Eurosport

Anthony van Dyck gagne le Derby d’Epsom au terme d’une splendide lutte

Anthony van Dyck gagne le Derby d’Epsom au terme d’une splendide lutte

Le 03/06/2019 à 11:33

Samedi, l’hippodrome d’Epsom a accueilli son traditionnel Derby. Après une fantastique bataille, Anthony van Dyck a remporté le premier Groupe 1 de sa carrière. Aidan O’Brien est entré un peu plus dans l’histoire de cette course.

La reine Élisabeth II est une grande passionnée de courses hippiques. Quelques jours avant le Meeting Royal Ascot, elle s’est déplacée pour suivre le deux cent quarantième Derby d’Epsom. Comme de nombreux fans, elle n’a pas dû être déçue de ce splendide spectacle! Pendant du QIPCO Prix du Jockey-Club, ce Groupe 1 a réuni treize mâles de trois ans, dont sept entraînés par l’incroyable Aidan O’Brien. Dans une course menée par Sovereign, Broome et Sir Dragonet ont patienté en milieu de peloton. Dans la ligne droite, une lutte exceptionnelle s’est engagée. Madhmoon et Broome ont attaqué les premiers avec Sir Dragonet. Cinq chevaux se sont disputé la victoire. Finalement, Anthony van Dyck a fini très fort à la corde et est venu arbitrer les débats. Les écarts à l’arrivée ont été infimes: demi-longueur, nez, courte tête et courte tête entre les cinq premiers. Anthony van Dyck a devancé Madhmoon, Japan et Broome. L’invaincu et supplémenté Sir Dragonet, dont l’entourage a dû débourser 85.000 livres sterling (soit un peu plus de 96.000 euros) pour qu’il puisse participer à la course, n’a pu faire mieux que cinquième.

Aidan O’Brien toujours plus fort

Anthony Van Dyck n’était pas le plus attendu dans la délégation O’Brien. Lauréat d’un Groupe 2 au Curragh à deux ans, il avait ensuite été battu par Quarto dans les Vincent O’Brien National Stakes (Gr.1). En fin d’année, il avait terminé troisième du Darley Dewhurst Stakes (Gr.1) à Newmarket avant de tenter sa chance sans réussite dans la Breeders’ Cup Juvenile Turf. Cette année, il a effectué sa rentrée dans une Listed à Lingfield. Son jockey Seamie Heffernan n’avait plus gagné de Groupe 1 depuis la Tattersalls Gold Cup en 2018 avec Lancaster Bomber.

Pour Aidan O’Brien, l’exploit est retentissant. Depuis Galileo, père d’Anthony van Dyck, en 2001, il a inscrit sept fois son nom au palmarès de la course. Hier, il a égalé les performances de Robert Robson, John Porter et Fred Darling. «C’est vraiment incroyable», explique l’entraîneur de Ballydoyle. «Nous n’avons jamais pensé que nous serions dans la situation actuelle. Nous travaillons avec les meilleures personnes, les meilleurs chevaux, avec d’incroyables pedigrees, et dans les meilleures installations. Nous nous sentons dans une position unique.»

Anthony van Dyck pourrait désormais disputer l’Irish Derby (Gr.1) le 29 juin au Curragh. Son père Galileo avait réalisé ce doublé en son temps.

0
0