Ford WRT

Ford défie Citroën

Ford défie Citroën
Par AFP

Le 07/03/2012 à 15:36Mis à jour Le 07/03/2012 à 15:43

A chacun sa série : Ford a gagné tous les rallyes "terre" depuis septembre 2011 et Citroën, avec Sébastien Loeb, tous les rallyes du Mexique depuis 2006. La Sierra Madre va donc trancher, ce week-end.

Ford, invaincu sur terre depuis septembre 2011, va tenter de poursuivre sa marche triomphale au rallye du Mexique, 3e manche du Championnat WRC, de jeudi à dimanche à Leon (400 km au nord-ouest de Mexico), où Sebastien Loeb l'emporte chaque année depuis 2006. Les pilotes nordiques de la marque américaine, Jari-Mari Latvala et Petter Solberg, devront donc mettre un terme à cette série ininterrompue du Français, champion du monde en titre et en tête du classement général.

"Au Mexique, les routes de montagne sont globalement larges et rapides. Il y a bien sûr quelques portions sinueuses et étroites sur lesquelles il faut être plus vigilant, mais c'est un rallye sur lequel on s'amuse", déclare le pilote Citröen. Après l'asphalte (Monte-Carlo remporté par Loeb), la neige et la glace (Suède remporté par Latvala), le Championnat du monde propose aux pilotes de briller sur les routes en terre, une surface qu'ils vont devoir maîtriser à six reprises dans les mois qui viennent.

La Citröen DS3, référence de la saison 2011 avec sept victoires en neuf courses sur terre, devra néanmoins compter sur ce terrain avec la Ford Fiesta RS, qui a signé un triplé au dernier rallye de Grande-Bretagne et un doublé en Australie.

Au Mexique, l'an dernier, les pilotes Ford n'avaient pas semblé à leur avantage, tous les regards étant portés sur le duel fratricide entre Loeb et Ogier. Hirvonen, qui venait de gagner en Suède 1re épreuve 2011, et obligé à ce titre d'ouvrir la route le premier jour, avait toutefois réussi à terminer deuxième et Latvala, handicapé par deux crevaisons, était également monté sur le podium.

Cette année, des essais qualificatifs offriront aux plus rapides de décider de leur position de départ. Ce procédé, mis en place en Suède, avait offert la priorité de ce choix à Latvala. Le Finlandais avait décidé de partir le... 17e pour éviter de balayer la neige pour ses concurrents. Il a finalement remporté le rallye.

Un peu de piment

"Les routes du Mexique ne sont pas les pires de la saison mais pas les plus faciles non plus, estime Latvala. Des caniveaux en béton traversent quelque fois la piste, ce qui rend les voitures vulnérables. En raison de l'altitude, la puissance est moindre, et on a vite fait de se tromper de vitesse dans les virages." Seules deux spéciales (Las Minas ES3/ES7) et Los Mexicanos (ES4/ES8) sont entièrement nouvelles, et le parcours de cinq autres a été modifié. Contrairement aux éditions précédentes, la Super spéciale de vendredi offrira un passage nocturne tandis que deux spéciales "marathon", Otates (ES14/ES16, 41,88 km) et Guanajuatito (ES22, 54,30 km), parmi les plus longues de la saison, ajouteront un certain piment dans un pays qui n'en manque pas.

Le Rallye du Mexique fait néanmoins la part belle, cette année, aux "super spéciales", qui constitueront sept des 24 secteurs chronométrés. Même s'ils ne représentent que 3% du kilométrage, ces "sprints" pourraient s'avérer décisifs en cas de lutte serrée. Loeb estime qu'on peut y perdre vite deux à trois secondes, soit l'écart généralement constaté à l'arrivée d'un chrono de 20 km.

Quoi qu'il en soit, avec Hirvonen, bon deuxième en 2011 sur Fiesta et passé chez Citröen, Ford aura un adversaire de plus pour décrocher une victoire dans la Sierra Madre, un succès qui lui échappe depuis celui de l'Estonien Markko Martin, en 2004, sur une Focus.

0
0