Les cinq spéciales-clé

Les cinq spéciales-clé
Par Eurosport

Le 06/03/2011 à 20:41Mis à jour Le 06/03/2011 à 23:38

Retour sur les moments importants de la 1re manche du Mondial, remportée par Sébastien Loeb (Citroërn WRT).

Etape 1 - ES3 : OSTBERG CREVE

Le Norvégien Mads Ostberg, 23 ans, dans la course à la victoire en Suède (2e), ne jouera pas cette fois les trublions. Il perd 4 min 07.0 sec sur une crevaison lente.

Etape 1 - ES4 : LATVALA S'ESSOUFLE

Une épidémie touche les Fiesta : c'est au tour de Jari-Matti Latvala d'être victime d'une crevaison lente, après seulement 4 km. L'incident le retarde de 2 min 23.9. Il passe de 4e à 10e au général. Chez Ford WRT, seul Mikko Hirvonen peut maintenant gagner. Mais le vice-champion du monde 2008 et 2009 est déjà à 40 sec des Citroën de Loeb et Ogier.

Etape 1 - ES6 : SOLBERG SANS PUISSANCE

Petter Solberg (Citroën Solberg) renonce à toute idée de victoire : il boucle la spéciale de 26,01 km avec 6 min 42.6 sec de retard sur le nouveau leader, Ogier. Un dysfonctionnement électrique l'empêchait d'accélérer. Heureusement, il va résoudre le problème sur le parcours de liaison mais c'est la première alerte pour la DS3.

Etape 2 - ES15 : LOEB SAUVE PAR "MacGYVER" ELENA

Daniel Elena est bien plus qu'un copilote septuple champion du monde. Il connait aussi bien que Sébastien Loeb (Citroën WRT) l'intimité mécanique de la nouvelle DS3. Alors, quand le levier de vitesses casse sur la ligne de départ de la spéciale et bloque la boîte sur le 3e rapport, il comprend qu'une goupille du pare-choc arrière va faire l'affaire… L'abandon est évité, l'équipage repart après cinq minutes de bricolage et signe le scratch. Loeb, qui était leader, écope de 50 sec de pénalité et se retrouve 2e à 24.1 sec d'Ogier. Mais la reconquête a commencé…

Etape 3 - ES20 : OGIER A LA FAUTE

Sébastien Ogier (Citroën WRT) ouvre, avec une feuille de route des plus délicates : ne pas lâcher plus de 10.5 sec à Loeb sur les 62 kilomètres dominicaux. Malheureusement, la chevauchée du jeune impétrant prend fin avec une roue arrachée contre un muret, dès le 3e split du premier chrono du jour. "Je ne me suis pas réjouit de le voir sur le bord de la route. Ce n'est pas agréable de se pousser entre équipiers. Mais c'était mon boulot d'attaquer, de le pousser. Je me bas pour le championnat, je dois donc attaquer", justifie Loeb, propulsé vers sa 63e victoire en Mondial, sa 5e de suite au Mexique.

0
0