Battue par Shelly-Ann Fraser-Pryce jeudi à Lausanne, Elaine Thompson-Herah ne retrouvera pas sa grande rivale, forfait, samedi lors du meeting de Paris, mais la quintuple championne olympique aura à cœur de se racheter en faisant de nouveau trembler le sulfureux record du monde du 100 m de Florence Griffith-Joyner (10"49).

10"61 : La ligne droite historique de la fusée Thompson-Herah et le triplé pour la Jamaïque

Il n'y aura donc pas de troisième confrontation en sept jours entre les deux Jamaïcaines. "Très fatiguée" après sa victoire éclatante en Suisse (10 secondes et 60 centièmes, 3e temps de l'histoire), Fraser-Pryce a décidé de faire une pause, laissant sa compatriote continuer seule sa route vers le chrono de "Flo Jo".
Tokyo 2020
7e meilleure performance de l'histoire : la demie supersonique de Thompson-Herah sur 200m
02/08/2021 À 11:06
Si on m'avait demandé il y a quelques années s'il était possible de battre le record, j'aurais répondu non. Maintenant, il est dans mon viseur.
Longtemps jugée inaccessible, la performance de l'Américaine, qui date de 1988, semble plus que jamais menacée depuis la course supersonique de Thompson-Herah samedi dernier à Eugene (Etats-Unis).
Auréolée de son fabuleux triplé olympique à Tokyo (100 m, 200 m, relais 4x100 m), la coureuse de 29 ans a marqué les esprits avec un succès sur 100 m en 10 secondes 54 centièmes, à seulement cinq centièmes de Griffith-Joyner, prouvant qu'elle était en mesure de casser une barrière que l'on pensait jusqu'ici infranchissable.
Sa défaite à Lausanne dans un temps qui reste exceptionnel (10"64), malgré une météo peu adaptée pour le sprint (18 degrés, vent très frais), n'est pas de nature à modifier le rapport de forces en sa faveur dans la chasse au record du monde. "Si on m'avait demandé il y a quelques années s'il était possible de le battre, j'aurais répondu non. Mais maintenant, il est dans mon viseur et c'est possible", a-t-elle reconnu.

Warholm, Mawem, Thompson-Herah, Rojas... Le top 10 des records à Tokyo

Mais comment un chrono considéré comme inatteignable durant des années est-il soudainement devenu abordable ? "On est entré dans une autre ère depuis deux-trois ans avec une évolution technologique tant sur les pistes que sur les chaussures, analyse pour l'AFP Guy Ontanon, ex-entraîneur des sprinteurs Christine Arron et Jimmy Vicaut. Il y a également l'apport de l'entraînement, qui a changé depuis 30 ans avec une meilleure gestion des récupérations, des compétitions, des charges subies pendant les séances."

Thompson-Herah aura besoin de "conditions parfaites" pour faire tomber le record

Selon le technicien français, Thompson-Herah, équipée par Nike tout comme Fraser-Pryce, bénéficie indéniablement de la supériorité de modèles de chaussures de l'équipementier américain face à la concurrence. "Je pense que les chaussures Nike ont un avantage sur d'autres chaussures et ça leur permet d'avoir un temps avance sur les autres", estime-t-il.
"Les nouvelles chaussures agissent sur l'efficacité de la foulée et aident particulièrement les athlètes déjà aériennes, comme Thompson-Herah, à mieux conserver leur vitesse dans les 20 derniers mètres", détaille pour l'AFP Dimitri Demonière, responsable du sprint à la Fédération française d'athlétisme.
C'est une des rares athlètes à prolonger son accélération (...), elle se rapproche en cela des meilleurs hommes
Guy Ontanon souligne aussi les caractéristiques propres de Thompson-Herah, qui lui ont permis de venir titiller le record du monde de Griffith-Joyner. "C'est une des rares athlètes à prolonger son accélération très proche des 50-60 mètres. Elle se rapproche en cela des meilleurs hommes. Quand on voit Shelly-Ann Fraser-Pryce se redresser au bout de 30 mètres, Elaine Thompson-Herah prolonge cette phase de poussée au-delà de 40 m", explique-t-il.
Ketty Cham, entraîneure du hurdleur français Wilhem Belocian, insiste également sur sa "capacité d'accélération au sol, qui la renvoie vers l'avant". "Elle avait cette qualité technique avant les nouvelles chaussures, ajoute-t-elle. Chez elle c'est exceptionnel. Elle est placée, gainée, très efficace. Son temps de contact au sol a l'air très faible. C'est un modèle technique."

Elaine Thompson-Herah, reine du 100 mètres aux Jeux Olympiques de Tokyo, le 31 juillet 2021

Crédit: Getty Images

Seul petit défaut identifié : "Elle a un problème sur sa mise en action, ce n'est pas la meilleure partante, elle a du mal à se redresser, elle n'est pas grande (1,69 m) mais elle a de grandes jambes qu'elle met du temps à déplier", indique Ketty Cham. Pas de quoi décourager la Jamaïcaine, qui dit attendre avec impatience "la course parfaite dans des conditions parfaites" pour effacer le record du monde et entrer définitivement dans la légende de l'athlétisme.
Tokyo 2020
10"61 : La ligne droite historique de la fusée Thompson-Herah et le triplé pour la Jamaïque
31/07/2021 À 13:11
Athlétisme
Championnats de Jamaïque : Doublé 100-200m pour Thompson
24/06/2019 À 07:10