Eurosport

Loeb: "Un week-end parfait"

Loeb: "Un week-end parfait"
Par AFP

Le 22/08/2010 à 18:37Mis à jour Le 23/08/2010 à 08:49

Sébastien Loeb est ravi. Le pilote français de Citroën WRT s'est imposé en Allemagne pour la 8e fois de sa carrière. Un "week-end parfait" par sa "confiance" sur les routes de ce rallye sur asphalte, sa surface préférée, près de son Alsace natale.

Qu'est-ce que ça fait de gagner une 8e fois en Allemagne ?

S.L. : C'est la même sensation que pour la 6e ou la 7e victoire, puisque je les ai tous gagnés jusqu'à présent. C'était un week-end parfait. C'est un rallye où j'arrive toujours à aller un peu plus vite que les autres, surtout lors du premier tour, le matin, quand les autres ne sont pas encore à la limite, c'est là que je fais des écarts. Il y a eu une grosse bagarre avec Dani (Sordo) au début, mais je n'arrivais pas à faire la différence, sauf dans la longue spéciale (ES10). Ce serait mieux de pouvoir la faire en trois fois, comme ça on pourrait attaquer du début à la fin sans avoir peur de détruire les pneus.

Pourquoi aimez-vous autant ce rallye ?

S.L. : Parce qu'il y a toujours beaucoup de supporteurs et d'amis qui viennent, mettent des panneaux pour m'encourager. Je me sens bien sur ces routes et j'aime y piloter. C'est un peu comme la France, il y a beaucoup de gens qui s'intéressent au sport automobile. C'est aussi un rallye difficile, qui demande beaucoup de confiance, pour mettre la voiture où on veut. Il y a beaucoup de parties rapides et étroites, des trottoirs à droite et à gauche, des changements d'adhérence, il est facile de heurter quelque chose. J'ai juste raté une intersection le premier jour et perdu deux secondes.

Vous préféreriez gagner le titre en Alsace, ou gagner le rallye ?

S.L. : On a plus de deux victoires d'avance (58 pts), c'est bien. En Finlande, le but n'était pas de gagner et on avait marqué de bons points. L'expérience de l'an dernier me sert un peu, parce qu'on avait gagné cinq rallyes d'affilée et qu'on s'était retrouvés dans une situation difficile que j'essaye d'éviter au maximum cette année: quand je sens que ça ne va pas, je me dis il vaut mieux finir que faire n'importe quoi. L'essentiel, c'est de gagner le titre avant la fin de l'année. Je vais faire de mon mieux au Japon et après on verra. Je ne suis pas trop gourmand, et si je peux gagner l'Alsace en plus, c'est encore mieux. C'est difficile de choisir.

0
0