Getty Images

Les Bleues ont des démons à exorciser

Les Bleues ont des démons à exorciser

Le 06/07/2019 à 23:04Mis à jour Le 07/07/2019 à 19:31

EUROBASKET FEMININ - Battues lors de leurs trois dernières finales à l’Euro, les Françaises veulent à tout prix inverser la tendance face à l’Espagne, ce dimanche (20h30). Notamment grâce à une solidité mentale retrouvée et un esprit de groupe qui les transcende.

En histoire d’amours déçus, les basketteuses françaises s’y connaissent. Alors que le Tour de France démarre, les joueuses de Valérie Garnier nous rappellent étrangement un autre loser magnifique du sport français : Raymond Poulidor, habitué à échouer sur la deuxième ou la troisième place du podium de la Grand Boucle. Depuis quelques années, celles qu’on appelait « Les Braqueuses » passent toujours à côté de l’or à l’Euro. Dimanche, face à l’Espagne, elles joueront leur 4e finale de suite, et tenteront d’effacer une triste série de… 3 échecs.

A chaque fois, en 2013, 2015 et 2017, les Bleues ne sont reparties de leur finale qu’avec des larmes, et un argent amer autour du cou. Les deux dernières fois en 2015 à Budapest face à la Serbie (76-68) et en 2017… déjà face à l’Espagne (71-55), les tricolores sont passées à côté de leur match. Il y a 6 ans, en revanche, les Ibères ne s’étaient imposées que d’un point, et tout s’était joué dans les 30 dernières secondes du quatrième quart-temps. Le tout sur le sol Français. "On en a assez de finir les compétitions par une défaite, a donc tonné Garnier avant l’Euro. On veut les finir par une victoire. Il faut que le staff et les joueuses œuvrent pour cet objectif".

"L'argent ne m'intéresse pas du tout"

"Les organismes commencent à fatiguer, mais mentalement on est fortes. On l'a encore prouvé, c'est une de nos forces, disait Alexia Chartereau dans des propos rapportés par Ouest-France. Tout au long de la compétition, on s'est concentré sur nous. On doit continuer sur cette ligne", expliquait l’intérieure, quand sa partenaire Marine Fauthoux a carrément lâché : "L'argent ça ne m'intéresse pas du tout. On est là pour gagner". On l’aura compris, les Bleues ont les crocs, mais cela suffira-t-il pour dévorer les championnes d’Europe en titre, 3es de la dernière coupe du monde et qui comptent, parmi leurs nombreuses stars, la pivot candidate au titre de MVP Astou Ndour ?

Pariez sur le Basketball avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0