Quand il disait que de nombreux joueurs n'étaient pas prêts à faire le voyage à New York, Novak Djokovic ne bluffait pas. C'est notamment le cas de la majorité de ses collègues du top 100 comme un certain Nick Kyrgios, mais aussi de certaines de ses homologues féminines, comme la numéro 2 mondiale Simona Halep. Le coach de la Roumaine, Darren Cahill, a ainsi accordé un entretien à l'agence Reuters jeudi dans lequel il reprend l'argumentaire développé depuis plusieurs jours par le Serbe et l'applique à sa joueuse. L'intéressée a d'ailleurs confirmé ses doutes à notre confrère du New York Times, Christopher Clarey.

US Open
Stacey Allaster devient la première femme à diriger l'US Open
11/06/2020 À 11:36

"Les restrictions sont dures, incroyablement difficiles. Et chaque joueuse ou joueur aura son opinion et déterminera si ça lui convient. Mais je suis assez sûr que ces conditions ne conviendront pas à Simona", a confié Cahill. Avant d'en expliquer les raisons. "Si vous êtes dans une équipe de football ou de baseball, au moins vous voyagez avec vos coéquipiers, vous échangez avec eux, mangez avec eux et vous vous entraînez ensemble. Le tennis, c'est un petit peu différent parce que c'est un sport individuel."

"Ça va poser des problèmes à beaucoup de monde, particulièrement aux joueuses et joueurs mariés"

Le coach australien a ensuite précisé sa pensée en s'attachant au cas particulier de sa joueuse. "Si vous vous mettez à la place de Simona, vous devez vous envoler depuis la Roumanie, passer quatre semaines dans cet hôtel de l'aéroport de New York et ne vous entourer que d'une personne. En temps normal, vous avez un kiné, un sparring-partner, un préparateur physique et un ou deux coachs", a-t-il rappelé. Une situation d'autant plus critique que la Roumaine l'avait confié à Eurosport voici quelques semaines : elle ne voyagerait que quand la situation sanitaire serait sûre à 100 %.

"Rester dans une bulle avec une personne pendant trois ou quatre semaines, puis jouer au plus haut niveau, ça va poser des problèmes à beaucoup de monde. Particulièrement aux joueuses et joueurs mariés avec des enfants", a enfin considéré Cahill. L'Australien a aussi fait remarquer que la situation pouvait évoluer vite dans les prochaines semaines et que certaines restrictions pourraient alors être levées. Mais si les choses restaient en l'état, Flushing Meadows devrait donc vraisemblablement se passer de la présence d'un nom majeur du tennis de plus après Federer et Djokovic.

US Open
"C'est égoïste de faire jouer l'US Open avec le coronavirus et les émeutes" : Kyrgios allume l'ATP
11/06/2020 À 09:32
US Open
Djokovic prêt à zapper l'US Open
10/06/2020 À 09:16