C'est une chute qui a coûté cher. Personne ne sait si, sans son gadin, Pauline Ferrand-Prévot aurait pu défendre ses chances de titre ou de médaille mais sa chute au premier tour sur le circuit technique et difficile d'Izu a complètement chamboulé ses plans alors qu'elle était dans le sillage de Jolanda Neff que plus personne ne reverra par la suite. Pour le camp tricolore, la championne olympique a sa part de responsabilités dans la chute de la Française : " Il y a une coupe de Jolanda devant Pauline, on est à la limite", a jugé Yvan Clolus, manager de l'équipe de France de VTT dans des propos rapportés par Le Parisien.
Suivez les Jeux Olympiques de Tokyo en intégralité sur Eurosport !

Ferrand-Prevot, la poisse : sa chute en début de course qui l'aura retardée

Tokyo 2020
Sarrou : "C’était clair qu’on enlevait la planche, je pense que Van der Poel a fait une erreur"
29/07/2021 À 11:59
"Elle a pris à gauche, j'ai pris à droite, on allait à la même vitesse et on arrivait en même temps, je me suis dit si elle ne freine pas, si je ne freine pas, on se percute, alors j'ai freiné, a expliqué la Française après la course. Techniquement, elle débranche complètement le cerveau. C’est une des meilleures du monde quand elle ne fait pas d’erreur. Très clairement, le titre s'est joué là. Après, je ne sais pas si je l'aurais battue, mais en tous les cas la médaille s'est jouée là." Un tournant qui coûte très très cher à l'heure de faire les comptes puisque cinq ans après son abandon à Rio, Ferrand-Prévot a vécu un nouveau calvaire olympique en se classant 10e ce mardi à Tokyo.

Pauline Ferrand-Prévot, 9e aux Jeux Olympiques de Tokyo

Crédit: Getty Images

C'est vraiment dangereux
Interrogée en conférence de presse sur sa responsabilité dans la chute de Ferrand-Prévot, Jolanda Neff n'avait non seulement pas la même version des faits mais la championne olympique avait surtout d'autres choses à reprocher à la Française. Et la Suissesse en a profité pour régler ses comptes avec la double championne du monde en titre. "Juste avant cet endroit où elle est tombée, il y a eu un grand saut, vingt secondes avant, a expliqué Neff dans des propos rapportés par Le Parisien. On s’est approchées, elle était devant moi, et on allait à une belle vitesse. Et tout à coup, un mètre avant le saut, elle a freiné très fort pour passer sur la bosse, et je ne pouvais rien faire du tout."

Jolanda Neff.

Crédit: Getty Images

Avant de poursuivre : "J’avais pris de la vitesse pour sauter, et pas du tout pour rouler dessus. Je n’ai pas freiné pour passer sur la bosse, car elle était en dessous, à vitesse réduite, et j’ai dû en quelques instants changer d’option et prendre à gauche. Je suis vraiment chanceuse de ne pas être tombée, c’était un geste stupide de sa part, c’est vraiment dangereux. Je ne sais pas pourquoi elle a fait ça, ni si elle savait que j’étais juste derrière, mais après ça, je me suis dit : OK, il faut que je m’éloigne d’elle car elle court de façon dangereuse, on ne sait jamais ce qu'elle fait (...). Ce n’est pas la première fois qu’elle fait des coups pareils, j’étais juste contente de ne plus être proche d’elle ensuite."
Ce n'est effectivement pas la première fois que les deux femmes s'accrochent en course. En 2018, dans une manche de Coupe du monde de cyclo-cross, PFP avait dévié de sa trajectoire et entrainé Neff dans sa chute. La Française et la Suissesse avaient dû abandonner. Cette fois, c'est Ferrand-Prévot qui est allée à terre et a dû faire une croix sur ses rêves olympiques.
Tokyo 2020
Ferrand-Prévot : " Comme les médias s’en donnent à cœur joie…"
28/07/2021 À 12:20
Tokyo 2020
Ferrand-Prévot : "Le titre s'est joué sur ma chute"
27/07/2021 À 10:15