Maintenant qu'il a intégré la constellation des grands champions, celle des vainqueurs en Grand Chelem, la question de l'après va inévitablement se poser pour Daniil Medvedev. S'il ne subit pas de contrecoup, ce fameux "letdown" qui touche parfois ceux qui viennent de toucher à leur rêve d'enfant, il n'y a aucune raison de penser que le Russe ne s'installera pas durablement sur les hauteurs du tennis mondial. S'il devra considérablement progresser sur terre battue voire sur gazon s'il veut avoir une chance de se construire un palmarès encore plus conséquent, à l'Open d'Australie et à l'US Open, il devrait à nouveau figurer parmi les principaux prétendants au titre à l'avenir.
Après ce premier titre majeur, l'autre objectif pour lui devrait être la quête de la première place mondiale. Ce lundi, il est revenu à 1 353 points de Novak Djokovic. C'est à la fois peu et beaucoup. A la "Race" soit le classement établi sur la seule année 2020, ce sont 2 000 points qui séparent les deux hommes.
US Open
Murray sur Raducanu : "C'est incroyable et une immense opportunité pour le tennis britannique"
14/09/2021 À 16:56
Vainqueur de trois des quatre tournois du Grand Chelem et finaliste du dernier, Djokovic mérite incontestablement de finir cette saison au sommet de la hiérarchie. Mais le classement ATP, bête et méchant, se moque du mérite. Il compte, c'est tout. Or le Serbe ayant relativement peu joué entre les Majeurs cette année, il n'est pas totalement à l'abri malgré son extravagant total de points sur ces quatre tournois (7 200, contre 3 920 à Medvedev).

Medvedev à Djokovic : "Désolé Novak, pour moi, c'est toi le plus grand"

L'idée, c'est plutôt de se préparer pour les plus grands rendez-vous
Pour autant, le nouveau tenant du titre de l'US Open ne croit guère à une prise de pouvoir d'ici fin 2021. "Honnêtement, ça me semble presque impossible, a-t-il estimé dimanche soir. Je dois défendre mes titres à Bercy et au Masters. Novak, lui, n'a pas beaucoup de points à défendre je crois." Sa fin de saison 2020 en boulet de canon lui laisse effectivement peu de marge pour augmenter encore son capital, même si le report d'Indian Wells à l'automne change un peu la donne.
Alors, Daniil Medvedev cédera-t-il à la tentation de la surcharge de son calendrier pour essayer d'accéder au trône ? Gilles Cervara se montrait très réservé après la finale victorieuse contre Novak Djokovic. "Je ne sais pas, on va en discuter, explique l'entraîneur français du numéro 2 mondial. Mais l'idée, c'est plutôt de se préparer pour les plus grands rendez-vous, pas d'ajouter encore et encore des tournois. Mais on va voir."

Et Medvedev a eu le dernier mot : les moments forts d'un 3e set qui a été fatal à Djokovic

Si ça arrive un jour, ce sera super
"Il reste quoi ? Indian Wells, Bercy, Turin (les ATP Finals y sont organisés à partir de cette année) et Vienne, reprend Medvedev. Vienne, je ne jouerai pas, parce que c'est la semaine de Saint-Pétersbourg. Je ne pense pas que j'irai à St Pete non plus mais si je joue quelque part cette semaine-là, ce sera à la maison. Il reste donc Indian Wells, Bercy et Turin. Si je gagne les trois, je serai peut-être dans le coup, mais c'est quand même un énorme challenge."
Bref, c'est loin d'être une obsession pour lui : "Je suis juste content d'avoir gagné mon premier Grand Chelem. La place de numéro un, ce n'est pas mon but principal. Mais si ça arrive un jour, ce sera super."
Un jour. Car au-delà de l'échéance 2021, cette possibilité semble à moyen terme beaucoup plus crédible. D'abord parce que Novak Djokovic, de plus en plus, va se focaliser sur les quatre tournois du Grand Chelem. A 34 ans, il n'a cessé de répéter que c'était désormais son objectif quasi unique. Or il ne pourra sans doute pas afficher un bilan aussi exceptionnel dans les Majeurs tous les ans, ce qui risque de fragiliser sa position dominante au classement.

Incroyable Medvedev : la balle de titre qui a réduit les rêves de Grand Chelem de Djoko à néant

Un coup d'œil dans le rétro

Dans le même temps, Medvedev, lui, est devenu un joueur beaucoup plus complet. A défaut d'être un candidat au titre à Roland-Garros ou Wimbledon, il y a signé en 2021 ses meilleurs résultats S'il gagne en confiance et en constance sur terre battue, qui représente un gros morceau du calendrier mais une part encore marginale de son total de points au classement, il sera une menace d'autant plus importante. Plus que fin 2021, c'est donc peut-être en 2022 que sa fenêtre de tir sera la plus importante.
Attention quand même. Il y a un an, Dominic Thiem remportait l'US Open et, avec son profil complet, capable de dominer sur terre, sur dur et d'être performant en indoor, l'Autrichien semblait capable d'aller chercher la première place mondiale en 2021. Résultat, son corps et sa tête ont lâché.
Personne n'est à l'abri de ça, Medvedev pas plus que les autres, même si, au lendemain de son sacre new-yorkais, rien ne paraît devoir entraver son ascension. Il devra aussi regarder derrière lui. Dans son rétro, un Alexander Zverev pourrait lui aussi s'immiscer dans cette discussion s'il garde le cap de son prolifique été. Verrouillée par la domination quasi-totale de Novak Djokovic ces dernières années, la course à la place de N°1 pourrait bien redevenir très intéressante dans les mois à venir.

Novak Djokovic et Daniil Medvedev après la finale de l'US Open.

Crédit: Eurosport

US Open
Un Grand Chelem voué à l'échec ? "Si même la machine Djokovic n'y est pas parvenue..."
14/09/2021 À 10:50
US Open
Raducanu, Azarenka, Zverev ou Medvedev dans leurs oeuvres : le top 10 de l'US Open 2021
13/09/2021 À 22:48