Il fallait survivre à la tempête "Alex". Novak Djokovic a eu la peau d'Alexander Zverev après un superbe match de tennis, lors de la seconde demi-finale d'un US Open quatre étoiles pour le moment, conclu au meilleur des cinq manches (4-6, 6-2, 6-4, 4-6, 6-2) dans la nuit de vendredi à samedi. Un duel gagné au mental car le navire a quand même tangué. Mais, le capitaine Djoko arrive à composer avec les vagues sans avoir le mal de mer. C'est sa plus grande force.
Le n°1 mondial avait prévenu son cadet : New York, ce n'était pas Tokyo. Ce n'était pas un match au meilleur des trois manches qui reste à ce jour un format où le 4e mondial exprime mieux son tennis. Mais c'était bien un match au meilleur des cinq actes, soit un marathon, où quand le chrono dépasse les 3h, il laisse place à des éléments où il est meilleur que Zverev : la partie mentale du jeu et la gestion de son corps. Même s'il craignait le grand Allemand et son service de plomb, Djoko a capitalisé sur sa gestion des moments charnières pour venir à bout de son adversaire le plus dangereux de la quinzaine.
"C'était la plus grosse bataille que j'ai eu à mener dans ce tournoi et de loin. C'était attendu. Zverev était dans une forme exceptionnelle. Il n'avait pas perdu beaucoup de sets dans ce tournoi et il était sur une série de succès, avec ses sacres aux Jeux Olympiques à Tokyo et à Cincinnati", a réagi Djokovic en conférence de presse, quelques minutes après avoir tenu un discours déjà très fort sur le court du stadium Arthur-Ashe. "Je savais que ça allait être un immense challenge et une vraie tâche à accomplir que de le battre."
US Open
Murray sur Raducanu : "C'est incroyable et une immense opportunité pour le tennis britannique"
14/09/2021 À 16:56

Djokovic prévient Medvedev : "Je vais jouer ce match comme si c'était le dernier de ma carrière"

Je dois être satisfait du tennis produit lors du 5e set, qui était le plus important du match
Mené, puis aux commandes après la disparition subite du joueur de Hambourg au début du 2e set, puis vainqueur d'un 3e set arraché au forceps, puis à nouveau en mode en mi-figue, mi-raisin dans le 4e acte où il a été breaké à 1-1 de manière un peu impromptue, le Serbe en a vu de toutes les couleurs. Mais il n'a jamais senti qu'il était inférieur à son adversaire et tout ça sans forcément produire son meilleur tennis. Pour preuve, il a sorti un match très loin de ses standards habituels en retour de service, et côté revers dans l'échange, alors que ce sont deux de ses principales qualités. Ce qu'il fallait, c'était élever le curseur au moment propice et casser la dynamique adverse.
"Oui c'est une grande victoire, je suis heureux du tennis produit lors de cette bataille", a reconnu le Serbe, auteur d'un tournoi assez similaire à ce qu'il avait proposé à Roland-Garros. A Paris, il n'avait pas forcément produit un tennis stratosphérique, mais toujours relevé la tête quand il le fallait. "Il a très bien débuté ce match, mais j'ai senti qu'on était très proches. J'ai finalement perdu le premier set. Mais, comme dans les autres matches gagnés pendant ce tournoi, j'ai commencé à produire du très très bon tennis dans les deuxièmes et troisièmes manches, après avoir perdu le premier set. Oui, j'aurais pu mieux jouer lors de certains points. Mais encore une fois, je dois être satisfait du tennis produit lors du 5e set, qui était le plus important du match."

Une grande bagarre plus qu'un immense match : Djokovic a fini par faire plier Zverev

Le gain du 3e set l'a mis sur orbite en deux temps

Novak Djokovic avait la clé de cette demi-finale, mais il n'en a pas eu le contrôle. Même quand il a mené deux manches à une, il n'avait pas une marge conséquente sur un adversaire rattrapé par quelques démons, notamment les doubles fautes. Son coup de force a été de prendre sa proie dans ses serres lors du troisième set, premier moment charnière du match. Car ici, Djoko s'est faufilé par un trou de souris. Il avait breaké Zverev à 5-4 en sa faveur après un set où il avait dû sauver lui trois balles de break (à 0-0, 30/40 et 2-2 15/40 et 30/40). A 2-2, il a sauvé son service grâce à deux premières balles salvatrices, jouées sur les lignes extérieures du carré de service. Une habitude chez le Serbe quand il doit sauver sa peau derrière son engagement.
"A la fin du troisième set, nous avons eu des points très longs, doublés d'échanges tout aussi longs. Bien évidemment, prendre ce set a été un énorme soulagement et un avantage. Mais, j'ai ensuite perdu un peu de concentration dans le 4e set et il en a profité. Quand vous perdez votre service et que vous avez un break de retard face à Zverev, c'est vraiment difficile de revenir car il a une telle précision au service, doublée d'une puissance. Dans les dix premières secondes du set, il a balancé deux énorme services aux alentours des 210 Km/h sur des points importants", a reconnu l'homme qui jouera sa 31e finale en Grand Chelem. Meilleur sur cinq manches face à un bon Zverev, Djokovic a donc eu réponse à tout, encore une fois. Place à la dernière marche pour le capitaine Djoko, l'expert en bataille navale, soit un jeu de patience. "Maintenant, je me projette vers une nouvelle bataille dimanche."

53 coups : Zverev a remporté le point du tournoi (de l'année?) contre Djokovic

US Open
Un Grand Chelem voué à l'échec ? "Si même la machine Djokovic n'y est pas parvenue..."
14/09/2021 À 10:50
US Open
Raducanu, Azarenka, Zverev ou Medvedev dans leurs oeuvres : le top 10 de l'US Open 2021
13/09/2021 À 22:48