Elle adore le All-England Club. L'Américaine Coco Gauff, 23e joueuse au classement WTA, qui avait déboulé sur la planète tennis en 2019 en atteignant les 8es de finale de Wimbledon, est de retour au même stade cette année après avoir écarté ce samedi la Slovène Kaja Juvan, 102e mondiale, dans un match à sens unique terminé en seulement 1h05 (6-3, 6-3).
Un récital de plus pour la native d'Atlanta, déjà quart de finaliste à Roland Garros, qui n'a toujours pas lâché le moindre set cette semaine. A 17 ans, Gauff devrait désormais voir sa route s'élever, dès lundi, puisqu'elle sera opposée à l'Allemande Angelique Kerber, lauréate de l'édition 2018 et de retour pour la première fois depuis trois ans à ce stade de la compétition.
Wimbledon dames
"Pire joueuse du circuit", "risible" : ça a chauffé entre Ostapenko et Tomljanovic
03/07/2021 À 16:00

Un set lâché puis Kerber s'est fâchée

Pour la 28e mondiale, la journée a été un peu plus mouvementée. La faute à un mauvais départ pris dans son match face à Aliaksandra Sanovitch. La Biélorusse a sèchement remporté le premier set, avant que la joueuse aux trois titres du Grand Chelem ne fasse finalement régner sa loi au terme d'un combat de 1h15 (2-6, 6-0, 6-1). Ce sera la première confrontation sur le circuit WTA entre Kerber et Gauff.

Barty - Krejcikova, alléchant huitième

Si les interrogations autour d'Ashleigh Barty concernaient son physique, son jeu, lui est globalement bien en place. La N.1 mondiale n'a pas vraiment tremblé pour dominer Katerina Siniakova (6-3, 7-5). L'Australienne n'aura connu qu'une vraie frayeur, au moment de conclure le deuxième set, qu'elle avait pourtant débuté par deux breaks. Siniakova s'est accrochée jusqu'au bout pour tenter de faire douter l'Australienne, revenant à 5-5. Mais le mental de championne de Barty est toujours aussi costaud. La tête de série numéro un est allé reprendre une nouvelle fois la mise en jeu de la Tchèque pour conclure l'affaire en 1h37 de jeu.
La voilà en huitièmes de finale, comme en 2019, et elle souhaitera y faire mieux qu'une élimination à ce stade. Mais le défi n'aura rien de simple. Car la vainqueure du dernier Roland-Garros Barbora Krejcikova ne redescend pas vraiment de son nuage.
La Tchèque a dominé Anastasija Sevastova au terme d'un match très serré de 2h31 (7-6, 3-6, 7-5). Bien décidée à faire le jeu, notamment au filet tant après son service qu'à la volée sur des échanges plus longs, la tête de série N.14 a fait preuve d'abnégation pour décrocher sa première place en huitièmes de finale sur le gazon londonien et pour cause, jamais elle n'avait disputé le tableau principal en simples. Elle a toutefois remporté le titre en doubles en 2018.
Sa compatriote Karolina Muchova sera aussi au rendez-vous. La 22e joueuse au classement WTA a dominé Anastasia Pavlyuchenkova (7-5, 6-3) plus disputés que le score ne le laisse présager. Mais la Russe, finaliste porte d'Auteuil il y a quelques semaines, s'est montré trop maladroite dans certains moments cruciaux (34 fautes directes) pour faire la différence. Muchova affrontera une autre joueuse en vogue, Paula Badosa en deuxième semaine à Wimbledon pour la première fois après avoir découvert les quarts de finale en Grand Chelem lors du dernier Roland-Garros. Badosa a dominé samedi la Polonaise Magda Linette après avoir remonté la perte du premier set (5-7, 6-2, 6-4).

Raducanu, nouvelle coqueluche de Wimbeldon

Elle n'avait jamais disputé le moindre match en Grand Chelem, ni même dans des qualifications. Voilà Emma Raducanu en huitièmes de finale. La Britannique, 18 ans seulement, et invitée par l'organisation a poursuivi son festival et son parcours remarquable en dominant la Roumaine Sorana Cirstea en deux sets (6-3, 7-5) a livré un match d'un très bon niveau, faisant l'étalage d'une palette technique déjà intéressante, en particulier en revers, et d'un mental particulièrement solide pour conclure face à une Cirstea accrocheuse et en belle forme avant Wimbledon.
Offensive, audacieuse (elle a conclu sur le service de son adversaire), Raducanu a régalé le public du court n°1. "C'est de loin le plus grand court sur lequel j'ai joué. Pendant tout le match, c'est le public qui m'a portée et m'a permis de passer", a-t-elle ajouté le visage illuminé d'un sourire radieux. Elle tentera de décrocher une place en quarts de finale contre l'Australienne Ajla Tomljanovic (75e), vainqueur de Jelena Ostapenko, au terme d'un match marqué par les invectives entre les deux joueuses. Tomljanovic a notamment reproché à la vainqueur de Roland-Garros 2017 d'avoir simulé une blessure après avoir perdu plusieurs jeux pour tenter de retrouver son jeu. En vain, mais pas sans bruit.
Wimbledon
Barty dicte sa loi, Wimbledon va couronner une nouvelle reine
08/07/2021 À 14:05
Wimbledon
Kerber s'offre Gauff et une seconde jeunesse
05/07/2021 À 16:17