Getty Images

Wawrinka, perdant positif : "L’an dernier, en partant d’ici, j’étais 260e mondial…"

Wawrinka, perdant positif : "L’an dernier, en partant d’ici, j’étais 260e mondial…"

Le 04/06/2019 à 22:20Mis à jour Le 04/06/2019 à 23:45

ROLAND-GARROS - Défait en quatre sets par son pote Roger Federer, Stan Wawrinka était pourtant fier de son tournoi. La raison ? Il avait obtenu la preuve la plus éclatante que "Stanimal" est presque de retour. Un soulagement après toutes les galères des derniers mois.

On pensait l’avoir perdu. Lui le trublion du Big Three en Majeur. Lui l’empêcheur de tourner en rond. Lui le dernier vainqueur d’un Grand Chelem avant le retour au pouvoir du trio Federer-Nadal-Djokovic. C’était à l’US Open en 2016 et ces presque trois ans ressemblent déjà à une éternité. Stan Wawrinka en outsider à la victoire finale dans les quatre plus grands tournois de l’année ? L’idée avait vécu pensait-on.

Trois ans plus tard, il va falloir l’ajouter à nouveau à la liste. Et non, Stan Wawrinka n’est pas mort. Il est même plus vivant que jamais. Dans tous les sens du terme. Même après sa défaite face à Roger Federer, "Stan the Man" n’avait pas la tête au fond du trou. Mieux, il a semblé aimer retrouver des journalistes qui l’avaient enterré un peu tôt.

"Peut-être que mon tournoi vous a prouvé à vous que je pouvais encore battre des tops joueurs", a-t-il glissé assez rapidement pour qu’on comprenne le fond de son message. Ce ne sera pas son pote de toujours, Federer. En tout cas pas aujourd’hui : "On sait où on en est, je sais comment il joue, il sait comment je joue, a-t-il détaillé lorsqu’il a été interrogé sur le niveau de jeu de son adversaire. Il n'y a plus de surprises dans la manière dont on procède. La question, c'est toujours de savoir qui va le mieux jouer sur les points importants. Et il l'a mieux fait que moi aujourd'hui". Le mot important est bien le dernier de la phrase. Car malgré son présent perdant, c’est un avenir radieux qui s’est ouvert devant lui Porte d’Auteuil.

Vidéo - Deux gladiateurs pour un duel haletant : Les temps-forts de Federer-Wawrinka

02:55
" Je m'attendais à être plus cassé, avoir des courbatures, être plus mal physiquement."

Si l’on refait le fil de son aventure à Roland-Garros, il y a de quoi dire. Jozef Kovalík en quatre sets au premier tour, le spécialiste de l’ocre Christian Garin expédié en trois sets, son duel au couteau face à Grigor Dimitrov encore en trois sets et puis ce chef d’œuvre, le plus beau match de la quinzaine, contre Stefanos Tsistipas. Ajoutez-y ses quatre sets d’excellente facture ce mardi sur le Lenglen et vous aurez un panorama fidèle d’un tournoi qui l’a remis en selle.

"Je pense que de manière générale, le tournoi a été fantastique pour moi, a-t-il expliqué. J'ai vraiment bien joué depuis le début, des matchs supers, contre Garin, contre Dimitrov, contre Tsitsipas, qui jouait très bien cette année. Une énorme bataille... Cinq heures de bataille... J'étais ravi d'être prêt physiquement, aujourd'hui, pour livrer à nouveau une bataille contre Roger".

C’est d’ailleurs cet enchaînement qu’il convient de souligner. Oui, il manquait sans doute quelques gouttes d’essence dans le réservoir pour espérer mieux. Mais, même avec ce manque, il a plus qu’embêté un Federer qui s’est presque lassé de le voir réussir à sauver toutes ces balles de break (16 sur 18).

"Honnêtement, j'ai été très surpris de la façon dont j'ai récupéré après le match contre Tsitsipas, je m'attendais à être plus cassé, avoir des courbatures, être plus mal physiquement, a-t-il détaillé. C'était une très bonne surprise de voir à quel point j'ai réussi à récupérer, et rentrer sur le terrain pour jouer 3 heures 20, comme ça, aujourd'hui, un bon niveau de tennis. C'est encore quelque chose de positif à prendre et garder en tête pour le futur".

Top 20 mondial

Le futur, justement, c’est l’un des mots qui est le plus souvent revenu dans ses réponses. Car cette quinzaine doit être le début d’une nouvelle ère, où son genou s’est arrêté de grincer et où ses aptitudes tennistiques vont continuer à revenir progressivement. "Stan" n’est pas encore au max mais il s’en rapproche. "Je pense que physiquement, tennistiquement, je suis plus fort qu'avant la blessure, a-t-il affirmé. Mentalement, pas encore, même si sur ce tournoi, j'ai réussi à prendre le dessus, par rapport justement à ce côté mental. J'ai réussi à prendre les décisions qu'il fallait, justement pour avancer dans le tournoi. C'est ce qui me manquait un peu ces dernières semaines sur terre battue".

Voilà pour les sensations. Quant aux chiffres, ils suivent la même tendance. Lundi, il sera 19e mondial. Inespéré si l’on regarde dans le rétro. "Franchement, je préfère être positif, je ne peux pas être déçu de ce match parce que je sais où j’en étais l’an passé. J’étais tellement bas dans les classements, genre 260e mondial. Je vais être de retour dans le Top 20. Donc ouais, je suis plutôt heureux". Et les amateurs de tennis avec.

Stan Wawrinka

Stan WawrinkaGetty Images

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0