Les tops

  • Le niveau de Burel et Ferro
Roland-Garros
"Swiatek a encore prouvé que le jeu stéréotypé des filles, c'est bien fini !"
14/10/2020 À 13:35

Le tournoi 2020 des Françaises et des Français n'est clairement pas bon. Mais ceux qui sont encore là procurent du plaisir. Au lendemain du bonbon Hugo Guston, et de la victoire au mental de Caroline Garcia, ce sont Fiona Ferro et Clara Burel qui ont fait étalage de leurs grandes qualités. Les deux joueuses ont proposé des styles différents pour aller chercher leurs billets pour le 3e tour.

Ferro, faut pas l'embêter : les temps forts de son combat face à Rybakina

Et dans les deux cas, c'était plaisant à voir : la puissance et les coups gagnants pour Ferro, la tactique et le contre pour Burel, joueuse posée et sereine. Peu importe la suite, leur Roland 2020 est déjà réussi. Mais pourvu qu'il dure encore longtemps !

Burel, c'est du solide : les temps forts de sa qualification contre la cogneuse Juvan

  • La révolte des "petits"

Ce Roland-Garros 2020 est un cru spécial. Alors, c'est l'heure de la révolte pour les galériens qui vivent au-delà du Top 100 ! Ils sont exactement neuf à s'être qualifiés pour les 16es de finale du majeur parisien et c'est une première à Paris depuis l'édition 1985 (9). En Grand Chelem, voir neuf joueurs classés au-delà du top 100 aller aussi loin n'était plus arrivé depuis l'édition 1994 de Wimbledon. En cette année où le jeu a été stoppé pendant six mois, ce qui a eu des conséquences lourdes sur les revenus de ces joueurs, c'est une bonne nouvelle.

  • Fucsovics, 17 ans après

Le nom d'Attila Savolt ne dira rien à nos jeunes lecteurs. Toujours est-il qu'il était le dernier joueur hongrois à atteindre le 3e Tour du simple messieurs de Roland-Garros. C'était en 2003. Il avait même atteint les 16es à deux reprises (2000, et 2003 donc, avec des défaites contre Hewitt et Coria). Marton Fucsovics est devenu son successeur à ce stade du tournoi après sa victoire contre Albert Ramos (7-6, 6-3, 7-5). Meilleur joueur de sa nation depuis Balazs Taroczy et ses 13 titres dans les années 1980, le 63e mondial a confirmé avec la manière sa victoire contre Daniil Medvedev au 1er tour. Pour boucler la boucle : Fucsovics a été entraîné par Savolt en 2016, à un moment où sa carrière se devait d'enfin décoller à presque 25 ans.

Les flops

  • Shapovalov fait déjà ses bagages

On se pourléchait les babines à l’idée de le voir affronter Grigor Dimitrov au 3e tour. Mais Denis Shapovalov ne sera finalement pas au rendez-vous. Le Canadien, dont on vantait dernièrement la plus grande régularité au plus haut niveau et qui restait sur une somptueuse demi-finale à Rome, s’est battu mais n’a pu éviter la sortie de route contre Roberto Carballes Baena, 101e joueur mondial. Clairement dans un jour sans et visiblement touché à l’adducteur, Shapovalov a fait ce qu’il a pu. Il a même servi pour le match dans le 5e set, mais ses 106 fautes directes ont fini par le condamner après 5 heures de combat. Quand il est en mode arrosage automatique, le Canadien ne fait pas semblant.

Sacrée première pour Carballes : le résumé de sa victoire en video

  • Cornet, la rage de vaincre n'a pas suffi

Tout près du premier quart de finale en Grand Chelem de sa carrière à New York, Alizé Cornet espérait confirmer sur terre battue. Comme à son habitude, la Niçoise n'a rien lâché contre la Chinoise Shuai Zhang, 39e mondiale. Elle a même écarté 4 balles de match en fin de deuxième set, dont une à l'issue d'une défense mémorable. Mais elle a manqué de percussion dans son jeu et a fini par rendre les armes (6-4, 7-6). Ce n'est pas une contre-performance sur le papier puisque son adversaire était (un peu) mieux classée, mais il y avait la place pour rejoindre Clara Burel au 3e tour, ce qui aurait assuré la présence d'une Française en huitième de finale.

Cornet s'est battue comme une lionne, mais Zhang était trop forte

  • Le niveau des Russes

Daniil Medvedev n'est plus là et le flambeau est revenu entre les mains d'Andrey Rublev et Karen Khachanov. Si les deux Russes ont passé le cap du 2e tour, leur niveau très irrégulier a de quoi inquiéter. L'inquiétude est plus de mise pour Khachanov qui a eu toutes les peines du monde à battre l'imprévisible Jiri Vesely sur le court n°14. Les mois passent et "KK" peine à retrouver son niveau de 2018 qui lui avait permis de remporter le Rolex Paris-Masters face à Novak Djokovic. Son changement de raquette opéré début 2019 lui joue encore des tours. Et la perspective d'un duel avec le Serbe en 8e de finale semble être une mauvaise nouvelle.

Pour Rublev, c'est moins grave. La tête de série n°13 a mieux joué que face à Sam Querrey, jeudi, mais il n'a pas eu de continuité. Sa victoire du jour a aussi été la défaite d'Alejandro Davidovich Fokina. L'Andalou a servi pour le gain du set dans la première manche, avant de craquer, puis il n'a pas été capable de surfer sur le gain du troisième acte. C'est dommage car Rublev n'était pas trois crans au-dessus. Il devra lui aussi hausser le niveau face au revenant Kevin Anderson s'il veut aller en deuxième semaine.

Khachanov a bataillé mais il est passé

Le Top... et le Flop

  • Ostapenko-Pliskova, destins croisés

Elle semble retrouver les bonnes "vibes" qui en avait fait la sensation de l’édition 2017. Avec Jelena Ostapenko, c’est souvent tout ou rien, et à Roland-Garros plus qu’ailleurs puisqu’elle s’y était soit imposée, soit toujours inclinée au 1er tour avant cette quinzaine. La voilà donc au 3e tour en ayant lâché 9 jeux en tout et pour tout. De là à la voir aller au bout ? Peut-être pas, mais la Lettonne a retrouvé tout son peps, ce qui lui a permis d’étouffer Karolina Pliskova, balayée en 1h10.

Pliskova n'a pas résisté à la tornade Ostapenko : le résumé du match en vidéo

Et c’est justement là où le bât blesse. L’affiche promettait un choc ou au moins une belle bataille. Mais la tête de série numéro 2 est vite apparue résignée. Très lente dans ses déplacements, privée de sa première balle (49 %), pourtant l’une de ses armes maîtresses, la Tchèque n’a pas opposé une farouche résistance. Vraisemblablement pas à 100 % physiquement, Pliskova s’est éclipsée bien tôt, comme trop souvent en Grand Chelem.

"Djokovic vient d'envoyer des signaux, les autres ont du souci à se faire"

Roland-Garros
"2 Masters 1000 mais 0 Majeur : Djoko a raté sa reprise"
13/10/2020 À 20:50
Roland-Garros
"13 Roland-Garros : l'un des plus grands exploits de tous les temps"
13/10/2020 À 20:38