L'affaire du brassard "One Love", interdit par la FIFA, agite ce début de Coupe du monde. Alors que les Allemands se sont couverts la bouche avant leur rencontre face au Japon (1-2) mercredi, pour protester contre l'instance internationale, Amélie Oudéa-Castera, la ministre française des Sports, s'est exprimée sur le sujet jeudi au micro de Public Sénat.
"Il y a encore des semaines devant nous durant lesquelles ils (ndlr : les joueurs de l'équipe de France) pourront être libres de s’exprimer, d’utiliser ces espaces de liberté pour porter leurs messages... Est-ce que j’aurais aimé qu’il y ait un espace de pleine liberté ? La réponse est clairement oui", a-t-elle indiqué.
Coupe du monde
Le Mexique éliminé, Martino quitte la sélection
IL Y A 6 HEURES
Interrogé sur les propos de la ministre des Sports en conférence de presse, Mattéo Guendouzi a réagi, tout en se rangeant derrière la position de Noël Le Graët. "C’est une femme politique. Elle dit ce qu’elle a envie de dire. Avec les joueurs, on a fait un communiqué pour bien expliquer notre ressenti par rapport à cette situation, a souligné le Marseillais. Honnêtement, il y a eu beaucoup de polémiques par rapport à tout ça, mais on est là pour jouer au football et prendre du plaisir sur le terrain. On n’est pas insensibles à cette situation, c’est sûr, mais on est là pour jouer au football et ça jusqu’à la fin."
Avant de s'envoler au Qatar, les Bleus ont fait savoir qu'ils soutiendraient des ONG "qui oeuvrent à la protection des droits humains". Et Hugo Lloris avait écarté l'idée de porter le brassard "One Love" quelques jours plus tôt, en conférence de presse.
Coupe du monde
Les Diables Rouges, un sursis pour survivre
IL Y A 7 HEURES
Coupe du monde
Szczesny : "J'ai parié 100 euros à Messi que le VAR ne donnerait pas penalty…"
IL Y A 7 HEURES