2018, 2019, 2021… Il est sans conteste le roi du Mur de Huy. A chacune de ses trois dernières participations à la Flèche Wallonne, Julian Alaphilippe (Quick-Step Alpha Vinyl) a écoeuré la concurrence, , tant sa maîtrise des derniers hectomètres de l’ascension finale est chaque année à son paroxysme.
Si 2020 manque à son palmarès, c’est uniquement en raison du titre mondial du Montluçonnais, qui avait pris la décision de ne pas s’aligner en Belgique pour digérer son exploit. Mercredi, le détenteur du maillot arc-en-ciel s’avancera une nouvelle fois avec la pancarte d'"ultra-favori", comme le décrit notre consultant Steve Chainel, et peut revenir à un succès du recordman de l'épreuve, Alejandro Valverde (5).
Tour de France
Alaphilippe au départ du Tour ? "Je pense que la décision sera prise lundi"
26/06/2022 À 16:28
Premium
Cyclisme

Flèche Wallonne 2022

02:25:25

Replay

"Je pense qu'il est à 100%"

Mais dans quel état de forme Julian Alaphilippe arrivera-t-il cette saison sur sa course de prédilection ? Certes, le coureur français a connu quelques péripéties, telles une chute provoquée par sa propre voiture sur la Flèche brabançonne, ou encore le fait de ne pas participer à l’Amstel Gold Race, notamment en raison d’un changement de calendrier dû au premier tour de l’élection présidentielle française. Mais Steve Chainel est formel : "Je pense qu'il est à 100%."
Après un début de saison plutôt réussi sur le Tour de la Provence (2e du général et maillot vert), Julian Alaphilippe a connu des Strade Bianche (58e) et un Tirreno-Adriatico (33e) compliqués. Mais le double champion du monde en titre a su se reprendre au meilleur des moments, avant d’entamer la période de classiques belges. Comme souvent, son Tour du Pays basque, où il a glané une étape et réalisé deux deuxièmes places, lui a fait le plus grand bien.

Une chute bête et une grosse inquiétude pour Alaphilippe

"C'était hyper important pour lui de préparer la Flèche Wallonne et Liège-Bastogne-Liège avec le Tour du Pays basque, explique l’ancien coureur. Chaque année, on se dit que Julian n'est peut-être pas au top et finalement la Flèche wallonne reste sa course fétiche." Mais comme l’an passé, la concurrence sera rude, même en l'absence de certains grands noms.

L’armada UAE, les Français sur le coup

David Gaudu (Groupama-FDJ) est par exemple déjà forfait (malade), et la Jumbo-Visma a annoncé mardi la composition de son équipe, sans Primoz Roglic. C’est pourtant avec le Slovène qu’Alaphilippe avait dû batailler jusque dans les derniers mètres, l’année dernière, avant de lever les bras en haut du Mur de Huy. Un final à couper le souffle qui pourrait néanmoins se reproduire avec un autre coureur, compatriote cette fois-ci.
Le principal adversaire de Julian sera clairement Benoît Cosnefroy
"Le principal adversaire de Julian sera clairement Benoît Cosnefroy, parie Steve Chainel. Il a déjà fait 2e de la Flèche wallonne (en 2020), il est en énorme confiance et il ne va pas trop réfléchir sur comment jouer avec Julian, même si Julian reste l'archi-favori." En termes de statistiques en tout cas, le Français d’AG2R-Citroën bénéficie d’une dynamique très positive. Après ses deux deuxièmes places sur l’Amstel Gold Race et la Flèche Brabançonne, Cosnefroy, tout comme Warren Barguil (Arkea-Samsic), également cité, aura les crocs pour attaquer le Mur de Huy (1,3 km à 9,6%).
Mais les Français ne seront pas seuls. Pour Movistar, Alejandro Valverde n'a pas dit son dernier mot, tandis que le Team UAE Emirates a décidé d’aligner la grosse artillerie pour s’offrir une nouvelle classique belge, deux saisons après la victoire de Marc Hirschi, qui sera bien présent. En revanche, le leadership de la formation des Emirats ne sera pas clairement défini, puisque Tadej Pogacar, double vainqueur du Tour de France, a décidé de s’aligner sur l’épreuve, avant d’aller défendre sa couronne sur Liège-Bastogne-Liège.

Valverde sur les raisons de sa longévité : "Ce n’est pas un sacrifice de prendre soin de moi"

Attention à un Pogacar revanchard...

"Pour ces courses ardennaises, nous avons une équipe très dynamique, assure le coureur slovène auprès de la RTBF. La forme est bonne et je pense que je peux faire quelque chose de bien, mais dans l’ensemble, l’équipe est très forte et nous aurons des options, ce qui est toujours un avantage."
Des options nommées Pogacar, Hirschi mais aussi Diego Ulissi, puisque l’Italien, même si ses dernières apparitions sont moins clinquantes que celles du dernier vainqueur du Tour, avait terminé 3e de l’épreuve en 2019. Tadej Pogacar sera, lui, animé d’un sentiment de revanche après son sprint raté lors du Tour des Flandres, dernière fois qu’il est apparu en compétition, il y a un plus de deux semaines.

Le sprint analysé par Jacky : "Pogacar ne peut s’en prendre qu’à lui-même, c’est son erreur"

Pression sur le Wolfpack

Comme (presque) toujours, la victoire devrait se disputer dans l’ultime difficulté du parcours. Un mur dont les pentes les plus abruptes dépassent les 20%. "Julian Alaphilippe a ce rapport poids-puissance sur trois minutes qui fait de lui le meilleur puncheur du monde, analyse notre consultant. Il a cette capacité d'explosivité assez incroyable et il ne fait que ça depuis presque 15 ans, quand il avait commencé en cyclocross."
Outre la concurrence, un bémol subsiste au sein de la formation Quick-Step Alpha Vinyl. Le "Wolfpack" est bien moins tranchant cette année dans les classiques que les saisons précédentes. Aucun podium depuis celui de Kasper Asgreen sur les Strade Bianche, début mars, et une 6e place pour le Danois, il y a une dizaine de jours, sur l’Amstel Gold Race. Maigre bilan.

Evenepoel en co-leader dimanche ?

"Il va y avoir une grosse pression et attente sur Julian et Remco Evenepoel, insiste Steve Chainel. Alaphilippe est archi-favori sur la Flèche wallonne. Liège-Bastogne-Liège, en revanche, peut convenir à Evenepoel. Je suis moins inquiet pour eux que sur Paris-Roubaix dimanche, où, sur les pavés, ils ont été en-deçà de ce qu'on pouvait espérer."
La Flèche wallonne passée, Alaphilippe se tournera vers son gros objectif de ce début de saison : Liège-Bastogne-Liège, dimanche. S’il court après le Monument belge depuis plusieurs années, le coureur tricolore "la gagnera un jour", est convaincu notre consultant : "Cette année ou une autre". Quand bien même la forme serait là, le meilleur tremplin pour toucher sa cible est évidemment de remporter la Flèche.

Alaphilippe s’interroge : "Il me manque peut-être encore un peu de confiance, des automatismes…"

Championnats de France
Sénéchal a croqué Zingle et résisté à Turgis : sa victoire et sa joie en vidéo
26/06/2022 À 14:38
Championnats de France
Alaphilippe trépigne : "C'est bien beau de s'entraîner mais j'ai besoin de courir"
25/06/2022 À 15:58