Getty Images

Muguruza expédie Rybarikova et jouera une 2e finale à Londres

Muguruza était (très) pressée d'y retourner

Le 13/07/2017 à 15:14Mis à jour Le 13/07/2017 à 17:21

WIMBLEDON - Garbiñe Muguruza tient sa troisième finale de Grand Chelem. L'Espagnole a dominé Magdaléna Rybáriková, expédiée en deux petits sets (6-1, 6-1), pour parvenir à ses fins. Samedi, la 15e mondiale affrontera Venus Williams pour décrocher son deuxième titre majeur, un an après Roland-Garros.

Dé-chaî-née. Garbine Muguruza n'a laissé aucune chance à Magdalena Rybarikova pour retourner en finale de Wimbledon. L'Espagnole n'a eu besoin que d'une heure et 4 minutes pour écarter la Slovaque de sa route (6-1, 6-1). La 87e mondiale avait réussi l'un des coups de la quinzaine en éliminant la future numéro un mondiale Karolina Pliskova au 2e tour. Ce jeudi, sur le court central, elle a été littéralement mangée par Muguruza, ultra-motivée par l'enjeu. Samedi, elle jouera sa deuxième finale à Londres pour remporter son deuxième titre majeur, un an après Roland-Garros.

Dès le départ, la 15e mondiale a marqué son territoire. Elle avait sans doute encore en tête leur dernière confrontation sur le gazon de Birmingham. Cela avait été aussi un cavalier seul, mais de la Slovaque (6-3, 6-1). Deux ans plus tard, les rôles se sont inversés. Muguruza fait rapidement la différence en prenant le jeu à son compte. Son opportunisme paye avec deux breaks réalisés en moins de 20 minutes. Dans les cordes, Rybarikova est K-O debout. Elle a beau avoir une balle de débreak à jouer, le mal est fait : 6-1 encaissé en 30 minutes dans le premier set.

" Je savais comment réagir à la situation"

Et les coups pleuvent de nouveau dans le deuxième round. Avec le même scénario : un double break d'entrée de manche et aucune solution pour revenir. Avec 59% de réussite en retour sur l'ensemble du match, Muguruza n'a jamais lâché son étreinte. L'Espagnole, elle, ne perd que 3 points sur ses mises en jeu dans le dernier set pour boucler la rencontre avec seulement deux jeux perdus. C'est ce qui s'appelle du travail bien fait. Elle gomme ainsi sa grosse frustration de Roland-Garros : éliminée par Kristina Mladenovic en huitième de finale, c'est en pleurs qu'elle avait quitté Paris. C'est là qu'elle avait d'ailleurs joué sa dernière finale sur le circuit voilà un an...

0
0