C'est le dernier des Mohicans. Après la défaite de Fiona Ferro jeudi face à Iga Swiatek, Gaël Monfils sera donc le seul Français, hommes et femmes confondus, rescapé au 3e tour de l'US Open. Le numéro un tricolore a pour sa part battu Steve Johnson en quatre sets plutôt rondement menés (7-5, 4-6, 6-4, 6-4), sur un court Louis-Armstrong qui lui a ensuite témoigné tout son amour en entonnant à pleins poumons un "Happy Birthday Gaël", le joueur ayant fêté la veille ses 35 ans.

"Happy Birthday Mister Monfils" : quand le court Armstrong chante pour les 35 ans de Gaël

Un peu plus tôt, hormis la perte du deuxième set alors qu'il comptait un break d'avance, Monfils avait livré une partie globalement solide. Surtout eu égard aux conditions venteuses et au caractère atypique d'un adversaire moustachu chipant 99% de ses revers et rentrant gaiement dans le reste de ses frappes. Le même Johnson qui lui avait d'ailleurs déjà posé des problèmes par le passé malgré trois défaites en trois confrontations.
US Open
Murray sur Raducanu : "C'est incroyable et une immense opportunité pour le tennis britannique"
14/09/2021 À 16:56
"Franchement, c'était bien, s'est confié ensuite le Parisien au micro d'Eurosport. Steve (87e mondial, Ndlr) a bien joué, il m'a impressionné de tenir le coup aussi longtemps physiquement. Mais j'ai bien joué, bien retourné, notamment. J'ai essayé de le relancer au maximum pour pouvoir ensuite l'agresser sur son revers. Je suis monté au filet un peu plus que d'habitude. Dans l'ensemble, c'était un bon match. Je suis de mieux en mieux."

Monfils savoure son retour en forme : "Je suis de mieux en mieux"

Au chapitre des satisfactions, on rajoutera un service très percutant quoi qu'encore un peu irrégulier (15 aces, 6 double-fautes) et une condition physique retrouvée. Monfils, et c'est la base de son jeu, bouge bien. Sa cheville endolorie à Toronto ne semble être qu'un mauvais souvenir. Et il n'a nullement souffert des conséquences de sa double chute sur le court, malgré un léger bobo sur le moment à la main et au pied.
L'énergie positive fait que mon jeu revient
Bref, par rapport au fantôme qui a hanté le circuit pendant les dix premiers mois de la reprise du circuit post-Covid, entre septembre 2020 et juillet 2021 (trois petits matches gagnés dans l'intervalle, alors qu'il jouait auparavant peut-être le meilleur tennis de sa vie), Monfils revit. Et s'il revit, ça n'est pas un hasard.
"C'est simple, cette année, j'ai recommencé à gagner des matches quand il y avait du monde, comme l'a fait remarquer, en conférence de presse "La Monf", quart de finaliste à Toronto puis huitième de finaliste à Cincinnati, où il a franchi le cap symbolique (mais pas anecdotique) des 500 victoires sur le circuit principal. Ici, il a une ambiance dingue, c'est incroyable. Ça me manquait. Le huis clos, c'était dur pour moi. J'ai mis du temps à m'adapter. Avec le public, ce sont des conditions beaucoup plus naturelles. L'énergie positive fait que mon jeu revient."

Le geste fair-play : Johnson vient relever Monfils après une mauvaise chute

De l'énergie positive, Monfils en puise aussi pas mal du côté de sa vie personnelle depuis son mariage le 16 juillet dernier avec Elina Svitolina, à laquelle il a adressé un joli clin d'œil après son succès. "J'ai passé un superbe été. C'est un challenge pour les sportifs de haut niveau de bien se sentir au niveau privé. Nous sommes très heureux d'être mariés et espérons construire bientôt une belle famille." Ah, y'aurait-il de l'info dans l'air ?
L'info principale, en attendant le reste, est que le protégé du coach autrichien Günter Bresnik retrouvera au 3e tour Jannik Sinner, qui s'est fait un peu peur face à l'invité américain Zachary Svajda, auquel il a lâché le 3e set après avoir eu deux balles de match, s'imposant finalement 6-3, 7-6, 6-7, 6-4. Un premier col de 1ère catégorie pour le Français face à au jeune prodige italien (16e mondial), vainqueur début août à Washington.

Au 3e tour d'un Majeur pour la première fois depuis presque deux ans

S'il ne partira pas réellement favori, au moins si l'on se fie aux classements, Monfils pourra néanmoins s'appuyer sur son vécu largement supérieur à l'US Open. Là où Sinner n'avait pas encore gagné le moindre match à New York, Monfils, lui, y a été demi-finaliste en 2016 et trois fois quart de finaliste en 2010, 2014, 2019. Mine de rien, il en a fait un Grand Chelem aussi prolifique que Roland-Garros. Sans doute parce qu'il y est tout autant à la maison qu'à Paris, vu comment la foule new-yorkaise l'a adopté.
Armé de ses certitudes et de son sourire retrouvés, le 20e joueur mondial peut désormais s'atteler aux choses très sérieuses sur cet US Open. En cas de succès sur Jannik Sinner, ce serait possiblement un énorme défi face à Alexander Zverev qui l'attendrait. Mais chaque chose en son temps. Laissons d'abord Gaël Monfils savourer le bonheur "simple" de se retrouver au 3e tour d'un Grand Chelem pour la première fois depuis l'Open d'Australie 2020.

Des coups gagnants, de la bonne humeur : c'était du bon Monfils contre Johnson

US Open
Un Grand Chelem voué à l'échec ? "Si même la machine Djokovic n'y est pas parvenue..."
14/09/2021 À 10:50
US Open
Raducanu, Azarenka, Zverev ou Medvedev dans leurs oeuvres : le top 10 de l'US Open 2021
13/09/2021 À 22:48