Vous ne le connaissiez peut-être pas, et pourtant… Hormis Filippo Ganna (Ineos Grenadiers) le champion du monde de la spécialité, l’homme le plus régulier en contre-la-montre depuis le début de la saison 2021 s’appelle Stefan Bissegger (EF Education – Nippo). Après une deuxième place sur le chrono de l’UAE Tour derrière Ganna, il s’est adjugé ce mardi sa première victoire en World Tour lors de la 3e étape de Paris-Nice, un contre-la-montre de 14,4km autour de Gien.
Et il s’est imposé avec la manière en devançant le champion de France, Rémi Cavagna (Deceuninck-Quick Step), Primoz Roglic (Jumbo-Visma), vice-champion du monde 2017, Rohan Dennis (Ineos Grenadiers), double champion du monde et le double champion d’Europe Victor Campenaerts (Team Qhubeka – ASSOS). Du (très) beau monde en somme.
Une performance que l’on pourrait caractériser d’extraordinaire pour ce jeune coureur de 22 ans qui n’a que six mois d’expérience en World Tour. Mais pour autant, le Suisse n’est pas surpris par ce qu’il a réalisé : "J'ai beaucoup travaillé pour ça, a-t-il expliqué. Le contre-la-montre, c'est vraiment mon truc, je viens de la piste. Les parcours assez courts comme celui-là me conviennent bien. Je savais que ce serait serré, on m'avait prévenu dans l'oreillette qu'il fallait garder du punch pour la montée d'arrivée. Je m'entraîne beaucoup avec le vélo de contre-la-montre, je le manie plutôt bien. Je suis vraiment très content".
Paris - Nice
Critiqué dans la victoire, moqué dans la défaite : Roglic, la défiance permanente
15/03/2021 À 22:58

Bissegger, nouveau porteur du maillot jaune : "J'espère que je vais le garder"

Aérodynamisme comme maître-mot

S’il a surpris son monde, beaucoup le voyaient venir. Son directeur sportif au sein de la formation EF Education – Nippo a ainsi tweeté, peu après son passage sur la ligne : "Pour les amateurs de technologie : Stefan Bissegger a la CDA la plus basse de tous les cyclistes que je connais". Mais qu’est-ce que la CDA ? C’est le Coefficient of Drag, autrement dit la mesure de l’aérodynamisme d’un coureur cycliste sur son vélo. Selon Jonathan Vaughters, son coureur est le plus aérodynamique de tous. Une qualité qui lui a permis de faire la différence en fin de course. Son coup de pédale est effectivement l’un des plus efficace du peloton.
Cet aspect permet à Stefan Bissegger de briller sur différents types de terrain. En 2019, lors de sa dernière saison chez les espoirs, il remporte une étape du Tour de l’Ain au sprint devant Lorenzo Manzin et Anthony Maldonado puis une étape de moyenne montagne au Tour de l’Avenir. Et en fin de saison, il termine vice-champion du monde espoir de la course en ligne sur un parcours au final escarpé devant Thomas Pidcock et Sergio Higuita. Pour ce qui est du contre-la-montre, il avait créé la surprise en 2020, en prenant la 3e place de celui du BinckBank Tour derrière Soren Kragh Andersen et Stefan Kung, alors que ce n’était que son quatrième jour de course en professionnel.
Avec sa bonne pointe de vitesse et sa capacité à passer les bosses, il est en droit d’espérer conserver son maillot jaune encore quelques jours. C’est d’ailleurs un objectif pour le coureur suisse : « C'est l'une des plus grandes courses de la saison, avoir le maillot jaune est donc quelque chose d'extraordinaire. C’est vraiment sympa d’être dans cette situation et on va essayer de le garder ». Pour arriver à ses fins, il pourra compter sur le soutien de ses coéquipiers dont Magnus Cort et Daniel Arroyave. La quatrième étape de Paris-Nice emmènera les coureurs de Chalon-sur-Saône à Chiroubles avec une montée finale de 7,3 kilomètres à 6% de moyenne. Mais le coureur de la formation EF Education Nippo n'est pas à son aise dans les longues ascensions. Arrivera-t-il à créer la sensation ? Avec lui, il faut s’attendre désormais à tout.

L'arrivée de Bissegger en vidéo

Paris - Nice
Roglic et ASO, une histoire d’amour qui finit toujours mal
14/03/2021 À 23:07
Paris - Nice
Un scénario dingue et le calvaire de Roglic : le résumé de l'ultime étape
14/03/2021 À 19:30