Citroën Communication

Etape 2 : déclarations

Etape 2 : déclarations
Par Eurosport

Le 01/11/2008 à 15:00Mis à jour

Voici ce qu'ont déclaré les principaux acteurs à l'issue de l'étape 2 du Rallye du Japon, samedi à Sapporo.

Mikko Hirvonen (Ford WRT, leader) : "Cette journée a été éprouvante nerveusement. Les routes étaient plus rapides aujourd’hui et il m’a fallu un temps d’adaptation. Cet après-midi, il y avait beaucoup d’ornières très délicates à négocier. Je ne pouvais pas me permettre de trop lever le pied. Dimanche, les spéciales seront disputées sur un revêtement encore assez meuble mais qui devrait être moins glissant qu’aujourd’hui, ce qui ne sera pas pour me déplaire. J’étais venu au Japon avec l’espoir de gagner mais, même si j’y parviens, cela risque de ne pas suffire dans l’optique du championnat".

Jari-Matti Latvala (Ford WRT, 2e) : "Peut-être Sébastien a-t-il été particulièrement prudent dans les passages où il y avait des ornières ? Si tel a été le cas, cela m'a facilité la tâche. Je voulais être suffisamment rapide pour conserver mon avance sur lui. En même temps, je ne voulais pas trop mettre de pression sur mon équipier. C'est pourquoi je calquais mon rythme selon les temps intermédiaires de Loeb qui m'étaient communiqués par radio. Cet après-midi, j'ai subi une crevaison dans la première spéciale ce qui m'a incité à poursuivre sur un rythme très prudent car je n'avais qu'une roue de secours dans la voiture. Dans ces conditions, la seule chose à faire est de se laisser embarquer dans les ornières et d'être 'brave' en plaçant les quatre roues dans les sillons comme un train sur une voie ferrée".

Sébastien Loeb (Citroën WRT, 3e) : "Il est vrai que je préfère rouler pour gagner. Pourtant, il a fallu réfréner nos ardeurs. Les chemins forestiers au sud de Sapporo étaient toujours aussi étroits, mais plus rapides, ce qui augmentait les risques de faire une faute. Lorsque je sentais que cela devenait trop piégeur, je n'hésitais pas à freiner plus tôt. L'enjeu est majeur. Je ne voulais pas prendre le risque de tout gâcher. Nous nous sommes focalisés sur notre objectif : consolider notre 3e place. Ce soir, je suis satisfait d'y être parvenu. Un peu moins de cent kilomètres de spéciales nous attendent demain. Nous touchons presque au but. Il faudra rester concentrés".

Dani Sordo (Citroën WRT, 16e) : "Après notre souci de turbo d'hier, nous avions forcément moins la pression du résultat. Depuis notre 63e place, nous avons pu attaquer à notre guise. Les conditions n'étaient pourtant pas faciles. Onzièmes WRC sur la route, nous avons dû affronter une chaussée avec énormément de boue. L'adhérence était précaire. On a également disputé plus de kilomètres dans l'obscurité. Cela ne nous a pas empêchés de rouler vite et de signer quelques temps intéressants. Nous en avons aussi profité pour essayer différents réglages. Dimanche, nous allons continuer sur le même rythme pour voir s'il est possible d'inscrire des points pour Citroën".

Olivier Quesnel (Citroën WRT, directeur) : "Nos deux équipages se sont montrés fidèles aux objectifs fixés. Sébastien et Daniel ont renforcé leur position sans prendre de risques. Ils comptent à présent une marge supérieure à 1 min 30 sec sur le 4e, ce qui devrait leur permettre d'aborder l'ultime journée un peu plus 'zen'. Dani et Marc ont, de leur côté, su exploiter leur 'liberté' d'action pour se mettre en valeur et démontrer la compétitivité de notre C4 sur ce terrain. Je suis content que ces 156 km soient derrière nous. Il en reste 96,43 et je dois sincèrement avouer qu'il me tarde qu'on les ait parcourus".

0
0