Le ballon roule de nouveau en Italie et la Botte va offrir aux fans de football un classique pour sa finale de Coupe d’Italie mercredi. Non pas un Derby d’Italie, mais tout de même un alléchant Juventus - Napoli au Stadio Olimpico, puisque les hommes de Gattuso ont réussi à conserver leur avance obtenue à l’aller (0-1 à Guiseppe Meazza) grâce à son match nul acquis sur sa pelouse du San Paolo (1-1) contre des Intéristes entreprenants et qui ont tenté d’y croire jusqu’au bout.

Serie A
L'Inter débute sa saison par une victoire folle
IL Y A 14 HEURES

Contrairement à la première demi-finale retour opposant la "Vieille Dame" et le Milan qui a accouché d’une souris malgré la qualification au bout pour les Bianconeri (0-0), ce duel entre Napolitains et Nerazzurri a donné le ton d’entrée avec l’ouverture du score pour les hommes de Conte, signé d’Eriksen, dont le corner rentrant tiré du droit a surpris la défense locale, notamment Di Lorenzo et Maksimovic, ainsi qu’Ospina ne maîtrisant pas la trajectoire du ballon (0-1, 2e). Un début de match rêvé pour les Lombards, qui ont multipliés les attaques et les tentatives, notamment par Candreva, très en vue quand il s’agit de tenter sa chance (16e et 40e) ou être impliqué sur les offensives des siens. Un de ses centres a d’ailleurs trouvé Eriksen dont la reprise a forcé Ospina à se coucher (21e). Lukaku s’est également distingué sur une tête repoussée par le gardien colombien (32e) et on ne voyait absolument pas comment le Napoli pouvait s’en sortir, éprouvant toutes les difficultés du monde à se montrer dangereux devant la cage d’Handanovic, malgré plusieurs ouvertures intéressantes.

Mertens meilleur buteur du club

Mais il suffit souvent d’une intuition et une relance soignée pour changer le cours d’une partie. A la suite d’un énième corner et une reprise captée dans un second temps signée Martinez, Ospina a lancé en contre son capitaine Insigne, qui s’en est allé tout seul sur le côté droit malgré une tentative désespérée de retour d’Eriksen avant de décaler son partenaire Mertens, crucifiant facilement Handanovic (1-1, 41e). Un but qui tombe à pic pour le Napoli. Et pour l’international belge : avec cette égalisation, il inscrit son 122e but sous les couleurs des Partenopei, devenant ainsi le meilleur buteur de l’histoire du club, devançant désormais son ancien partenaire et capitaine, le Slovaque Marek Hamsik (121).

Dans l’obligation d’inscrire un second but pour arracher la qualification, et malgré sa nette domination au cours du premier acte, les Intéristes ont bien essayé de pousser pour forcer la décision dans une seconde période plus enlevée et qui a mis les organismes des 22 acteurs à rude épreuve, malgré les cinq changements autorisés pour les entraineurs. Les ouailles de Gattuso ont logiquement reculé et l’Inter a monopolisé le cuir, tentant de le faire coulisser aisément pour trouver des brèches entre les lignes napolitaines. Une tactique payante, puisqu’après un coup-franc lointain mais dangereux d’Eriksen, vicieux par sa trajectoire et boxé des poings par Ospina (76e), l’ancien de Tottenham a buté une nouvelle fois sur le dernier rempart adverse après avoir senti la talonnade de Sanchez (81e), et dont n’a pas non plus profité Moses avec une tentative trop puissante et enlevée.

L’Inter a laissé passer sa chance et le Napoli, malgré des dernières minutes crispantes passées sur le reculoir, peut souffler et savourer sa qualification. Les Azzurri donnent rendez-vous à la Juventus, dont le dernier affrontement en finale de Coupe d’Italie date de 2012, débouchant sur une victoire (2-0) portant le sceau de Cavani et Hamsik. Une autre époque, mais le Napoli compte s’appuyer sur sa force collective pour sourire a nouveau après une saison plus que morose.

Coupe du monde
La Premier League rompt son accord de diffusion en Chine
03/09/2020 À 15:34
Transferts
Chelsea frappe fort et s'offre Harder
01/09/2020 À 18:36