Citroën Communication

Loeb la tête à l'envers

Loeb la tête à l'envers
Par Citroën Racing

Le 27/08/2008 à 18:00Mis à jour

A nouveau leader du championnat, Sébastien Loeb (Citroën) va ouvrir la route aux Antipodes, ce week-end. Passé à 0.3 sec de la victoire en 2007, le Français espère un sort différent sur cette épreuve "au cadre verdoyant magnifique".

Disputé à 19.000 kilomètres des ateliers de l'équipe Citroën Sport, le 38e "Rally New Zealand" est le onzième rendez-vous du calendrier Mondial 2008. Leaders des Championnats Constructeurs et Pilotes, 'les Rouges" alignent deux C4 WRC pour les équipages habituels : Sébastien Loeb/Daniel Elena et Dani Sordo/Marc Martí. Avec la présence de Urmo Aava/Kuldar Sikk et Conrad Rautenbach/David Senior sur des voitures préparées et suivies par l'équipe PH-Sport, assistée de techniciens de Citroën Sport Technologies, il y aura quatre C4 WRC au départ.

Pour la troisième année consécutive, le "Rally New Zealand" prend ses quartiers à 125 km au sud d'Auckland, à Hamilton, la capitale de la belle région du Waikato. Localisé sur la côte occidentale de l'île du Nord, le parcours se répartit en 16 épreuves spéciales pour un total de 354,58 km chronométrés. Si la Nouvelle-Zélande offre aux pilotes l'un des plus beaux terrains de jeux de l'année, il propose aussi une problématique complexe à résoudre du côté de la technique. "Le terrain n'est pas du tout cassant et il y a très peu de vertical… les difficultés sont ailleurs !", prévient Xavier Mestelan-Pinon, Responsable Technique de Citroën Sport.

"Trois paramètres seront à prendre en compte pour élaborer les réglages de nos C4 WRC : l'utilisation de pneus à gomme dure sur un sol froid et peut-être humide, l'interdiction de retailler alors que la surface des routes est polluée par du gravier et enfin, la spécificité du profil des routes néo-zélandaises. Les virages sont relevés avec une pente importante vers l'intérieur de la courbe. Quand ces dernières s'enchaînent et que leur direction s'inverse, pour passer de l'une à l'autre, il y a une sorte de crête à franchir. La répétition de ce type de virage offre des routes dites "en hélices". La combinaison de tout cela fait de la Nouvelle-Zélande 2008 un joli défi technique à relever !"

"Dès ma première visite, en 2002, j'ai apprécié ce rallye" , explique Sébastien Loeb. "Le cadre verdoyant dans lequel il se déroule est magnifique. Le terrain n'est pas du tout agressif pour la mécanique tandis que les spéciales sont à la fois rapides et techniques. C'est une de mes courses préférées en terme de pilotage".

"S'il nous a manqué 3 dixièmes de seconde l'an passé pour nous imposer après l'une de nos plus belles bagarres en WRC, il ne s'agira pas d'une revanche puisque Marcus Grönholm ne sera pas là !" , sourit Seb. "Je m'attends à trois jours de course très disputés. Nous allons ouvrir la route et, selon l'humidité du sol, le handicap sera plus ou moins important. Il y a aussi beaucoup de spéciales que nous ne disputons qu'une fois et la perte de temps pourrait alors être importante. Pourtant, cela signifie aussi que nous sommes en tête du championnat... et nous allons tout faire pour essayer de la conserver ! La clé sera de réussir à adapter les réglages de notre C4 WRC aux pneus Pirelli Hard. La configuration trouvée en Finlande avait rendu la C4 très efficace. À son volant, le feeling était excellent. À nous de reproduire cela en Nouvelle-Zélande".

0
0