Pour un dos mal accordé...

Pour un dos mal accordé...
Par Eurosport

Le 01/07/2004 à 17:37Mis à jour

D'un rien, Amélie Mauresmo a manqué sa chance de se hisser en finale de Wimbledon, jeudi, butant sur Serena Willliams. Meurtrie au dos, la Française n'a pu défendre totalement ses chances dans les deux dernières manches (6-7, 7-5, 6-4). L'Américaine affro

WIMBLEDON, demi-finale dames

S. Williams (E-U, n°1) bat A. Mauresmo (Fra, n°4) 6-7, 7-5, 6-4

A l'arraché, allant puiser dans ce qu'elle sait de son tennis, la tricolore revenait à 5-5, arrachant enfin une mise en jeu à son adversaire, avant de conclure au tie-break.

Le second set amena tous les espoirs et toutes les désillusions. Sereine, appliquée, Amélie Mauresmo breakait pour mener 3-2. Du tout cuit ? Pas loin. C'était sans compter sur ses problèmes physiques et sa brutale baisse de régime. La perte de deux jeux (3-4) inversait la donne, l'entrée de la kinésithérapeute à deux reprises sonnait, pratiquement, le glas des espérances (5-7).

Les yeux rouges, Amélie Mauresmo ne parvenait pas à cacher sa frustration de s'incliner au terme d'un si bon match. Pour un dos mal accordé...

M. Sharapova (Rus, n°13) bat L. Davenport (E-U, 5) 2-6, 7-6 (5), 6-1

Elle est renversante. Menée 6-2, 3-2 avec un break de retard, Maria Sharapova a réussi à renverser la vapeur pour se hisser à 17 ans en finale de Wimbledon, après un match d'une heure et cinquante-trois minutes.

L'ascendant pris par Sharapova s'est manifesté dans le jeu décisif avant de devenir irrésistible dans le troisième set, au cours duquel elle a pris d'emblée le service adverse avant de récidiver dans le cinquième jeu. Agée de 17 ans, Sharapova n'avait jamais dépassé les quarts de finale d'un tournoi du Grand Chelem auparavant. Avant elle, Olga Morozova, battue par l'Américaine Chris Evert 6-0, 6-4, avait été la première et unique Russe (Soviétique à l'époque) finaliste à Wimbledon en 1974.

0
0