Avec Primoz Roglic, on ne s’ennuie pas. L’image rébarbative d’une Jumbo-Visma calculatrice qu’il a un temps symbolisée ? Envolée. Le double tenant du titre a pris des risques mardi, lors de la 10e étape de la Vuelta. Des risques qui se sont partiellement retournés contre lui et qu’il a assumés. "Sans risque, pas de gloire", a-t-il ainsi déclaré peu après avoir franchi la ligne.
Rappel des faits. Le peloton se dirigeait vers une fin de course relativement tranquille, Roglic laissant de bon cœur son maillot rouge à Odd Christian Eiking (Intermarché-Wanty Gobert), coureur le mieux placé d’une échappée qui avait pris depuis bien longtemps le large. Puis, dans l’unique ascension répertoriée du jour, le leader de la course a accéléré et déposé tous ses rivaux.
Tour d'Espagne
Roglic n'est plus leader et se fait des frayeurs, Storer encore vainqueur
24/08/2021 À 15:19

Il est insatiable : Roglic a tenté d'enfoncer le clou dans le final

Il faut dire que l’ascension en question s’y prêtait bien plus que ses 10,9 km à 4,9% ne le laissaient entendre. Avec une partie finale à 10%, l’écrémage pouvait s’opérer. Mais il restait quinze bornes à parcourir, et Roglic semblait tant contrôler les événements sur ce Tour d’Espagne que son accélération a eu de quoi laisser pantois.

"Il y a eu de l’action !"

Le Slovène a basculé en direction de l’arrivée avec 18 secondes d’avance sur un trio de poursuivants composé d’Enric Mas, Miguel Angel Lopez (Movistar) et Jack Haig (Bahrain-Victorious). Soit ses trois adversaires les plus menaçants au général. Pour éviter le coup d’épée dans l’eau, il s’est lancé dans la descente à pleine vitesse. Un virage raté et une glissade plus tard, Roglic voyait revenir tout ce beau monde.

Le maillot rouge au sol : Roglic a joué avec le feu et il s'est brûlé... sa chute en vidéo

"Il y a eu de l’action !", s’est enthousiasmé le 2e du Tour de France 2020, plutôt rassurant sur son état de santé après son gadin : "Je ne suis qu’un peu touché, ça aurait pu être pire." Son coup de force surprise et en partie avorté n’a pas de quoi le désespérer, notamment parce qu’Egan Bernal et Adam Yates ne l’ont pas revu, malgré sa chute. Le duo d’INEOS Grenadiers a perdu 37 secondes dans l’affaire. "Ce n’est pas si mauvais, comme résultat", peut ainsi sourire Roglic.

"C’est le vélo : attaquer, puis exploser"

Pour Bernal, c’est plutôt la soupe à la grimace, ce mardi à Rincon de la Victoria. "Tout pouvait arriver", a déclaré le Colombien, qui n’a donc pas été étonné par l’attaque de Roglic. Il a tenté d’y répondre sans se mettre dans le rouge. Raté. "Je me sentais bien dans la montée et j’avais de bonnes jambes… jusqu’à ce que je me gare", résume-t-il.
Le lauréat du Giro cette année n’estime pas avoir commis d’erreur tactique : "C’était un peu l’instinct du coureur (…) Je suis sorti à sa poursuite. C’est le vélo : attaquer, puis exploser." Le vélo, c’est aussi parfois gérer. Et Enric Mas s’est félicité de la façon plus prudente de courir de sa formation, la Movistar, qui garde deux belles cartes pour le classement général.

Roglic à terre, Eiking en rouge, Storer dans la lumière : le résumé d'une 10e étape folle

Mas, la bonne opération sur toute la ligne

"On ne s’attendait pas à ce que Roglic attaque, a expliqué Mas, dans des propos rapportés par son équipe. Nous avons bien réussi à maintenir l’écart avec Miguel Angel [Lopez] (…) La descente était très dangereuse (…) Je suis très heureux parce que l’on a évité les chutes."
Au contraire donc de Roglic, qui a aussi pointé du doigt une "route glissante" et n'a toujours "que" 28 secondes de marge sur Mas. Mais un matelas virtuel un peu plus épais, en tenant compte du chrono final de cette 76e Vuelta et de son statut de champion olympique du contre-la-montre. A condition d'être en pleine possession de ses moyens.
2e de la Vuelta en 2018 et 4e au soir de la 10e étape, Enric Mas raconte avoir pris des nouvelles de l’homme à battre de ce Tour d’Espagne, qui figure au 3e rang, derrière Eiking et Guillaume Martin : "J’ai demandé à Roglic s’il allait bien. Il m’a remercié et il m’a dit qu’il n’avait rien." Rien perdu ni rien gagné par rapport à Mas, surtout. Mais certainement pas rien tenté.

Durand : "Si j'étais manager de la Jumbo-Visma, j'aurais arrêté Roglic"

Cyclisme
Alaphilippe au panthéon, Pogacar omnipotent : revivez les grands moments de la saison
18/10/2021 À 15:50
Tour de Lombardie
Fritsch : "Roglic semble être le grand favori… mais je miserais plus sur Pogacar"
07/10/2021 À 17:35