Il faudra sans doute attendre un peu pour voir toute la panoplie de Carlos Alcaraz à Roland-Garros. Mais l'essentiel est là pour le jeune prodige. Ce dimanche, l'Espagnol a fait le plus dur : éviter le faux-pas d'entrée malgré une pression immense et l'appréhension d'une grande première sur le court Philippe-Chatrier. Sans être rayonnant, la tête de série numéro 6 a finalement pris le meilleur sur Juan Ignacio Londero en trois sets en montant en puissance au cours du match (6-4, 6-2, 6-0 en 1h50 de jeu) pour rallier le deuxième tour.
Ce dimanche, on n'attendait presque que lui. Sur le Central, l'arrivée d'Alcaraz s'est faite sous les acclamations. Logique eu égard aux attentes incroyables qui entourent le bonhomme. Dans ce contexte pas facile à gérer pour un joueur de 19 ans, l'Espagnol a su s'appuyer sur ses forces naturelles pour garder le cap : des coups droits supersoniques et un sang-froid à toute épreuve. Alors que Londero lui a longtemps mené la vie dure pendant le premier set, Alcaraz a su saisir la bonne opportunité pour virer en tête, sur sa première balle de break (6-4). De quoi se détendre et lancer définitivement la machine.
Wimbledon
Sinner étouffe Alcaraz et s'offre le choc "NextGen"
03/07/2022 À 18:42

Carlos Alcaraz

Crédit: Getty Images

6-0 dans le dernier set

Du prodige flamboyant vainqueur à Barcelone et Madrid, on n'a vu que des bribes. Des amorties mal touchées, des coups parfois boisés et la sensation que le gigantisme du Central l'aura un peu destabilisé, comme il l'aura confirmé après coup au micro d'Alex Corretja. Mais, sur certaines séquences, Roland a pu découvrir pourquoi la planète tennis est en pamoison devant le garçon. Après avoir été sans doute soulagé de l'issue du premier set, Alcaraz a continué son travail de destruction de Londero à base de coups droits ahurissants de vitesse, mais également grâce à une couverture du terrain folle.
Mais puisqu'il est appelé à de grandes choses, Alcaraz a rappelé qu'il était fait d'un autre bois que les autres. A chaque ouverture, l'Espagnol s'est montré chirurgical, en atteste son 3/3 réalisé sur balles de break à l'issue des deux premières manches (6-4, 6-2). Si Londero a resisté pendant un temps, la suite fut bien plus compliquée pour l'Argentin. Fort d'un service très efficace, Alcaraz a déroulé sans jamais lâcher sa proie, infligeant notamment un 6-0 dans le dernier set à son adversaire.
Implacable, Alcaraz a fini par prendre ses repères sur un court qu'il risque de refouler très vite. Pour son deuxième tour, c'est un autre terrien qui l'attend, son compatriote Albert Ramos-Vinolas. Celui-ci sait sans doute l'ampleur de la tâche qui l'attend : ce dimanche, la machine Alcaraz s'est réglée pour finalement se lancer. Qui pourra l'arrêter ?

Les tips de DiP : l'art de la glisse avec Kevin Rolland

Wimbledon
Le programme de vendredi : Parry en ouverture sur le Centre Court, avant Djokovic
30/06/2022 À 21:17
Wimbledon
Cette fois, Alcaraz n'a pas traîné
29/06/2022 À 19:12