C’était presque une anomalie. Jusqu’à ce dimanche 2 mai 2021, Rémi Cavagna n’avait jamais remporté de contre-la-montre en World Tour. Pourtant, ce n’était pas faute d’avoir entrevu le succès dans son domaine de prédilection face au gratin du cyclisme mondial. Mais le champion de France du chrono avait inlassablement buté sur un homme, ou deux, à coups de secondes frustrantes. Lauréat de la dernière étape du Tour de Romandie, le voilà prêt à regarder de l’avant sereinement.
"Je voulais vraiment gagner, c’était important, a commenté le rouleur de la Deceuninck-Quick Step, âgé de 25 ans. Je pense que cela va me faire du bien, cela va me débloquer pour la suite." Il n’a "pas écrasé la concurrence", comme il l’a stipulé face aux micros, mais cette fois-ci, le duel serré a basculé de son côté. Seulement battu par Stefan Bissegger (EF Education - Nippo) pour moins d’une seconde lors du chrono de Paris-Nice en mars, il a pris sa revanche, devançant le Suisse de 6 secondes. Geraint Thomas (INEOS Grenadiers, +17") a complété le podium du jour à Fribourg, s’adjugeant le classement général.
Thomas était pourtant en tête au pointage intermédiaire effectué à mi-course, pour 32 centièmes. Mais au lendemain d’une chute dans le final de la pénultième étape, il a semblé prendre peu de risque sur une route mouillée, le sacre lui tendant les bras. Cavagna, lui, était parti avant l’averse. Mais son succès repose aussi sur la bonne gestion de son effort : "Je suis parti prudemment, je savais que ça partait en descente, après il y avait une montée en pavés assez difficile, avec des passages à 12/13% tout le temps. J’ai essayé de prendre une bonne allure, de la maintenir jusqu’en haut puis d’accélérer." Cela a suffi, même si son avance sur Bissegger a fondu (de 17" à 6", donc).
Tour de Romandie
Trois ans après, Thomas voit enfin le bout du tunnel
02/05/2021 À 13:09

Stupéfaction : Geraint Thomas a chuté à moins de 50 mètres de la ligne d'arrivée

Le chrono inaugural du Giro, "objectif n°1"

Cavagna s’est "fait plaisir" et a ainsi conjuré le sort. Cela lui "tenait à cœur". Il l’a paradoxalement fait sur un parcours de 16,2 km qui n’était pas spécialement taillé pour ses qualités, selon lui : "Ce n’était pas forcément un contre-la-montre pour moi, vraiment technique, beaucoup de virages, beaucoup de lignes blanches, c’était vraiment glissant…" Le chrono du dernier Tour de Catalogne lui convenait peut-être plus par exemple. Il avait échoué au deuxième rang, à 5 secondes de Rohan Dennis (9e ce dimanche). Le grand jour n’arrive pas toujours quand on l’attend. Sur une épreuve que l’on a cochée. La preuve : l'Auvergnat visait plutôt une étape en ligne (la 3e, "sympa à essayer de remporter", qui arrivait à Estavayer) sur ce Tour de Romandie.
La prochaine course que Cavagna a dans son viseur, c’est le Giro (8-30 mai) : "J’avais vraiment envie de réussir aujourd’hui (dimanche) parce que je rentre à la maison, deux jours, et je repars tout de suite pour le Tour d’Italie." Il aura l’occasion d’y briller dès les premiers coups de pédale : "Cela commence par un prologue (un contre-la-montre de 8,6 km autour de Turin, NDLR). Cela sera l’objectif n°1."

Fritsch : "Le modèle Roglic n’est pas reproductible pour les autres favoris"

Tour de Romandie
"Tout le monde dit : 'Sagan est de retour', mais je ne suis jamais parti"
28/04/2021 À 19:05
Mondiaux sur route
Pourquoi Voeckler ne mise pas tout sur Alaphilippe (et a bien raison)
23/09/2021 À 21:22