From Official Website

Loeb gère, Ford se rebiffe

Loeb gère, Ford se rebiffe
Par Eurosport

Le 04/10/2008 à 20:00Mis à jour

Sébastien Loeb (Citroën WRT) conserve la tête du rallye d'Espagne à l'issue de la 2e étape avec 27.7 secondes d'avance sur son coéquipier Dani Sordo. Même s'ils sont encore loin des Citroën, François Duval et Mikko Hirvonen (Ford) ont chacun remporté une

Les Citroën C4 de Sébastien Loeb, leader intouchable, et Dani Sordo, solide 2e, ont continué à caracoler samedi en tête du rallye de Catalogne, lors d'une 2e journée qui n'a rien changé, à part les écarts, dans le top 6 du classement général. Le quadruple champion du monde, grand seigneur, a même lâché un peu de lest dans l'après-midi. Mikko Hirvonen et François Duval en ont profité pour faire un temps scratch chacun, le Finlandais dans l'ES10 puis le Belge dans l'ES12, mais leurs Ford Focus sont restées à bonne distance au classement général.

Sordo: "Je ne peux pas battre Seb"

"Dans la première spéciale, très longue, j'ai fait attention à préserver les pneus en restant très propre en trajectoire et en glissant le moins possible, pour éviter de les faire monter en température", expliquait-il à midi au sujet de l'ES7 (El Priorat-Ribera d'Ebre 1), longue de 38 km. Loeb est intouchable sur asphalte, depuis plusieurs saisons, mais continue quand même à progresser sur sa surface préférée. Une belle leçon pour Sordo: "Hier j'ai compris que je ne pourrais pas arriver à battre Seb, même en faisant le maximum, donc forcément aujourd'hui c'est un peu différent dans ma tête", a souri le jeune Espagnol à son retour à Port Aventure.

"J'attaquais trop en début de rallye, ce n'était pas bon pour mes pneus. Maintenant, j'essaie d'aller moins vite et mes chronos sont meilleurs", a expliqué Hirvonen, très proche en performance de Duval, une référence sur asphalte. "Les spéciales d'aujourd'hui étaient plus techniques, ça me convenait mieux. C'était une bonne journée", a résumé Duval. "On peut toujours apprendre, faire progresser la voiture, et il y a encore un peu de marge avant d'aller chatouiller les autres devant". Un autre pilote a beaucoup appris samedi, Sébastien Ogier (Citroën C2). Alors qu'il se baladait en tête du Junior-WRC et pouvait assurer dimanche son premier titre de champion du monde, le jeune Français est parti en tête-à-queue en cinquième, dans la dernière spéciale du jour (ES12). Pour le sacre, il devra attendre la Corse.

0
0