C’était un jour à tomber amoureux à Roland-Garros. Du soleil, une légère brise, un écrin majestueux et un jeune talent à (re)découvrir. Ça n’a pas manqué. Lorenzo Musetti est arrivé avec toute sa panoplie pour séduire le Central, et nous avec : un revers à une main délicieux, un coup droit plein de charme, une personnalité bluffante et une variété rafraîchissante à l’heure des gros frappeurs ou gros contreur du circuit. Pas impressionné par l’enjeu, ni par le pedigree de son adversaire, l’Italien a mis le public parisien à ses pieds. On était prêt à succomber définitivement quand son corps l’a finalement trahi.
Après deux sets rondement menés, Musetti a craqué, rattrapé par les démons de son 3e tour interminable face à Marco Cecchinato. "Ce n'est pas une blessure, c'étaient plutôt des crampes, et un peu de douleur en bas du dos", a expliqué le gamin en conférence de presse après coup. Apparues au début du troisième set, ces douleurs n’ont fait qu’empirer, l’empêchant de disputer ses chances jusqu’au bout. Et privant ce match d’une fin épique. "Le match face à Cecchinato, en cinq sets, trois heures de jeu… c’était vraiment dur, vraiment intense, a-t-il ajouté. Peut-être que si je l’avais gagné en trois sets plutôt qu’en cinq, ça aurait été différent aujourd’hui. Mais on ne peut pas comparer…".
Roland-Garros
"Ils manquent de courage" : Dolgopolov charge Roland-Garros et le monde du tennis
21/03/2022 À 21:02

De l’expérience des Majeurs…

C’est aussi une part de l’apprentissage. Les tournois du Grand Chelem sont des marathons où il faut savoir sauver chaque minute possible. Et où l’enchaînement des matches au meilleur des cinq sets est parfois plus compliqué à gérer que les adversaires en eux-mêmes. Pendant deux heures, pourtant, il affrontait le meilleur d’entre eux. Ou, en tout cas, le numéro un mondial. Novak Djokovic a été chahuté, certes, mais Musetti s’est aussi mis dans le rouge rapidement. Un choix qu’a souligné Djoko, philosophe après coup : "L’expérience est la meilleure des maitresses".
Le Djoker avait beau être l’adversaire qui subissait la vague Musetti, il a aussi été convaincu par l’aguicheur Musetti. Pas surpris puisque les deux hommes s'apprécient et fréquentent parfois ensemble les courts d'entraînement à Monte-Carlo. Le Serbe a été convaincu du potentiel ahurissant du gamin. "Vous savez, Musetti a toutes les qualités dans son tennis, sur terre battue particulièrement mais sur les autres surfaces aussi, pour être un joueur de classe mondiale, a soufflé le numéro un mondial. Je lui souhaite franchement le meilleur. (…) S’il continue sur cette voie, il est clairement sur le bon chemin pour arriver très haut".
Alors, après avoir tutoyé les étoiles, comment se sentait le héros du jour, malgré sa défaite ? "Pour moi, c’est franchement une expérience fantastique. Je crois que j’ai joué mon meilleur tennis, je n’avais jamais joué comme aujourd’hui, a-t-il pris le temps de reconnaître, avant d’évoquer plus largement son premier Majeur, à seulement 19 ans, faut-il le rappeler. Je suis venu ici pour jouer mon premier tournoi du Grand Chelem dans un tableau principal, je vais en deuxième semaine et je prends deux sets au numéro un mondial. C’est forcément beaucoup de sensations, d’émotions mais aussi beaucoup d’expérience. Désormais, je sais comment je peux jouer, ce qui me sépare des meilleurs sur le circuit, comme Novak, donc je sais que si je continue à bien jouer, je peux rester à ce niveau".

Lorenzo Musetti à Roland-Garros (2021)

Crédit: Getty Images

Wimbledon, son "Grand Chelem préféré"

Forcément, parler d’un gamin de 19 ans qui déborde de talent rend incontournable les questions pour la suite. Jusqu’où peut-il aller ? Où le verra-t-on briller ? Quels sont ses objectifs à court terme ? Le premier d’entre eux est simple : se reposer à la maison. Car ses prochaines échéances s’annoncent elles aussi remplies d’ambition.
"Wimbledon, c’est mon Grand Chelem préféré, a-t-il révélé. J’y ai joué une fois en juniors et je me suis senti super à l’aise, j’adore jouer sur gazon. Donc j’espère que ça sera la même chose qu’ici même si je sais que chaque tournoi ne sera pas comme ce Roland-Garros-là, surtout en Grand Chelem. Donc je vais faire de mon mieux et atteindre la deuxième semaine. Mais je ne promets rien". Il aurait tort de se priver. Car sur l’année en cours, soit le classement "race", Musetti fait désormais partie du Top 20 mondial.
Invité à juger sa saison sur terre battue, l’Italien a pris le temps de revenir sur son ascension éclair et sur ses récents progrès. "J’ai commencé dans le Top 100 après Acapulco et maintenant, je crois que je vais être 60e et quelques au classement (il sera 61e, ndlr), a-t-il rembobiné. Même si les classements gelés empêchent d’aller beaucoup plus haut, je récolte beaucoup de points actuellement. Je crois que je suis 19e à la Race désormais (20e, ndlr) donc ma saison est très bonne jusqu’à présent. Mais nous n’en sommes qu'à la moitié. Voyons voir la deuxième partie de la saison maintenant". On va être honnête : on n’attend que ça. Car Musetti a tout pour continuer à nous émerveiller.

Lorenzo Musetti face à Novak Djokovic

Crédit: Getty Images

Roland-Garros
Mauresmo : "A ce stade, les joueurs russes et biélorusses seront acceptés à Roland-Garros"
16/03/2022 À 17:36
Roland-Garros
Djokovic et les joueurs russes "pour l'instant" bienvenus à Roland-Garros
16/03/2022 À 13:17