Getty Images

Le doublé Toyota... mais pas dans l'ordre attendu

Le doublé Toyota... mais pas dans l'ordre attendu
Par Eurosport

Le 16/06/2019 à 14:58Mis à jour Le 17/06/2019 à 09:41

24 HEURES DU MANS - La lutte intestine a fini par tourner à l'avantage de la Toyota n°8 de Buemi, Nakajima et Alonso, ce dimanche sur le circuit de la Sarthe. Celle-ci a pris les commandes de la 87e édition de l'épreuve mythique à une heure de son terme, à la suite d'un problème mécanique pour la Toyota n°7 de Conway, Kobayashi et Lopez. Et elle ne les a pas lâchées.

Vidéo - Vandoorne : "On n'a pas fait d'erreur, ce qui était le plus important"

00:23

Vidéo - Dernier tour, Alonso ferme les yeux... La Toyota n°8 va gagner

04:45

Comme en 2018, l'équipage de n°8 de l'Espagnol Fernando Alonso, du Suisse Sébastien Buemi et du Japonais Kazuki Nakajima s'est imposé, 16"9 secondes devant celui de la n°7 du Britannique Mike Conway, du Japonais Kamui Kobayashi et de l'Argentin José Maria Lopez.

Vidéo - 23 heures en tête pour la Toyota n°7 puis la catastrophe : le moment où la course a basculé

02:03

En vérité, la n°8 n'aura mené cette 87e édition qu'un peu moins d'une heure, si l'on excepte un bref échange de positions samedi à 21h39. Partie de la pole position, la n°7 - intrinsèquement plus rapide comme le prouve son nouveau chrono record de 3'17"297 - a dominé l'épreuve pendant vingt-trois heures, avant d'essuyer deux crevaisons (présumées) de suite, laissant la voie libre à l'autre TS050. Installé de façon providentielle en tête, Kazuki Nakajima a contrôlé le retour de José Maria Lopez avant que l'équipe ne fige logiquement les positions.

Vidéo - Buemi : "On a l'impression de mériter le titre, pas la victoire"

00:41

Pour cette avant dernière édition de la catégorie Le Mans Prototype 1 sous cette forme avant l'avènement des Hypercars en 2021, Toyota n'avait pas apporté de grandes modifications à son bolide, mais BR Engineering aura parfaitement rempli son rôle de challenger en complètement le podium avec sa BR1 n°11, pilotée par le Belge Stoffel Vandoorne et les Russe Vitaly Petrov et Mikael Aleshin, classée à 6 tours.

Mais plus que cette bagarre que l'on a longtemps cru convenue pour la victoire au "scratch", ces 24 Heures du Mans auront tenu leurs promesses tout au long de l'épreuve dans les trois autres catégories. En LMP2, l'Alpine Signatech n°36 de Nicolas Lapierre, André Negrao et Pierre Thiriet l'a emporté devant l'Oreca Jackie Chan n°38 de Stéphane Richelmi, Ho-Pin Hung et Gabriel Aubry et l'Oreca TDS n°28 de Loïc Duval, Maxime Vaxivière et François Perrodo.

Mais c'est en GTE Pro que la lutte a été de loin la plus féroce, avec un Top 5 en moins d'un tour dont la Ferrari n°51 de James Calado, Alessandro Pier Guidi et Daniel Serra est sortie victorieuse face aux Porsche n°91 de Gianmaria Bruni, Richard Lietz et Frédéric et n°93 de Patrick Pilet, Earl Bamber et Nick Tandy.

Enfin, en GTE Am, la Ford n°85 de Jeroen Bleekemolen, Ben Keating et Felipe Fraga a résisté en tête jusqu'au bout à la Porsche n°56 de Jörg Bergmeister, Patrick Lindsey et Egidio Perfetti et à la Ferrari n°84 de Jeffrey Segal, Rodrigo Baptista et Wei Lu.

0
0