AFP

Pour la Juventus Turin, le doublé Serie A - Coupe d'Italie est déjà là

Pour la Juve, le doublé est déjà là

Le 20/05/2015 à 23:19Mis à jour Le 21/05/2015 à 00:39

COUPE D'ITALIE - La Juventus Turin a dominé la Lazio Rome en finale de la Coupe d'Italie (2-1 après prolongation) pour décrocher son deuxième titre du printemps après le sacre en Serie A. La Vieille Dame peut désormais viser un triplé avec la finale de la Ligue des champions.

Plus qu’une victoire et la Juventus signera un magnifique triplé. Championne d’Italie, la Vieille Dame s’est offert la Coupe nationale en battant la Lazio mercredi au Stadio Olimpico… en attendant la Ligue des champions. Face au club romain, qui menait au bout de quatre minutes de jeu, rien n’a été facile. Mais les Bianconeri sont revenus au score rapidement grâce à Giorgio Chiellini (11e) et ont ensuite fait la différence en prolongation par Alessandro Matri (97e). Ils ne leur manquent plus qu’un final en apothéose contre Barcelone, le 6 juin en C1, pour rendre cette saison parfaite.

Les Catalans, eux, ont observé de près :

Rentré en toute fin de match en remplacement de Llorente (85e), Matri a animé une rencontre tombée dans un faux rythme. Il a même cru sceller le destin de cette finale dès ses premières touches de balle. Après un amour de passe d'Andrea Pirlo par-dessus la défense, l’attaquant italien a trouvé les filets adverses (87e). Mais son but a été refusé pour un hors-jeu tout sauf évident. Son deuxième tir, mal repoussé par Berisha, était lui bien valable (97e, 2-1) et a offert à la Juventus la dixième Coupe d’Italie de son histoire.

Djordjevic peut avoir des regrets

Face à un adversaire ultra-réaliste (seulement trois tirs cadrés en 120 minutes pour le Juve), les attaquants de la Lazio n’ont pas réussi à se montrer aussi pragmatiques. Le double poteau trouvé par Djordjevic (94e) juste avant le but décisif de Matri en est la parfaite illustration. Quasiment sans élan l’ancien Nantais a manqué de réussite et son équipe a vu la coupe s’envoler. La Lazio avait pourtant commencé très fort sa finale grâce à Stefan Radu, à l’affut sur un coup franc d’Antonio Candreva (4e, 0-1).

Mais après l’égalisation signée Giorgio Chiellini (11e, 1-1), les hommes de Piolo n’ont plus trouvé la faille. Danilo Cataldi (27e) n’a trouvé que les gants de Storari, vigilant après une main pas très ferme sur le but romain. Marco Parolo a, lui, manqué de précision (32e) pour reprendre l’offrande d’un Pogba fantomatique et auteur d’un contrôle de la poitrine incertain à l’entrée de sa surface. Mais malgré une prestation en demi-teinte de son milieu de terrain français et un manque d’inspiration évident de son attaque, c’est bien la Juventus qui décroche le trophée et qui montre au Barça qu’elle est bien décidée à ne rien lâcher cette année.

0
0