Getty Images

Osaka en larmes : "J'ai l'impression que tout le monde m'observe, et pas d'une bonne façon"

Osaka en larmes : "J'ai l'impression que tout le monde m'observe, et pas d'une bonne façon"

Le 19/02/2019 à 21:50Mis à jour Le 19/02/2019 à 21:52

WTA DUBAÏ – Battue d'entrée en deux sets par Kristina Mladenovic mardi, Naomi Osaka a trainé sa peine sur le court. Et en dehors. La Japonaise a fondu en larmes en conférence de presse. La n°1 mondiale l'avoue : elle supporte mal d'être au centre de l'attention, et la séparation avec son coach, qui a beaucoup fait parler, n'a rien arrangé.

Après le match, Naomi Osaka est apparue très affectée. Pas par sa défaite. C'était presque le cadet de ses soucis. "C'est juste un match, l'Open d'Australie ne s'est même pas terminé il y a un mois, a-t-elle rappelé. J'ai même l'impression que si je ne gagnais plus un match jusqu'à la fin de l'année, je ne serais pas inquiète. En général, je joue bien après une défaite, alors je pense juste au prochain tournoi maintenant."

Naomi Osaka

Naomi Osaka Getty Images

" Visiblement, il n'y a rien de plus important dans le tennis en ce moment… "

Non, si la numéro un mondial avait le blues mardi, au point de fondre en larmes au cours de sa conférence de presse, c'est parce qu'elle vit très mal d'avoir été au centre de l'attention médiatique depuis son sacre à Melbourne. La raison ? Sa séparation avec son coach, Sascha Bajin, qui a surpris (pour ne pas dire plus) le monde du tennis au regard des résultats récents de la jeune Nippone. "C'est vrai que toute la planète tennis a été surprise de cette séparation, a confié Kristina Mladenovic. Je ne crois pas avoir vu ça avant, vu le contexte."

Le contexte, justement, Osaka n'a pas réussi à en faire abstraction mardi. La tête n'y était pas. Elle l'avoue, elle n'a pas réussi à évacuer le fait que tout le monde ne parle que de ça. "Non, je n'ai pas pu mettre ça de côté, a-t-elle admis. Voilà le résultat. Ce match est la conséquence de tout ça." A vrai dire, elle ne comprend pas l'ampleur qu'a pris cette séparation. "Visiblement, il n'y a rien de plus important dans le tennis en ce moment... J'espère qu'avec le temps, vous parlerez d'autre chose, mais c'est dur en ce moment, parce que j'ai l'impression que tout le monde m'observe, et pas d'une bonne façon."

" Je ne suis pas sûre de vraiment comprendre la position dans laquelle je me trouve aujourd'hui "

Puis elle a craqué, se mettant à pleurer. "Je ne sais pas pourquoi je pleure, je ne sais pas pourquoi ça arrive", a-t-elle soufflé, avant d'avouer qu'elle "n'aimait pas être au centre de l'attention. C'est difficile." Sa nouvelle vie de vedette du tennis mondial, son nouveau statut de patronne du circuit, tout cela ajouté aux discussions autour de sa séparation avec Bajin, c'était peut-être trop d'un coup pour cette toute jeune championne de seulement 20 ans.

"Je ne suis pas sûre de vraiment comprendre la position dans laquelle je me trouve aujourd'hui, a-t-elle poursuivi, parce que, il y a un an, je n'étais personne, j'étais loin au classement. Les gens ne me prêtaient aucune attention et ça, ça m'allait très bien." Cela va justement faire bientôt un an que tout a commencé pour Naomi Osaka : en mars 2018, elle s'imposait à Indian Wells. Le début d'une trajectoire irrésistible.

En Californie, dans deux semaines, elle débarquera donc pour la première fois dans la peau d'une tenante du titre. "J'espère que les bons souvenirs de l'année dernière m'aideront, et que je me sentirai mieux d'ici là", conclut-elle. Tout est allé très vite ces douze et plus encore ces six derniers mois pour Naomi Osaka. Il y a beaucoup de choses à digérer en un temps minimal. Peut-être trop, visiblement...

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0