Tennis
Roland-Garros

Tout jouer sauf le double mixte et le tournoi des légendes : Forget dévoile son plan

Partager avec
Copier
Partager cet article

Guy Forget - Paris Bercy 2017

Crédit: Getty Images

ParEurosport
04/07/2020 à 09:49 | Mis à jour 04/07/2020 à 14:54

ROLAND-GARROS - Guy Forget a dessiné les contours de l'organisation du tournoi prévu cet automne lors d'une interview exclusive accordée à Eurosport. Du format de l'épreuve à la participation des joueurs avec un calendrier surchargé, en passant évidemment par les questions de santé et de sécurité liées au coronavirus, le directeur de Roland-Garros n'a éludé aucun sujet.

Guy Forget, tout d'abord pouvez-vous nous dire comment se passent les préparatifs de Roland-Garros et si vous êtes heureux de la manière dont cela évolue ?

G.F. : Oui, on est heureux de la façon dont cela progresse. Nous sommes très excités comme vous pouvez l'imaginer. Vous savez, les derniers mois ont été assez durs sur le plan émotionnel, mais je pense que c'était le cas pour tout le monde. Quand on marche autour des courts, désormais, c'est très satisfaisant de voir enfin un toit sur le Philippe-Chatrier. Nous avons attendu cela pendant si longtemps. Il fonctionne parfaitement et nous en aurons bientôt terminé avec le travail sur tous les autres courts également.

Tennis

Noah : "Mon destin, c'est de rassembler les gens"

03/07/2020 À 13:22

On craignait de ne pas pouvoir faire jouer le tournoi en automne, à la fin du mois de septembre. On a vu tant de directeurs de tournois contraint d'annuler leurs événements. Le tennis a été très touché récemment. Réussir à organiser ce tournoi est un objectif et il semble, pour le moment, qu'on soit sur la bonne voie. C'est très positif.

On croise les doigts ! Avec le coronavirus, pouvez-vous nous parler des principaux changements ? On sait que vous avez mentionné une jauge d'environ 60% et des spectateurs masqués autour des courts. Mais selon vous, quelles sont les principales choses auxquelles le public doit s'attendre ?

G.F. : Encore une fois, nous suivons les règles mises en place dans notre pays pour le moment. Comme vous le savez probablement, les restaurants, les bars et maintenant les théâtres ont rouvert. Mais il y a des règles pour accéder à ces lieux et nous, en tant que directeurs de tournois, devons suivre les mêmes directives. Tous ceux qui entreront à Roland-Garros devront porter un masque. Il y aura différents chemins que les gens pourront emprunter dans le sens des aiguilles d'une montre autour des courts principaux.

"10000 spectateurs à Roland c'est ambitieux, mais pourquoi ne pas l'être !"

00:03:15

Si vous venez avec un ami ou avec votre femme, il faudra laisser un siège vide à côté de vous. Aucune famille ne pourra avoir plus de quatre places cote à cote pour les courts majeurs. Pour les autres courts, il y aura toujours un espace d'un siège donc nous envisageons une jauge de 50% par rapport à ce que nous avons habituellement à Roland-Garros. Si nous pouvons réaliser cela, nous serons déjà très contents. Et si la situation s'améliore dans les prochaines semaines ou les prochains mois, peut-être que l'on pourra vendre un peu plus de billets. Mais pour l'instant, c'est le gouvernement qui nous dicte ce que l'on peut faire et ce que l'on ne peut pas faire.

Est-ce que vous travaillez avec les organisateurs de l'US Open pour être sûrs que les joueurs disputeront les deux tournois, car des rumeurs annoncent que certains pourraient jouer l'US Open et pas Roland-Garros, et vice versa ?

G.F. : On a travaillé dur avec l'ATP, la WTA et les organisateurs des tournois du Grand Chelem pour pouvoir établir un calendrier de la fin de saison où les joueurs puissent jouer autant que possible. De nombreux joueurs ont beaucoup souffert pour gagner leur vie. On essaie, tous ensemble, de leur offrir un programme qu'ils puissent effectuer. Il y aura beaucoup de tournois, certains se suivront sans transition. Aucun tournoi n'est obligatoire, donc les joueurs pourront quasiment choisir où et quand ils joueront. Je trouverais juste, en tant qu'organisateur de Majeur à Paris ou à New York, d'attendre que les joueurs participent à notre événement.

Mais cela dépend aussi d'où ils viennent, de leur forme physique, de leurs craintes… C'est totalement compréhensible si des joueurs ont des doutes sur des questions de santé. Nous avons aussi travaillé avec l'USTA parce que, comme nous, ils veulent que les joueurs viennent et jouent sans se poser de questions. Ils font vraiment un excellent travail là-dessus et nous aussi. On espère que les joueurs pourront dire à la fin de la saison : "Au moins, on a pu jouer, on a pu se remettre en forme physiquement, on a pu gagner notre vie…".

Forget : "Avec le recul, je pense que c'était une bonne décision"

00:03:40

Ceux qui vont suivre l'US Open à la télévision vont passer de bons moments avec tant de fans aux quatre coins du monde qui ne peuvent pas assister aux matches physiquement, mais qui peuvent les regarder quand même et c'est déjà merveilleux. En tant que fan de foot, j'ai regardé des matches hier et avant-hier à la télé et, même si les gradins sont vides, c'est toujours un grand spectacle. Je pense que l'US Open aurait pris le même chemin et je leur souhaite bonne chance.

Pouvez vous confirmer les tournois qui auront lieu à Roland-Garros cette année ?

G.F. : Pendant un moment, nous avons envisagé de ne pas faire les qualifications. Mais ces qualifications, c'est un enjeu majeur. Cela fait partie du tournoi. Donc il y aura un tournoi de qualifications pour les hommes et les femmes, ainsi que pour les juniors. Pour un junior, rêver et éventuellement participer au tournoi principal est un événement marquant et une étape importante dans sa progression. Pour les doubles, c'est la même chose et beaucoup de gens apprécient les doubles dans notre pays. Le tennis-fauteuil est aussi devenu très populaire et nous voulons le soutenir.

Le double mixte et le tournoi des légendes sont probablement les deux seules épreuves que nous envisageons de ne pas organiser cette année. Et je pense que ces joueurs comprendront pourquoi nous devons avoir des priorités, pour des raisons de sécurité et d'assurances liées à la santé. Il faut avoir le minimum de personnes possible dans les zones des joueurs et dans les salons. Et pour les médias, les sponsors, le public, nous devons aussi limiter le nombre de personnes. Donc on va à l'essentiel. Et les tirages des épreuves dont je vous ai parlé sont notre priorité du moment.

Simon : "Sans son assurance, Wimbledon aurait décalé ses dates comme Roland-Garros sans s'indigner"

00:04:58

Est-ce que les événements survenus sur l'Adria Tour ont eu des conséquences sur ce que vous aviez prévu ? Est-ce que cela change quelque chose ? Est-ce qu'il y aura des ramasseurs de balle avec les serviettes ?

G.F. : On table sur le même nombre de juges de lignes. Et pour les ramasseurs de balles, bien sûr, nous ne les laisserons pas ramasser les serviettes comme ils ont l'habitude de le faire. C'est assez facile de comprendre pourquoi. Nous voulons protéger autant que possible, pas seulement les joueurs mais tous ceux qui seront sur place pour ce tournoi. Encore une fois, nous suivrons à la lettre ce que le Ministère des Sports et de la Santé nous dira de faire.

Il y aura des tests. Il y aura des sanitaires tout autour du stade pour que les gens puissent se laver les mains régulièrement. Nous voulons éviter les contacts autant que possible et garder un espace minimal entre les personnes. Je pense que cela va évoluer entre maintenant et le début du tournoi. Mais nous ferons du mieux possible pour que chacun puisse se sentir en confiance et en sécurité par rapport aux problèmes liés au virus.

Est-ce que les champions sortants, Rafael Nadal et Ashley Barty, ont été consultés sur les différentes idées pour maintenir l'organisation du tournoi ?

G.F. : Nous avons échangé avec de nombreux joueurs en réalité. Nous devons comprendre que pour ces joueurs, c'est très dur de ne pas faire de compétitions, de ne pas pouvoir s'entraîner et de ne pas savoir quand ils seront en mesure de jouer. Ils meurent tous d'envie de jouer, ils sont restés en forme. Ils se sont entraînés, certains d'entre eux ont pu jouer un peu, d'autres beaucoup, sans savoir quand cela redémarrerait.

Forget : "Surveillez les plus vieux, ils seront encore au top quand le jeu reprendra"

00:04:29

Désormais ils peuvent avoir une petite idée de ce qui arrivera bientôt aux Etats-Unis. Certains d'entre eux ont joué des matches dans leurs clubs, ou lors de petites exhibitions, parce qu'ils veulent être sûrs d'être en forme et compétitifs quand les gros matches vont arriver. Pour les joueurs, c'est très difficile de passer un temps aussi long en dehors des courts.

Quelles sont les trois choses que vous attendez le plus pour cet automne ?

G.F. : J'attends de voir tous les joueurs, hommes et femmes, parce que je sais que je verrai un sourire sur leurs visages. Je suis impatient de les voir découvrir le nouveau court Philippe-Chatrier avec son toit parce que c'est quelque chose dont on rêvait depuis si longtemps. Et je suis impatient de voir de la compétition parce que le niveau du tennis auquel on assiste en ce moment est juste incroyable. Chaque année, je suis impressionné quand je m'assois au bord du court de voir ces hommes et ces femmes évoluer à un niveau si élevé. J'espère que cela se fera avec les fans. Pour l'instant, on parle d'une jauge de 50% de fans et je suis sûr que tout le monde aura la chance d'être dans les gradins pour ces rencontres. Nous en serons ravis.

Guy Forget, directeur de Roland-Garros

Crédit: Getty Images

Roland-Garros

Après l'US Open, Kyrgios prêt à zapper Roland : "La chance que je joue en Europe est très mince"

06/08/2020 À 10:37
Roland-Garros

Pour Roland, Nadal laisse planer le doute : " On verra quelle est la situation en Europe"

05/08/2020 À 13:02
Dans le même sujet
TennisRoland-Garros
Partager avec
Copier
Partager cet article