Getty Images

Clément sur le report de Roland : "Ce qui n'est pas acceptable, c'est la manière"

Clément sur le report de Roland : "Ce qui n'est pas acceptable, c'est la manière"

Le 18/03/2020 à 17:51Mis à jour Le 18/03/2020 à 20:46

ROLAND-GARROS – Le report du Grand Chelem parisien à l’automne prochain fait beaucoup réagir. Si les acteurs du tennis français, dans leur majorité, se réjouissent que le tournoi se joue en 2020, la façon dont a procédé la Fédération française de tennis pour gérer le dossier est davantage critiquée. Arnaud Clément monte notamment au créneau contre une communication qu’il estime déplorable.

Même en temps de crise sanitaire mondiale, le tennis se déchire. La décision unilatérale de la Fédération française de tennis (FFT) de reporter Roland-Garros une semaine après le prochain US Open (20 septembre-4 octobre) a été vivement critiquée mardi. Mis devant le fait accompli, les autres fédérations, l’ATP, la WTA, les joueuses et les joueurs n’ont pas caché leur surprise voire leur indignation. Mais plus que la nouvelle date ou la nécessité de jouer l’un des quatre tournois du Grand Chelem, c’est le manque de communication de la FFT qui en a interpellé plus d’un, y compris dans les rangs français.

Etonné par la précocité d’une telle décision, notre consultant Arnaud Clément ne la remet pas en cause s’il s’agissait de la seule solution. "Je ne suis pas le dossier d’assez près avec les travaux en cours, donc je peux comprendre. Qu’on se dise que si le tournoi est reporté, ça ne peut être qu’à cette date-là du 20 septembre, pourquoi pas. Effectivement, il faut sauver Roland, OK. Même les joueurs, malgré cet enchaînement de tournois (trois Grands Chelems en trois mois, ndlr), seront peut-être contents de le jouer, plutôt que de le voir passer à la trappe", nous confie-t-il.

" Même si tu passes un peu en force, tu fais en sorte de consulter"

Mais l’ancien capitaine de Coupe Davis fustige la méthode. Engagé dans la campagne pour la présidence de la FFT au côté de Gilles Moretton (liste concurrente de celle de Bernard Giudicelli), Clément reproche à Bernard Giudicelli de la jouer perso. "Ce qui n’est pas acceptable, c’est la manière dont ils font les choses en fait. Ce n’est pas possible. En temps normal, tu dois consulter l’ATP, les joueurs, ou au moins communiquer là-dessus : dire comment ça va se passer, expliquer pourquoi on n’a pas le choix. Même si tu passes un petit peu en force, tu fais en sorte d’écouter et de consulter."

Pour Clément, la situation sanitaire liée à la pandémie de coronavirus méritait plus de concertation avec les instances dirigeantes du tennis mondial. "Dans cette période de confinement en France, mais aussi dans d’autres pays, et dans d’autres peut-être encore, où on parle de civisme, de solidarité, seuls, nous, Français, de notre côté, on dit : ‘BAM, on fait ça, c’est comme ça et c’est pas autrement.’ Quels que soient les dommages collatéraux que ça peut engendrer pour certains autres événements… Même s’ils sont moins importants qu’un Grand Chelem, qu’il s’agisse d’une exhibition ou du tournoi de Metz. Et le faire le premier jour du confinement en France, pour moi, ce n’est pas possible. Franchement, on ne pouvait pas prendre quelques jours de plus pour préparer tous les acteurs concernés et leur dire pourquoi ?"

La FFT seule contre tous désormais ?

Pris sûrement par l’urgence du moment et peut-être la peur qu’un autre tournoi – Wimbledon par exemple – prenne cette place dans le calendrier avant eux, les organisateurs de Roland-Garros ont préféré garder leurs intentions secrètes jusqu’au bout. D’ailleurs, Julien Boutter, directeur du tournoi de Metz et l’un des premiers prévenus, ne leur en a pas tenu rigueur au nom de l’intérêt supérieur du tennis français.

Mais en prenant tout le monde par surprise, la FFT a peut-être finalement réussi à unir la planète tennis… contre elle. C’est en tout cas ce que suggère Arnaud Clément. "On passe pour qui ? C’est l’image des Français, c’est notre image… Ce n’est pas possible d’être aussi égoïstes. Il n’y avait peut-être pas d’autre date possible, mais la manière de communiquer n’est pas acceptable. Elle engage tout le monde. On va tous être mis dans le même panier, alors que c’est une poignée de personnes qui procède comme ça", considère-t-il enfin.

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313