Citroën Communication

Loeb : "Attaquer !"

Loeb : "Attaquer !"
Par Citroën Racing

Le 30/07/2009 à 15:00Mis à jour

En trois rallyes, Sébastien Loeb (Citroën WRT) est passé de 20 points d'avance à un de retard sur Mikko Hirvonen (Ford WRT). Pour l'as français, il n'y aura donc pas d'alternative en Finlande.

Dans quel état d'esprit abordez-vous cette 9e manche du championnat du monde ?

Sébastien Loeb : Même si la situation actuelle n'aide pas à se libérer, j'essaie d'être aussi relax que possible ! Contrairement à ce qui a été écrit ici et là, je n'ai pas passé mes vacances dans un simulateur de F1 ! J'ai profité de cette petite trêve pour prendre un peu de bon temps. Des amis sont venus à la maison et nous avons été passé un week-end sportif dans les Alpes, avec du VTT, du rafting, du kayak… Le WRC va se jouer en quatre rallyes et nous n'avons pas d'autre alternative que d'attaquer ! Même en calculant les risques pris au volant, tout peut arriver et c'est ce qui rend ce championnat si difficile…

Comment avez-vous vécu votre abandon lors de la première journée du Rallye de Pologne ?

S.L. : Evidemment pas très bien sur le moment ! Si j'avais vu cette souche en reconnaissances, nous aurions noté le piège et j'aurais modifié ma trajectoire en conséquence. Mais là, j'ai placé mes roues à l'endroit exact où je le souhaitais. Nous avons tapé la souche et le berceau de suspension avant a cassé. Comme à chaque fois que nous rencontrons un problème, l'équipe technique a analysé cette pièce. Ils ont découvert une grosse faiblesse causée par un problème de fabrication. Sans cette faiblesse, le berceau aurait du encaisser le choc, mais nous ne le saurons sans doute jamais.

Il ne reste plus que quatre rallyes à disputer. Comment les envisagez-vous ?

S.L. : Nous avons vu l'an passé que nous pouvons rivaliser avec les Finlandais chez eux. Tout le monde découvrira le Rallye d'Australie, je dirais donc que nous partirons à égalité. En Catalogne, nous avons théoriquement l'avantage, mais je n'oublie pas que Mikko [Hirvonen] a fait de gros progrès sur l'asphalte. Nous terminerons au pays de Galles, un rallye que nous avons remporté l'an passé mais sur lequel Mikko sera également très à l'aise. Ça s'annonce très disputé et passionnant, mais la situation peut aussi basculer en cas d'abandon d'un des protagonistes. Dans ce cas, le retard pris serait impossible à combler à la régulière. Ce qui est certain, c'est qu'une victoire en Finlande me donnerait un avantage psychologique pour la suite.

0
0