Trois questions à Sébastien Loeb

Trois questions à Sébastien Loeb
Par Eurosport

Le 02/06/2003 à 14:00Mis à jour

Après sa formidable victoire sur l'asphalte du Monte Carlo, Sébastien Loeb (Citroën) rêve d'une première victoire sur terre, cette saison. Le Rallye de Grèce, qui arrive ce week-end, "représente la meilleure opportunité" selon lui. Entretien.

Quoiqu'on ne puisse comparer votre expérience en Grèce à celle de vos équipiers, c'est un des rallyes que vous connaissez le mieux&hellip

Sébastien Loeb : C'est ma troisième participation. En 2001, avec la Saxo Super 1600, c'était un autre monde. Pour nos petites traction avant, les spéciales grecques après le passage des WRC, c'était dément ! Nous avions failli abandonner d'entrée, après deux kilomètres en roue libre, une bonne séance de bricolage et un pointage à trois secondes de la mise hors course. Je garde tout de même un très bon souvenir de ce rallye. Sur le plan pilotage, je m'étais bien amusé dans certaines spéciales, et puis... c'était ma première victoire mondiale hors asphalte.

L'Acropole fut en 2002 votre premier rallye "terre" au volant de la Xsara WRC. Quels souvenirs en gardez-vous ? Vous pouvez juger de l'évolution de la voiture depuis...

Vous l'avez dit : votre rêve est de gagner une manche 'terre' cette saison. Le rallye grec n'est-il pas le plus approprié pour le réaliser ?

S.L. : Si l'on écarte Chypre, où je vais tout découvrir, Finlande et Australie, qui sont vraiment des terrains 'spéciaux', et la Grande-Bretagne pour son côté imprévisible&hellip on arrive effectivement à la conclusion que la Grèce représente la meilleure opportunité. Mais ceci est pure spéculation. Mon but, à l'Acropole, sera de me situer, comme en Nouvelle-Zélande et en Argentine, dans les temps de mes équipiers. Au vu de leur palmarès grec, si je réussis cela, je ne devrais pas être très loin des avant-postes. Ce qui est sûr, en tout cas, c'est que je suis très motivé.

0
0