1. Le premier avertissement

6-2, 1-0. Serena Williams vient de perdre un point. A 40-15, l'arbitre, Carlos Ramos, donne un avertissement à l'Américaine pour "coaching". Depuis sa chaise, il a vu Patrick Mouratoglou, l'entraîneur de Serena, effectuer des gestes. Ce que ne contestera pas le technicien français. "Oui, je l'ai coachée", avant de rappeler, d'une part, qu'il n'avait jamais pris d'avertissement pour coaching dans sa carrière, et que tous les entraîneurs faisaient ça toute l'année.

US Open
Double bagel, point du siècle et "Dancing Djoker" : Top 100 de l'US Open (50-41)
07/09/2020 À 05:48

Patrick Mouratoglou a par ailleurs expliqué sur Eurosport après la rencontre que Serena n'avait de toute façon pas vu son geste. Surprise, Serena Williams se dirige vers l'arbitre. "Je ne triche pas, je préfèrerais perdre que tricher", lui dit-elle. L'ex numéro un mondiale prend ce premier avertissement de manière personnelle, comme s'il s'agissait, de le part de M.Ramos, d'une attaque contre sa propre intégrité morale. "Elle s'est sentie humiliée par l'avertissement", dira Patrick Mouratoglou.

2. Le deuxième avertissement

Après avoir breaké pour mener 3-1, Serena Williams perd aussitôt le bénéfice de cet avantage en concédant à son tour son service. A la fin de ce jeu, elle fracasse sa raquette et écope d'un nouvel avertissement, synonyme de point de pénalité, qui va s'appliquer au début du jeu suivant. Après la minute de repos, le jeu démarre donc à 15-0. Serena Williams se dirige vers l'arbitre et lui dit : "C'est incroyable. Je n'ai pas été coachée. Je ne triche pas, je n'ai jamais triché de ma vie, j'ai une fille et je défends ce qui est juste, vous me devez des excuses." Sur la forme, le ton monte vraiment.

3. Le jeu de pénalité

Au changement de côté suivant, à 4-3 en faveur de Naomi Osaka, Serena Williams ne décolère pas. Au contraire. Dans un monologue adressé à M.Ramos, elle tient des propos virulents à son endroit. "Vous attaquez ma personne, lui assène-t-elle. Vous avez insinué que j'avais triché. Vous n'arbitrerez plus jamais un de mes matches. C'est vous le menteur. Vous me devez des excuses. Dites-le, dites-le !" Elle le traite ensuite à plusieurs reprises de "voleur". Le tout pour finir par un "ne me parlez pas, ne me parlez pas". Elle écope alors d'un nouvel avertissement mais ne l'entend pas.

4. Serena appelle le juge-arbitre et fond en larmes

Les deux joueuses ont quitté leur chaise pour se positionner au fond du court. Carlos Ramos rappelle alors Naomi Osaka et Serena Williams pour leur signaler qu'il a infligé un jeu de pénalité à l'Américaine et que le score est de 5-3 en faveur de la Japonaise. "C'est une plaisanterie ?", lui demande Serena, dès lors franchement excédée. "Je vous ai traité de voleur parce que vous m'avez volé un point", ajoute-t-elle, avant de demander, dans la foulée, la venue du juge-arbitre.

Mais celui-ci ne lui donnera pas raison. "Ce n'est pas juste, ce n'est pas juste, ça arrive trop souvent, répète-t-elle au superviseur. Me faire perdre un jeu pour ce que j'ai dit ? Ce n'est pas juste." L'Américaine sous-entend ensuite une forme de discrimination : "il y a beaucoup d'hommes (de joueurs) ici qui ont dit des choses bien pires que ça et vous n'avez rien fait." Serena Williams est alors en larmes. Elle reprendra le jeu et remportera son service pour revenir à 5-4, avant de perdre le jeu suivant, et le match.

Sur Eurosport, dans Avantage Leconte, Patrick Mouratoglou est revenu longuement sur cet incident. "Il y a 1000 choses à dire, a-t-il expliqué. Est-ce que j'ai coaché? Oui, j'ai coaché. J'ai fait des gestes. Je l'ai coachée, mais elle ne m'a pas vu. C'est pour ça qu'elle n'a pas compris quand elle a reçu le premier avertissement. S'il avait prévenu Serena, il n'y aurait pas un d'incident invraisemblable inutile. C'est très regrettable. C'est la 2e fois que les arbitres essaient de prendre la vedette à l'US Open. Je trouve ça choquant."

US Open
4h51 d'un combat acharné pour des larmes méritées : la balle de match en vidéo
09/09/2019 À 01:10
US Open
Et pourtant, Monfils avait sorti le grand jeu pour prolonger le plaisir
04/09/2019 À 21:54