En s'adjugeant l'US Open, Emma Raducanu est entrée dans une autre dimension. La joueuse de 18 ans, qui est devenue la première (simples dames et messieurs confondus) à remporter un titre du Grand Chelem en sortant des qualifications, fait l'admiration de tous ces derniers jours et a même reçu un message de félicitations de la Reine Elisabeth II. De quoi faire tourner quelques têtes. Mais pour la suite de sa carrière, les éloges de ses pairs du monde du tennis ont certainement une importance toute particulière. Et Andy Murray n'a pas fait exception.
Lundi, après sa victoire facile contre l'Allemand Yannick Maden pour son entrée en lice au Challenger de Rennes, l'ex-numéro 1 mondial s'est fait un plaisir de répondre aux questions sur la victoire inattendue de sa jeune compatriote. S'il a évidemment été surpris par le parcours parfait de Raducanu (10 victoires, 20 sets gagnés et 0 perdu) à Flushing Meadows, il avait pris conscience depuis quelque temps déjà que le tennis britannique tenait une pépite.
US Open
Un Grand Chelem voué à l'échec ? "Si même la machine Djokovic n'y est pas parvenue..."
14/09/2021 À 10:50

Medvedev et Raducanu, du jamais vu depuis 1987

Murray connaissait le potentiel de Raducanu

"C'est incroyable ce qu'elle a fait là-bas (à New York, NDLR). Mais je pense que parmi ceux qui connaissent le tennis britannique, nous étions nombreux à savoir à qu'elle était extrêmement forte. Elle n'avait pas beaucoup joué au plus haut niveau les 18 derniers mois à cause du coronavirus et de l'école (elle a terminé le lycée en juin, NDLR), mais je pense qu'à Wimbledon, tout le monde a pu avoir un aperçu de son potentiel", a-t-il considéré, rappelant le huitième de finale déjà bluffant de Raducanu au All England Club pour sa première participation à un Grand Chelem.
Et au-delà même de ces performances marquantes sur le gazon londonien, Murray a eu l'occasion d'observer de plus près au travail la désormais 23e joueuse mondiale. Et apparemment, l'intéressée s'entraîne comme elle joue en match. "J'ai passé un petit peu de temps à ses côtés sur les courts d'entraînement, mais encore plus dans le même établissement, où on s'entraînait l'un à côté de l'autre. J'ai regardé ce qu'elle faisait et elle était vraiment douée", a-t-il noté.

Muraille au filet, gifle sur passing, retour cinglant : le top 5 de Raducanu à l'US Open

Capitaliser sur cette réussite et inciter de plus en plus d'enfants à jouer au tennis
Murray sait toutefois la difficulté que représente la quête d'un titre du Grand Chelem, pour avoir mangé son pain noir avant d'y parvenir lui-même, également à Flushing Meadows voici neuf ans (quatre défaites en finales de Majeurs avant ce triomphe de l'US Open 2012, NDLR). Il ne peut donc que s'incliner devant le parcours de Raducanu. L'Ecossais a surtout conscience que la trajectoire météoritique de la jeune femme est de nature à faire rêver ceux qui l'ont suivie, incrédule.
"Mais ce qu'elle a fait à New York, c'était très spécial. C'est un immense coup de pouce pour le tennis britannique qui va donner, espérons-le, aux instances l'opportunité de capitaliser sur cette réussite et d'inciter de plus en plus d'enfants à pratiquer ce sport. C'est super ce qu'elle a fait et c'est une immense opportunité pour le tennis britannique désormais." Murray sait de quoi il parle, lui qui a porté sur ses épaules son sport dans son pays et toute la pression qui va avec. Si Raducanu peut inspirer ses compatriotes et créer des vocations et une émulation, le tennis britannique a effectivement de beaux jours devant lui.
US Open
Raducanu, Azarenka, Zverev ou Medvedev dans leurs oeuvres : le top 10 de l'US Open 2021
13/09/2021 À 22:48
US Open
Muraille au filet, gifle sur passing, retour cinglant : le top 5 de Raducanu à l'US Open
13/09/2021 À 20:57