Eurosport

France Galop et Au-delà des pistes signent un accord pour la reconversion des chevaux de course

France Galop et Au-delà des pistes signent un accord pour la reconversion des chevaux de course

Le 31/05/2019 à 15:24

Début mai, la filière hippique a officialisé une avancée en matière de bien-être animal. La retraite des chevaux de course a fait l’objet d’un accord entre France Galop et Au-Delà des Pistes. Au total, 350 000 euros vont bénéficier à la seconde carrière des galopeurs.

Le bien-être des chevaux a toujours fait l’objet d’un débat important dans la quête d’un public nombreux. En France, près de dix mille chevaux de galop sont à l’entraînement. Récemment, des vidéos ont terni l’image des courses, à l’image de celle d’Attention Baileys. Au-Delà des Pistes est une association créée en 2016 par des éleveurs et propriétaires. Ses objectifs sont simples. Le premier est de sensibiliser les professionnels à la reconversion des chevaux vers une seconde carrière, et de contrôler un réseau. Le deuxième objectif est de promouvoir la polyvalence des galopeurs reconvertis auprès des cavaliers de sports équestres. En troisième lieu, le contrôle d’un réseau national d’établissements agréés permet de suivre cette reconversion.

350.000 euros pour le bien-être des chevaux 

Début mai, un partenariat entre France Galop et Au-Delà des Pistes a été signé. Grâce à cet accord, 350 000 euros ont été débloqué en faveur de la reconversion des coursiers. Dans le détail, 250 000 euros seront prélevés chaque année sur le prix des courses. Cela permet à tous les professionnels de participer à cette action. Ensuite, 50 000 euros seront prélevés sur les fonds propres de France Galop, tandis que la même somme sera issue de la contribution volontaire des acteurs du monde des courses.

France Galop s’est également engagé à fournir toutes les informations sur un cheval en fin de carrière. En outre, Au-Delà des Pistes sera financièrement aidé pour accueillir les chevaux vulnérables. L’association s’attachera notamment à surveiller la vie des animaux placés après leur fin de carrière dans des structures situées partout en France. L’établissement recevra 300 euros pour chaque cheval qu’il accueillera. Enfin, une visite annuelle devra être effectuée pour contrôler l’établissement.

0
0