Si Alizé Cornet a joué samedi le dernier match de sa carrière à Roland-Garros, elle pouvait difficilement cauchemarder pire adieu. Balayée par la jeune Chinoise de 19 ans Qinweng Zheng, elle a fini par jeter à l'éponge à 6-0, 3-0 à cause d'une blessure aux adducteurs. Pire, la Française a quitté le court Philippe-Chatrier sous les sifflets du public. "Ça fait encore plus mal que la blessure elle-même", a-t-elle avoué.
Cornet s'est blessée jeudi soir lors de son match contre Jelena Ostapenko. "A 4-2 dans le troisième set, j'ai bien senti quelque chose sur une glissade côté coup droit, explique la Niçoise. A chaud, ça a tenu sur les deux derniers jeux, heureusement, mais le lendemain, je me suis réveillée, j'ai tout de suite senti qu'il y avait un truc qui n'allait pas. On a fait une échographie hier soir (vendredi soir, NDLR) qui a montré qu'il n'y avait aucun doute sur le diagnostic."
Wimbledon
Le programme de jeudi : Nadal en 2e rotation sur le Centre Court, six Français en lice
HIER À 20:12
Franchement, c'est abusé
Ailleurs qu'à Roland-Garros, elle aurait à coup sûr déclaré forfait. Ici, la décision était plus compliquée à prendre. Surtout sur le Chatrier, avec un huitième de finale en jeu et, en prime, pour son probable dernier Roland. "Après, c'était ma décision de rentrer ou pas sur le terrain mais on me connaît, je n'avais jamais déclaré forfait en Grand Chelem, ni abandonné non plus, rappelle-t-elle. Ce n'était donc pas possible pour moi de ne pas au moins essayer sur ce que je pouvais donner aujourd'hui."
Mais était-ce raisonnable ? Sans doute pas. Même elle l'a concédé à demi-mots après coup : "Ce matin (samedi matin), après m'être échauffée, j'ai vu que même avec le strap j'avais mal, je savais que ça allait être difficile. Quand je réfléchis à cette décision, peut-être que j'avais tort. Je ne sais pas. Mais ce n'est pas dans ma nature de renoncer assez facilement, mais je voulais quand même jouer. Je voulais faire de mon mieux pour la foule et pour le tournoi."
Voilà pourquoi elle digère d'autant moins l'intransigeance du public à son égard. "Il ne faut pas généraliser, c'est peut-être une poignée de personnes dans le stade. Cela peut être 20, 30 ou 40 personnes qui font du bruit, cela ne veut rien dire, essaie-t-elle de tempérer. Mais, franchement, c'est abusé. C'est abusé quand on voit ce que je donne sur le terrain depuis toutes ces années. Il aurait été beaucoup plus facile pour moi de ne pas rentrer sur le court, de ne pas me rendre vulnérable avec cette blessure. J'ai été fidèle à ce que je suis. Oui, ça fait chier parce que c'est injuste. Ça fait de la peine mais, encore une fois, la plupart des gens sont peut-être tristes pour moi et comprennent ce qui arrive, mais cette poignée de crétins, ça fait mal au cœur."
https://i.eurosport.com/2022/05/28/3382381.jpg
WTA Bad Homburg
Une belle bataille contre Cornet et Garcia retrouve une finale trois ans après
24/06/2022 À 15:43
Roland-Garros
Swiatek lâche son premier set mais poursuit sa route
30/05/2022 À 18:26