Quelle histoire ! Daniil Medvedev a créé l'événement dimanche sur le court Arthur-Ashe en enfilant le costume de briseur de rêve. Ou plutôt en accomplissant le sien. Dans un court Arthur-Ashe acquis à la cause de son adversaire Novak Djokovic et à sa quête de Grand Chelem, le Russe a joué la finale quasi-parfaite pour l'emporter largement (6-4, 6-4, 6-4) en 2h16 de jeu et conquérir le premier Majeur de sa carrière. Il restera donc comme celui qui a empêché le numéro 1 mondial de rejoindre Rod Laver dans l'Histoire du jeu.

Incroyable Medvedev : la balle de titre qui a réduit les rêves de Grand Chelem de Djoko à néant

US Open
Murray sur Raducanu : "C'est incroyable et une immense opportunité pour le tennis britannique"
14/09/2021 À 16:56
Si tous les yeux étaient logiquement tournés sur Novak Djokovic avant ce match qui pouvait consacrer l'un des plus grands exploits du sport moderne, Daniil Medvedev avait prévenu : il la voulait au moins aussi fort cette victoire. Après deux échecs en finale (US Open 2019 et Open d'Australie 2021), le numéro 2 mondial était prêt et tant pis s'il devait en quelque sorte "gâcher la fête". Ce dimanche, il a fait le match dont il avait sûrement rêvé avec son équipe dans sa préparation. Et malgré l'émotion qui l'a saisi au moment de conclure, il a tenu pour s'offrir ce qui constitue aussi une sorte de revanche de la fessée reçue à Melbourne il y a six mois.

Medvedev a gagné le bras de fer du fond dès les premiers échanges

De bout en bout, Medvedev aura contrôlé les événements. Le premier jeu avait d'ailleurs donné le ton : mené 40/15, il s'est attaché à durcir les échanges du fond, répliquant à chaque tentative d'accélération de son illustre rival par des contres tout aussi percutants. Maître dans l'art d'absorber la puissance adverse, il a instauré un bras de fer d'entrée auquel Djokovic n'a pas pu répondre, concédant finalement son service. Fort de cet avantage, le Russe a servi le feu (100 % de réussite derrière sa première balle dans le premier set !) pour faire la course en tête, 6-4.

Encore une fois, Djokovic lâche la 1re manche : les moments forts du set remporté par Medvedev

Mais on le savait, gagner le premier set face au numéro 1 mondial ne constituait en rien un gage de victoire. A quatre reprises précédemment, Djokovic avait remonté ce handicap au cours de la quinzaine. Et quand il a mené 0/40 sur le service de Medvedev d'entrée de deuxième manche, obtenant ses premières occasions de break, il était tentant de penser que le scénario de sa demie contre Alexander Zverev pouvait se reproduire. C'était sans compter la solidité sur le plan mental du Russe. En deux jeux de service consécutifs, il a ainsi écarté cinq opportunités adverses sur son service, parfois avec la manière comme sur ce revers long de ligne supersonique sur la 5e (6-4, 2-2).

Ramasseuse apeurée et raquette brisée : Djokovic commence à craquer face à Medvedev

Et l'impensable s'est produit : Djokovic a craqué...

Signe que tout allait décidément pour le mieux pour lui, sur une de ces balles de break, le point a été à rejouer à cause du déclenchement intempestif de la musique dans le stade. Frustré par ce coup du sort et son incapacité à breaker, Djokovic s'est alors défoulé sur sa raquette, donnant une idée assez claire de son état émotionnel et confortant par la même occasion son adversaire dans sa stratégie. Privé de solutions du fond face à son miroir indébordable, le numéro 1 mondial s'est alors régulièrement aventuré au filet, d'abord avec pas mal de succès. Jusqu'à ce que Medvedev se règle au passing et ne lui assène le coup de grâce en milieu de deuxième, puis en début de troisième actes (6-4, 6-4, 4-0).
Complètement dominé dans sa filière, Djokovic s'est quelque peu effondré aussi, vidé tant physiquement - fréquemment en retard et mal placé sur la balle - que mentalement - il en a pleuré - par le poids de l'occasion. Il n'en reste pas moins que Medvedev a eu droit à un dernier frisson en concédant son service au moment de clore les débats. Heureusement pour lui, il avait un double break d'avance et n'a pas loupé sa seconde chance. Le numéro 2 mondial avait mangé son pain noir, il était prêt et il l'a prouvé de la plus belle des manières.

Moment d'éternité : au bord du précipice et ovationné, Djokovic en pleurs sur sa chaise

US Open
Un Grand Chelem voué à l'échec ? "Si même la machine Djokovic n'y est pas parvenue..."
14/09/2021 À 10:50
US Open
Raducanu, Azarenka, Zverev ou Medvedev dans leurs oeuvres : le top 10 de l'US Open 2021
13/09/2021 À 22:48