Ashleigh Barty est venue. Elle a vu. Elle a vaincu. Et mis les points sur les "i". Pour son premier tournoi en dehors de l'Australie depuis plus d'un an et le début de la pandémie de Covid-19, la joueuse de 24 ans s'est imposée à Miami face à Bianca Andreescu, qui a fini par abandonner à la suite de douleurs au pied. Barty a ainsi répondu à certaines rivales qui ont, récemment, contesté le fait qu'elle reste N.1 mondiale. Sur le court. Et en dehors.
"Je mérite d'être N.1 mondiale", a-t-elle lâché après avoir conservé son titre à Miami. "Je n'ai rien à prouver à personne. Je sais tout le travail effectué. On a beaucoup parlé de mon classement, mais je n'ai pas du tout joué l'an passé et je n'ai pas eu la possibilité d'améliorer mon nombre de points. Alors oui, je n'ai pas chuté, mais je n'ai pas pu progresser. Il y avait des filles qui ont eu la chance d'améliorer les leurs, donc je mérite complètement ma première place".

Di Pasquale: "Jouer beaucoup pour marquer beaucoup de points, c'est un piège"

WTA Miami
Loin de chez elle, Barty redevient souveraine
03/04/2021 À 18:37
Quel qu'eût été le résultat de sa finale face à la Canadienne, qui a jeté l'éponge alors qu'elle était largement menée (6-3, 4-0), Barty, 24 ans, aurait tout de même été assurée de rester en tête du classement WTA. Car sa dauphine, la Japonaise Naomi Osaka, qui pouvait prétendre la déloger depuis son sacre à l'Open d'Australie en février, a été éliminée prématurément de la compétition.
Je n'ai pas l'impression de devoir prouver quoi que ce soit à qui que ce soit
Après les grands bouleversements causés l'an passé par la pandémie de Covid-19 sur le calendrier du circuit, l'Australienne, en tête du classement mondial depuis septembre 2019, année lors de laquelle elle a été sacrée à Roland Garros, a bénéficié d'une modification du mode de calcul des classements adoptée en conséquence.

Di Pasquale sur Paire : "Pourquoi jouer si c'est pour s'autodétruire? Il faut surtout l'aider"

"L'année que nous avons eue en 2019 était incroyable, a insisté Barty. Je n'ai pas l'impression de devoir prouver quoi que ce soit à qui que ce soit. Chacun a le droit d'avoir sa propre opinion. C'est tout à fait normal. Je ne peux pas contrôler ce que les autres pensent ou ce que les autres disent. Je pense mériter d'être en tête du classement."
Barty, qui a choisi de rester en Australie l'année dernière après la reprise de la saison WTA suite à l'interruption forcée par la pandémie, va entamer la saison de terre battue dès la semaine prochaine à Charleston, en Caroline du Sud. Après quoi elle partira en Europe, où elle est engagée à Madrid, Stuttgart et Rome, avant de tenter de reconquérir son titre de Roland-Garros, désormais détenu par la Polonaise Iga Swiatek.
WTA Miami
Quand le corps va, l’ouragan Andreescu fait toujours autant de ravages
02/04/2021 À 21:29
WTA Miami
Andreescu a pris rendez-vous avec Barty
02/04/2021 À 05:58