Getty Images

Stop ou encore ? Noah a "envie de revivre des choses comme ça"

Stop ou encore ? Noah a "envie de revivre des choses comme ça"

Le 27/11/2017 à 00:40Mis à jour Le 27/11/2017 à 00:41

COUPE DAVIS – Deux ans après son retour au poste de capitaine, Yannick Noah a guidé son groupe vers le Saladier d'argent. Va-t-il poursuivre l'aventure la saison prochaine ? Pas de réponse définitive dimanche soir après la finale, mais la tendance semble pencher clairement vers un "oui".

Il y a une dizaine de jours, lorsqu'il avait dévoilé son groupe de six joueurs pour le stage préparatoire à la finale contre la Belgique, Yannick Noah avait évoqué son avenir. Il avouait y avoir "réfléchi", mais sans avoir pris de décision. Maintenant que la finale est passée, que le Saladier d'argent est gagné, il n'a toujours pas officialisé sa décision. Dimanche, ce n'était pas le moment de parler de ça, de parasiter la joie collective du groupe. Mais il a tout de même donné des pistes.

Un mot au public, d'abord, lors de la cérémonie protocolaire. Après avoir fait chanter la Marseillaise au public lillois, Noah a terminé par un "à l'année prochaine!" Il pouvait aussi bien s'appliquer à des retrouvailles avec l'équipe de France qu'avec lui. Au choix. Un tweet, ensuite, en guise de nouvel indice. Un "A bientôt. Merci !" laconique mais qui, en treize lettres, en dit finalement beaucoup. S'il ne veut pas prendre de décision à chaud, Noah semble tendre vers une poursuite de l'aventure, et ce week-end nordiste n'y est sans doute pas pour rien. "J'ai envie de revivre des choses comme ça, avoue-t-il. Quand on vit des moments comme ça, on a envie que ça recommence."

" Il y a encore beaucoup de gens à décevoir"

Ce que le capitaine a surtout laissé entendre, c'est que sa décision ne serait pas que sa décision. Il est prêt à repartir, mais si et seulement si tout le monde, du staff aux joueurs, valide le fait de poursuivre avec lui. "Je vais parler avec les gars, comme d’habitude, explique-t-il. Après chaque saison, on va débriefer. Mais évidemment, si tout le monde me demande de continuer, je continue. On va voir, ça dépend des gars. Parfois, c’est dur, aussi."

Mais l'envie semble là, alors qu'il paraissait au bord du dépôt de bilan émotionnel il y a deux mois et demi lors de la demi-finale contre la Serbie, au cours de laquelle il avait à peine masqué ses états d'âme. "Je suis motivé, motivé pour continuer à jouer pour les gens que j’aime et continuer à jouer", assure-t-il. Et puis, s'il peut continuer à enquiquiner ses détracteurs, il ne se gênera pas. En témoigne ce dernier argument en forme de boutade de nature à le faire rempiler : "Je suis toujours motivé parce qu’il y a encore beaucoup de gens à décevoir."

0
0