parce que Serena Williams était la suivante sur la liste, à ce samedi où il a terminé une demie face à un Novak Djokovic qui, sans mauvais jeu de mots, a semblé faire la pluie et le beau temps sur le rythme des débats, Thiem a fait montre d'une sacrée résistance mentale et physique, ce dont on se doutait déjà, soit dit en passant.

Mais dimanche, c'est Rafael Nadal qui se dresse face à lui. Un Rafael Nadal qui a connu un printemps régulier, dans le sens de sa progression et qui, désormais, ressemble à un rempart infranchissable, celui qu'on connaît depuis belle lurette. Kei Nishikori et Roger Federer, ses deux derniers adversaires, peuvent en témoigner. Le Japonais comme le Suisse se sont retrouvés face à un problème insoluble et il n'est pas sûr que l'Autrichien Thiem soit mieux placé pour le résoudre.

Parce que c'est Nadal. Mais parce qu'il y a cette énergie laissée en route depuis jeudi par le numéro 4 mondial. Cela ne serait pas Nadal en face, ce serait jouable. Mais avec le Taureau de Manacor, ce sera une autre paire de manches. Terrasser Nadal, après avoir eu la peau de Djoko, cela reviendrait à atteindre la lune après avoir gravi les cimes de l'Himalaya, en étant repassé par la case niveau de la mer entre-temps. Bref, c'est terriblement excitant. Mais sacrement compliqué.

Vidéo - Nadal a éteint Federer en trois sets et dans le vent : les temps forts de leur demi-finale

02:59

Maxime Battistella : Nadal en 4 sets

L’air de rien, Nadal-Thiem est en train de devenir un classique à Roland-Garros. Depuis plusieurs années, l’Autrichien s’impose comme le prétendant le plus sérieux à la succession de l’Espagnol. Seulement, à 33 ans, ce dernier n’a nullement l’intention de laisser son trône vacant. Et il faut bien le reconnaître, leurs trois premiers duels (2e tour en 2014, demi-finale en 2017 et finale en 2018) en terre parisienne n’ont pas réservé un suspense insoutenable. Le Majorquin s’est imposé à chaque fois et n’a même jamais cédé le moindre set.

Difficile donc de miser contre le "Taureau de Manacor" dimanche et je ne m’y risquerai pas. Non seulement à cause de l’historique que je viens de décrire, mais aussi parce que le scénario des derniers jours du tournoi lui est particulièrement favorable. Expéditif contre Kei Nishikori en quart de finale mardi et encore plus impressionnant dans le jeu en demie vendredi, malgré le vent et un bon Roger Federer dans les deux premières manches, le Majorquin aborde cette finale dans des conditions idéales.

Ce n’est pas exactement le cas de son adversaire qui aura dû jouer tous les jours depuis jeudi en raison de la pluie. L’Autrichien est notamment sorti vainqueur d’un combat intense et riche en émotions face à Novak Djokovic et il n’aura même pas bénéficié d’un jour de repos pour s’en remettre. Or, affronter Nadal sur terre battue reste une épreuve avant tout physique et Thiem risque de manquer cruellement d’énergie. Finaliste l’an dernier face à l’Espagnol, il a incontestablement fait des progrès en 2019 et est sorti vainqueur (en deux sets) de leur dernier duel sur terre battue à Barcelone. Sur une manche, il peut rivaliser en puissance, mais je ne le vois pas tenir la distance. Et soyons réalistes, le Nadal de Catalogne n’a pas grand-chose à voir avec celui de Paris.

Vidéo - Thiem - Djokovic : Les meilleurs moments d'une demi-finale épique

02:59

Laurent Vergne : Nadal en 3 sets

Il n'y a qu'un seul homme sur lequel j'aurais eu des scrupules à ne pas miser dans une finale de Roland-Garros contre Rafael Nadal. Il s'appelle Novak Djokovic, et il n'est plus là. Dominic Thiem était, je l'avais écrit ici-même avant le tournoi, le seul à pouvoir empêcher des retrouvailles en finale entre le Serbe et l'Espagnol. Il a rempli sa mission, jouant à merveille sa carte de troisième homme. Mais battre Djokovic était une chose. Battre Djokovic puis Nadal, qui plus est en l'espace de vingt-quatre heures, relève de la mission quasi impossible.

L'Autrichien a pourtant sans aucun doute progressé depuis sa première finale majeure l'an dernier. Il a gagné en confiance, notamment en remportant son premier Masters 1000, il a confirmé sa capacité à battre n'importe qui sur terre battue. Mais dimanche, ce n'est pas la terre battue qui sert de cadre à ce duel. C'est le court Philippe-Chatrier. Il est difficile d'imaginer que Nadal puisse tomber là où il a toujours triomphé, en tout cas avec le titre en jeu.

S'il n'y avait ces maudites circonstances qui, en prime, confèrent un avantage certain au Majorquin, qui a joué son quart mardi et sa demie vendredi quand Thiem a dû aller au charbon tous les jours depuis jeudi, j'aurais été prêt à envisager une énorme bagarre, même avec une victoire de Nadal au bout. Avec l'expérience de la demie 2017 et de la finale 2018, on peut espérer que l'élève de Nicolas Massu se montre à la hauteur de l'évènement à tous points de vue. Mais le fait d'avoir puisé dans une partie de ses réserves, plus la nature de son adversaire, rendent très incertaine sa capacité à signer ce qu'il conviendrait de nommer exploit du siècle.

Rafael Nadal

Rafael Nadal Getty Images

Cyril Morin : Nadal en 3 sets

C'est vrai, Dominic Thiem a progressé, c’est un fait. L’année passée, son premier set avait laissé penser qu’il était en mesure de chatouiller l’imperturbable Nadal. Une année plus tard, il s’est diversifié, renforcé et sort même grandi de son duel en cinq sets face à Novak Djokovic où ses nerfs auront été mis à rude épreuve. L’Autrichien est un autre homme et un autre joueur, certes. Peut-être le meilleur sur terre parmi les humains.

Mais c’est encore une machine à sang-froid qui se présente face à lui. Machine qui, en plus, n’a pas eu à s’enclencher outre-mesure dans ce tournoi, ne cédant qu’un petit set tandis que Thiem joue tous les jours depuis jeudi et que son carburant va peut-être finir par manquer. On pourrait se dire que cette finale se jouera sur la fraîcheur. Ce serait mentir.

La marge entre les deux hommes, surtout au meilleur des trois sets, est encore grande. Oui, Thiem a réussi à de multiples reprises à battre Nadal sur terre et pas plus tard qu’à Barcelone cette saison. Mais Rafa à Roland, c’est autre chose. Ses onze finales précédentes en sont encore le plus bel argument. S’il y en a un qui maîtrise sur le bout des doigts ce genre d’évènements Porte d’Auteuil, c’est évidemment lui. Pas de raison que ça change en 2019. Sauf à espérer un jour sans. Très peu probable connaissant l’animal. Alors, à défaut de suspense, espérons du spectacle. Car l’issue semble évidente pour cette édition 2019. Encore une fois…

Rafael Nadal

Rafael NadalGetty Images

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0