Getty Images

US Open : Andy Murray a déjà mis les voiles mais il a de nouveau le vent dans le dos

Murray a déjà mis les voiles mais il a de nouveau le vent dans le dos

Le 30/08/2018 à 10:32Mis à jour Le 30/08/2018 à 15:20

US OPEN - A Flushing Meadows, Andy Murray a fait ses retrouvailles avec le Grand Chelem. Des retrouvailles qui ont connu une fin de précoce mais qui permettent au Britannique de voir plus loin. Oui, l'ancien numéro un mondial est sur la bonne voie.

Andy Murray, 31 ans, le sait, le chemin du retour est long et semé d'embûches. Éloigné des courts pendant quasiment un an, l'ancien numéro un mondial redescendu au 382e rang à l'ATP, faisait ses retrouvailles avec le Grand Chelem treize mois après son Wimbledon 2017 achevé en quart de finale.

Deux matches, deux fois quatre sets, deux fois plus de trois heures de jeu, si l'édition 2018 ne restera pas dans les annales de la carrière de Murray pour son niveau de performance, elle marquera un tournant évident si toutefois il venait à retrouver la qualité de jeu qui l'avait conduit à la première place mondiale en octobre 2016. "A certains moments, j'ai joué mon meilleur tennis depuis mon opération et mon retour à la compétition", s'est félicité le Britannique.

Un physique qui revient petit à petit

Il y a deux mois, Murray renonçait à Wimbledon, ne se sentant pas capable de ferrailler au meilleur des cinq sets. "J'ai fait des progrès significatifs à l'entraînement et en matches lors des dix derniers jours mais après de longues discussions avec mon équipe, nous avons décidé qu'il était encore trop tôt dans le processus de récupération pour jouer des rencontres au meilleur des cinq sets", écrivait le Britannique le 1er juillet dernier sur sa page Facebook. Deux mois plus tard, Murray était prêt. Sa belle résistance, sa défense acharnée et payante sur certains points face à Verdasco, permettent d'entrevoir ses progrès depuis son retour le 16 juin dernier.

Vidéo - Murray a résisté mais Verdasco l'a fait céder

02:56

A l'US Open, Murray a joué ses neuvième et dixième match de la saison, seulement. Ce qui explique aisément son match en dents de scie face à Verdasco la nuit dernière : "C'est difficile de trouver l'équilibre, de prendre la bonne décision quand vous n'avez pas beaucoup de matches et d'entraînement derrière vous, assure le triple vainqueur en Grand Chelem. Ça m'a coûté des points aujourd'hui (mardi). Ça va me prendre un peu de temps de m'y réhabituer."

Les exemples Djokovic et Wawrinka incitent à la patience

Federer, Djokovic, Wawrinka, ces trois joueurs ont connu une demi-saison blanche ces deux dernières années. Si pour Federer, le retour a été fabuleux avec la victoire à l'Open d'Australie 2017, pour Djokovic et Wawrinka, la rédemption a été plus longue, plus tortueuse. Le Serbe a attendu six mois pour retourner en finale d'un tournoi et quinze jours de plus pour triompher à Wimbledon. Le Suisse lui n'en est pas encore là mais ces dernières semaines, notamment à Cincinnati, prouvent qu'il est sur la bonne voie.

Murray, éloigné des courts pendant deux fois plus longtemps ou presque, sait donc qu'il doit se montrer patient. S'il travaille dur à l'entraînement depuis plusieurs mois, rien ne remplace la compétition et ses moments de tension. "A la fin (contre Verdasco), quand j'étais dos au mur, j'ai sorti du bon tennis et j'ai presque réussi à me relancer dans le match, mais j'ai connu trop de hauts et de bas, a regretté Murray. Au vu des conditions et après avoir déjà joué trois heures lundi, être encore aussi bien que je l'étais en fin de match, compte tenu de mon manque de matches et d'entraînement, c'est positif".

Après l'US Open, Murray sera aux portes du top 300 mondial. Il attaquera à la tournée asiatique puis finira sans doute sa saison à Paris, début novembre. Ses objectifs ? Enchaîner les matches et retrouver un classement plus en adéquation avec sa stature. "Si les choses continuent à bien se passer et que je continue à progresser physiquement, je crois que je pourrai de nouveau me battre pour les trophées les plus importants, avance l'ancien numéro un mondial. Mais on ne sait jamais comment le corps va répondre". Le chemin est encore long mais Murray a passé un nouvel obstacle.

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0