C'est presque un rituel pour tout amoureux des choses du tennis. Wimbledon, figure tutélaire et centrale du calendrier, n'aura pas lieu en 2020. Victime de la crise du coronavirus, le Grand Chelem londonien avait donné dès le début du mois d'avril rendez-vous l'année prochaine. Ce trou béant au cœur de l'été laissera une cicatrice d'une profondeur différente dans cette drôle de saison toujours en suspens et dont la reprise est annoncée pour le mois prochain, malgré des incertitudes toujours tenaces notamment du côté de la tournée américaine.

A eux deux, Boris Becker et Stefan Edberg ont remporté cinq fois Wimbledon. Leur rivalité a marqué le tournoi et, pour eux plus encore que pour d'autres, ne pas profiter de cette quinzaine pas comme les autres a quelque chose de douloureux, comme ils l'ont confié à Mats Wilander dans une édition exceptionnelle du vodcast d'Eurosport, Tennis Legends, enregistrée cette semaine. "C'est un peu comme si on avait enlevé Noël, soupire Becker. Imaginez que quelqu'un enlève Noël, non seulement pour vous, non seulement à Londres, au Royaume-Uni, mais partout dans le monde."

Wimbledon
"Plus belle finale de l'histoire", "Roger était le meilleur" : Djokovic-Federer, un an après
14/07/2020 À 09:36

Boris Becker à Wimbledon en 2016.

Crédit: Getty Images

Becker a cru "à une blague"

Pour celui qui demeure le plus jeune vainqueur de l'histoire, "cette première quinzaine de juillet est précieuse, presque sacrée pour tous ceux qui aiment le tennis. Oui, ça me manque." Depuis son premier sacre en 1985 Boris Becker n'avait jamais manqué une seule édition, que ce soit comme joueur, consultant, entraîneur ou simple observateur. "J'ai fait ça ces trente-cinq dernières années, rappelle-t-il. C'était très bizarre, le week-end juste avant Wimbledon, de ne pas avoir à se préparer pour le tournoi."

Stefan Edberg ne pense pas autrement. "Bien sûr, Wimbledon nous manque tous, confirme le Suédois. C'est un endroit spécial pour moi mais pour n'importe quel joueur, parce que Wimbledon est Wimbledon, avec son histoire et sa tradition. Et c'est le meilleur endroit pour revoir de vieux amis, d'anciens joueurs." Au-delà de l'aspect sportif, Edberg a résidé pendant une quinzaine d'années à Londres et sa fille, Emily, y vit aujourd'hui. Wimbledon lui manque donc à plus d'un titre.

Il l'avoue, l'annonce de l'annulation a constitué un choc. "Même si je me doutais que ça allait arriver, c'était dur d'apprendre cette nouvelle, explique-t-il. Mais quand c'est tombé, je me suis dit 'wow, c'est sérieux'". Boris Becker se dit "un peu surpris" de la vitesse à laquelle les organisateurs ont décidé de renoncer à la tenue de leur évènement cette année. "Je me souviens que c'était le 1er avril, j'ai cru à une blague, mais non", dit-il. "J'ai été surpris également, mais je pense que c'était la bonne décision, la situation se dégradait très vite au Royaume-Uni, juge de son côté Edberg. Puis c'était sans doute une décision très réfléchie, même si elle est arrivée tôt."

Pas de Wimbledon en 2020.

Crédit: Getty Images

Wimbledon
Edberg : "40-15, deux balles de match, personne ne pensait que Roger allait perdre..."
13/07/2020 À 17:38
Wimbledon
"Si tu veux gagner face à Novak, remporte le premier set Roger"
13/07/2020 À 17:34