Opinion
Tennis
Roland-Garros

Pourquoi il est urgent de faire front derrière Roland-Garros

Partager avec
Copier
Partager cet article

Court central de Roland-Garros en 2019

Crédits Getty Images

ParRémi Bourrières
05/04/2020 à 21:53 | Mis à jour 06/04/2020 à 15:20

ROLAND-GARROS - Si la décision de la FFT de reporter Roland-Garros au mois de septembre a fait parler, il est urgent désormais de sortir du contexte politique pour mieux s'unir derrière la protection du joyau du tennis français.

La persistance de la crise sanitaire liée à la pandémie de coronavirus rend peut-être la perspective de plus en plus difficile, mais s'il existe une chance, même infime, que le tennis puisse reprendre le cours de sa destinée en 2020, priorité devra alors absolument être donnée aux deux monuments qui restent au programme du calendrier : l'US Open, qui s'en tient pour l'instant à ses dates initiales (31 août-13 septembre) et Roland-Garros, qui s'est greffé une semaine plus tard (20 septembre-4 octobre), se positionnant ainsi à une date-clé avant que d'autres ne le fassent à sa place.

  • D'année noire à saison blanche ? Gare au scénario-catastrophe
Roland-Garros

Crépuscule des dieux, Federer sur un fil, Rafa 1er : Notre Top 50 des matches marquants de Roland

IL Y A 14 HEURES

La décision des dirigeants de la FFT, qui ont opté pour une forme de 49.3 à la sauce tennistique, privilégiant la vitesse d'exécution à la lenteur des concertations, a interpellé sur la manière, inédite et inattendue. Elle a même choqué certaines instances, appelant soudainement de tous leurs vœux, non sans un certain aplomb, à une nécessaire solidarité internationale qu'elles ont été les premières à mettre à mal ces dernières années, via des liaisons dangereuses qui ont ébranlé l'unité des Grands Chelems.

"Roland-Garros a pris un énorme risque en déplaçant ses dates de façon unilatérale"

00:04:11

La décision de Roland, conséquence de l'éclatement du tennis mondial

En réalité, la décision dite "unilatérale" de Roland-Garros n'est pas la cause, mais la conséquence de l'éclatement de la gouvernance du tennis mondial. On peut discuter de la forme, donc. Mais sur le fond, n'était-ce pas, pour l'instant en tout cas, la meilleure solution ?

"Si, je pense que c'était la meilleure solution et je comprends parfaitement la position de la FFT, estime pour sa part l'ancien joueur français Denis Naegelen, désormais directeur des Internationaux WTA de Strasbourg, qui fait partie des tournois (pour l'heure) reportés. Roland-Garros était le premier Grand Chelem menacé, et le seul à pouvoir se positionner ainsi. Rentrer dans une concertation aurait sans doute été préférable, mais cela aurait pris au moins deux mois, sans garantie de succès. J'ai été surpris par la polémique. Je crois qu'elle a plus résulté d'un état vexatoire qu'autre chose. Mais pour être en contact régulier avec la WTA, je sens bien que cet état commence à se calmer. Ce sont des gens responsables, ils savent que l'intérêt de tous est que Roland-Garros se joue."

Le court central de Roland-Garros en 2019

Crédits Getty Images

L'écosystème du tennis français (et même mondial) a plus qu'un simple "intérêt" à ce que Roland-Garros se joue : pour beaucoup, c'est même vital. On connaît les dividendes que le Grand Chelem français, qui représente 80% du chiffre d'affaires de la FFT (260 sur 325 millions d'euros), réinjecte dans le tennis national, via les Ligues et les Comités. Et ne parlons pas de toute l'économie qui gravite autour...

Et si les joueurs français défendaient Roland-Garros ?

"Toutes les marques, ainsi que les magasins spécialisés tennis que je représente aussi, seraient impactés, explique par exemple Franck Boucher, responsable tennis en France des marques Yonex, New Balance et Nox. Si Roland-Garros n'est pas joué, il n'y a plus de budget pour personne. Ce sont des milliers d'emplois qui vont s'envoler, des sociétés qui vont couler. Il faut songer à tout cela, et considérer la décision de la FFT dans toute sa globalité. Malheureusement, ceux qui critiquent aujourd’hui sont souvent ceux qui n'ont pas besoin de travailler, ou qui font de la politique."

Le contexte politique est effectivement très présent, prégnant, pesant même, à quelques mois des élections dans les Ligues qui préfigureront celle à la présidence de la FFT, en février 2021. Franck Boucher, encore lui, aimerait voir "les grands joueurs français monter au créneau pour soutenir Roland-Garros, histoire de rendre au tennis français tout ce qu'il a pu lui donner, et soutenir les autres joueurs français qui ont vraiment besoin de faire Roland pour financer leur saison."

Benchetrit : "Quand on n’a pas de prize-money, on ne gagne plus d’argent !"

00:11:58

Mais si la plupart n'osent pas trop s'exprimer sur le sujet, ça n'est pas un hasard. "Beaucoup n'ont pas envie d'être étiquetés dans un camp ou dans un autre, au risque que cela leur retombe dessus après", nous confie un acteur majeur du tennis hexagonal, qui préfère, lui, rester "off". Et le constat ne vaut pas que pour les joueurs, d'ailleurs.

Cela peut se comprendre. Chacun est libre de défendre la politique fédérale - et donc le candidat - qu'il souhaite, aucun problème là-dessus. Mais Roland-Garros devrait être placé au-dessus de la mêlée car avant même d'être un enjeu de politique fédérale, n'oublions pas qu'il s'agit surtout d'un héritage, d'un patrimoine classé historique, d'une mission à mener.

S'il faut faire des choix, Roland a la priorité

Plus que jamais, face à la gravité de la crise actuelle, il devrait apaiser les inimitiés, converger les intérêts, fédérer les énergies. C'est utopique, peut-être. On connaît tous la fameuse citation du romancier Jules Claretie : "Tout homme qui fait quelque chose a contre lui ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui font précisément le contraire et surtout, la grande armée des gens d'autant plus sévères qu'ils ne font rien du tout."

Les arguments des "concurrents" de Roland-Garros, s'il en est, sont intelligibles. Pour autant, avec un peu de recul, la voie choisie par la FFT dans ce dossier ressemble moins à un pavé dans la mare qu'à un coup de poing sur la table au milieu du grabuge. Passé la stupeur, tout le monde est bien obligé, désormais, de se mettre à travailler ensemble, mieux et plus que jamais.

C'est bien ce qui semble être en train de se passer. Selon le New York Times, des discussions sont actuellement en cours pour que Roland-Garros – dont les qualifications devraient être annulées en échange d'une compensation financière pour les joueurs concernés – repousse sa date d'au moins une semaine. On serait alors à la limite extrême à laquelle le tournoi peut encore se jouer, "météorologiquement" parlant.

"On se dirige malheureusement de plus en plus vers une saison blanche en 2020"

00:03:10

Quoi qu'il arrive, il y aura(it) des lésés, obligatoirement, à commencer par les tournois directement touchés par le nouveau positionnement de Roland, sans oublier la Laver Cup de Roger Federer, désormais soutenue par l'ATP. Eux aussi, ne l'oublions pas, sont générateurs de dynamisme économique et de revenus substantiels pour les joueurs (même si ce sont des joueurs moins dans le besoin, concernant la Laver Cup).

Mais s'il faut faire des choix, il semble inconcevable que celui-ci ne se porte pas sur les épreuves qui sont à la fois les plus historiques, les plus prestigieuses et les plus rémunératrices. Roland-Garros, c'est un total de 50 millions d'euros de prize-money, plus tout ce dont on a parlé pour l'ensemble de l'économie. Il faut avoir conscience, pleinement, du poids que représente le fait d'avoir entre ses mains une pareille responsabilité économique et sociale, en plus d'un tel héritage. Alors, si l'on est tous d'accord qu'il faut être uni en ces temps difficiles, c'est aussi et surtout dans la protection de ce joyau, au-delà de toute considération politique. Il en va de l'avenir du tennis français. Et peut-être bien plus encore…

Roger Federer et Rafael Nadal après leur demi-finale à Roland-Garros 2019

Crédits Getty Images

Roland-Garros

Simon: "Sans son assurance, Wimbledon aurait décalé ses dates comme Roland-Garros sans s'indigner"

IL Y A 21 HEURES
Roland-Garros

Miracle italien, regrets éternels et "Nole Slam" : Notre Top 50 des matches marquants de Roland

HIER À 21:48
Dans le même sujet
TennisRoland-Garros
Partager avec
Copier
Partager cet article

Dernières infos

Roland-Garros

Crépuscule des dieux, Federer sur un fil, Rafa 1er : Notre Top 50 des matches marquants de Roland

IL Y A 14 HEURES

Vidéos récentes

Tennis

Simon : "Un directeur de tournoi veut surpayer les meilleurs, les autres joueurs le gênent"

00:05:25

Les plus lus

Cyclisme

Tout est-il à jeter chez Lance Armstrong ?

HIER À 09:46
Voir plus