Elle y a cru, elle l'a touché du doigt. Cinq ans après le titre olympique de Rio, Charline Picon est passée tout près d'un mémorable doublé. Troisième au départ de la medal race, Picon, qui comptait 6 points de retard sur la Chinoise, en tête au classement, a survolé l'ultime régate en réalisant une manche quasi parfaite dans des conditions de petit temps qui lui convenaient. Il fallait que Lu Yunxiu l'achève au-delà de la troisième place.
Or, la Chinoise a longtemps navigué entre la 5e et la 6e place… avant un finish canon. "Le dernier bord, je croyais que j'étais en or, a réagi la Française au micro de France TV. Purée, ça passe à rien. La Polonaise n'a fait pas le taff et se fait doubler à la fin…" Mais ne la croyez pas amer ou frustrée. "Je suis très fier de cette médaille, a continué Picon. Les deux concurrentes étaient 'on fire'. Moi, j'ai cassé deux fois mon aileron. J'avais déjà pas mal pleuré quand j'étais sûre d'avoir une médaille. J'avais envie de faire l'or mais j'ai l'argent content, je la prends."
Tokyo 2020
Lecointre : "on ne sait pas, on ne saura jamais"
04/08/2021 À 16:50

Une dernière victoire dans la medal race : Charline Picon décroche l'argent en RS:X

D'autant qu'elle revient de loin, elle qui s'était arrêté un peu moins de deux ans puis son retour pour une pause maternité et la naissance de sa fille Lou… qui fêtait ses quatre ans ce samedi. La voilà aujourd'hui première Française à remporter deux médailles olympiques en voile aux Jeux Olympiques.
Les gens ne se rendent pas compte...
"Les gens ne se rendent pas compte de ce qu'est une préparation olympique dans des sports comme les nôtres, a-t-elle continué chez nos confrères de L'Equipe. Tout mon quotidien est autour de ça, la famille subit, la petite aussi. Je suis obligée de lui dire que non, je n'ai pas envie de jouer car je dois me reposer, alors qu'elle n'a pas demandé que maman fasse les Jeux... C'est quand même des projets de vie énormes." Énormes et récompensés ce samedi par un podium.

Thomas Goyard, en argent à Tokyo

Crédit: Getty Images

Thomas Goyard a aussi décroché l'argent. Le Néerlandais Kiran Badloe, coiffé d'une magnifique crête bleue, était assuré du titre avant même le départ. Mais contrairement à Picon, le Néo-Calédonien arrache là sa première médaille olympique. "C'est un truc de malade, j'ai besoin de quelques heures pour réaliser", a-t-il réagi.
D'autant que Goyart, disqualifié pour avoir anticipé le départ, a bien cru passer à côté de la grande émotion : "IIs m'ont laissé un tour et j'ai cru que j'avais passé la mauvaise bouée. J'étais surpris. J'ai attendu patiemment l'arrivée du Chinois. J'étais en train de calculer. J'étais tellement en train de paniquer que je me demandais si 4 fois 2 ça faisait bien huit pour avoir le Chinois quatrième. J'ai calculé, recalculé, et je me suis dit : 'Je crois que c'est bon', c'est incroyable." En 2024, les windfoils remplaceront les RS:X. Ce samedi, les Bleus ont merveilleusement clos l'aventure du RS:X aux JO.
Tokyo 2020
Retornaz : "On a eu le sentiment de se faire léser"
04/08/2021 À 09:56
Tokyo 2020
Ola, chants : Lecointre et Retornaz célébrées après avoir décroché le bronze
04/08/2021 À 07:55