Citroën Communication

Loeb a mis le feu à la forêt

Loeb a mis le feu à la forêt
Par AFP

Le 02/08/2008 à 06:00Mis à jour

Attaquant sans calcul mesquin comme l'a parfois fait la concurrence, Sébastien Loeb (Citroën WRT) a cogné sur le seul Finlandais de service, Mikko Hirvonen (Ford WRT), vendredi, pour achever la journée en leader.

Un Sébastien Loeb chaud bouillant dans sa Citroën C4 a mis le feu à la forêt vendredi, autour de Jyväskylä, et menait vendredi soir le rallye de Finlande, 9e manche du Championnat du monde WRC, avec 14.4 sec d'avance sur Mikko Hirvonen (Ford Focus). Le quadruple champion du monde a quasiment fait le plein de temps scratch, dix sur onze, ne laissant que des miettes à Hirvonen : deux temps scratch ex aequo... avec Loeb dans l'ES2 (Vellipohja 1) et l'ES6 (Mökkiperä 2), et un temps scratch tout seul comme un grand (ES8)... pour 0.7 sec.

En roulant à fond toute la journée, avec un panache digne des Finlandais volants de la grande époque, Loeb a montré qu'il n'était pas disposé à la jouer tactique, comme Ford en Jordanie et en Turquie, qu'il n'avait pas peur de rester en tête et d'ouvrir la route samedi pendant toute la 2e journée. Il a peut-être marqué des points dans son duel psychologique avec Hirvonen.

Fou comme un Finlandais

"C'est sûr qu'on a réfléchi, mais vu le mal que je m'étais donné toute la journée pour avoir quelques secondes d'avance, je n'allais quand même pas lui faire un tel cadeau en ralentissant à la fin. Je préfère les garder et on verra bien samedi", a dit Loeb.

La preuve, c'est que tous les autres pilotes ont été relégués à plus de 50 secondes, qu'ils pilotent des Ford comme Henning Solberg, 3e, et Gigi Galli, 4e, ou une C4 comme Dani Sordo. Quant à la meute de jeunes loups emmenée par Jari-Matti Latvala, elle n'est jamais ressortie du bois où Loeb et Hirvonen avaient mis le feu. Latvala, sur l'autre Focus officielle, a cassé sa direction, puis sa suspension avant droite, dès l'ES3. Puis Urmo Aava, éphémère troisième vendredi matin sur sa C4 privée, est resté coincé à 100 m de l'arrivée de l'ES9, dans un virage où Loeb lui-même avait failli laisser des plumes. Enfin, Andreas Mikkelsen, 19 ans, le prodige norvégien conseillé par Grönholm, a craqué dans l'ES10 alors qu'il était sixième. En Finlande, quand on est jeune, il faut être patient, très patient.

0
0