Ce Mondial 2006 aura été indécis jusqu'au bout. Après de superbes demi-finales, les Japonais pensaient avoir eu leur lot de surprises. Il n'en fut rien ! Sans Pau Gasol, les Espagnols ont réussi l'exploit de se débarrasser de la Grèce. Les champions d'Europe ne devaient pourtant faire qu'une bouchée des Ibériques. Le fabuleux doublé Euro-Mondial leur été même promis à la suite de leur impressionnant succès face aux Etats-Unis. Mais tout a encore été chamboulé.
Malgré l'absence de son pivot éclaireur, de son leader "primero", l'Espagne a fait exploser la redoutable Grèce. Les joueurs de Pepu Hernandez, dont le meilleur résultat jusque-là était une quatrième place en 1982, ont rompu le signe indien. Eux qui n'avaient jamais remporté la moindre compétition. Leur réputation de "loser" est aujourd'hui oubliée. Grâce à une première mi-temps atomique et une adresse impressionnante dimanche, ils sont au sommet du basket mondial et peuvent voir l'avenir sereinement.
Mondial 2006
Parker: "Encore un écart"
14/09/2006 À 06:15
Survoltés par l'absence de Gasol
L'absence de Pau Gasol a bien été le fait majeur du match. Mais pas comme on pouvait le penser. Survoltés par cette blessure, les Espagnols ont fait déjouer les pronostics. Très adroits mais également, puissants à l'intérieur grâce à Carlos Jimenez, Jorge Garbajosa et Marc Gasol, frère cadet de Pau, ils ont dominé le match de bout en bout et dans tous les compartiments du jeu. Grâce à une défense de fer très variée, les Ibériques ont pris les Grecs à la gorge en les obligeant souvent à prendre des tirs inhabituels (31% de réussite à la pause).
Dès le début de la rencontre, l'Espagne donne le ton. Sûrement déconcentrés par leur victoire sur les Etats-Unis, les Hellènes, pourtant très expérimentés, ne sont pas le rythme. Ils sont dépassés en termes d'engagement et laissent les Espagnols imposer leur tempo. Et après un premier show de Jose-Manuel Calderon et Juan-Carlos Navarro, l'Espagne creuse l'écart à la fin du premier quart temps (16-9, 8e) avant de s'envoler. C'est Jorge Garbajosa qui va donner le coup de poignard. L'intérieur de Malaga réussit trois paniers primés de suite au début du deuxième quart temps pour assommer les Grecs. Ces derniers déjouent complètement et à la pause, les Espagnols possèdent un matelas confortable (43-23).
Navarro et Garbajosa irrésistibles
Après la mi-temps, l'Espagne contrôle parfaitement le match. Derrière un Juan-Carlos Navarro irrésistible, les coéquipiers de Pau Gasol gardent leur avance. Les Grecs tentent le tout pour le tout mais rien ne rentrent. Ils forcent leurs tirs (38% de taux d'adresse dans les tirs à deux points et 24% à trois points contre 45% et 40% à leurs adversaires) et perdent leur jeu léché. Les coéquipiers de Spanoulis, loin de son niveau, laissent le titre mondial.
Pour leur dernier match au Japon, les champions d'Europe reçoivent une belle correction. A la surprise générale, l'Espagne s'offre son premier titre. Au moment où on s'y attendait le moins après la blessure de Pau Gasol. Avec ce succès, les Espagnols ont déjà leur billet pour les JO 2008 et pourront jouer sans pression le prochain Euro qui se déroulera chez eux l'année prochaine. La suprématie espagnole ne fait peut-être que commencer...
GRECE - ESPAGNE 47-70 (18-12, 25-11, 11-11, 16-13)
Grèce: 18 paniers (dont 5 sur 21 à 3 pts) sur 55 tirs (33%) - 6 LF sur 12 tentés - 34 rebonds (Kakiouzis 9) - 9 passes décisives (Papaloukas et Diamantidis 3) - 4 contres - 4 interceptions - 18 balles perdues - 19 fautes personnelles - joueur éliminé: Diamantidis (37e)
Marqueurs: Papaloukas (10), Schortsianitis (2), Spanoulis (4), Vasilopoulos (0), Fotsis (7), Hatzivrettas (0), Dikoudis (1), Tsartsaris (0), Diamantidis (4), Papadopoulos (2), KaKiouzis (17)
Espagne: 26 paniers (dont 12 sur 30 à 3 pts) sur 61 tirs (43%) - 6 LF sur 11 tentés - 42 rebonds (Jimenez 11) - 16 passes décisives (Garbajosa et B. Rodriguez 4) - 2 contres - 9 interceptions - 18 balles perdues - 12 fautes personnelles
Marqueurs: Fernandez (0), Cabezas (1), Navarro (20), Calderon (7), Reyes (10), Jimenez (4), S. Rodriguez (0), B. Rodriguez (6), M. Gasol (2), Mumbru (0), Garbajosa (20)
Mondial 2006
Un bilan bleu plutôt mitigé
04/09/2006 À 05:15
Mondial 2006
Gasol, la drôle de consécration
03/09/2006 À 18:15