C'est comme s'il n'était jamais parti : pour son premier match depuis six semaines, Marco Verratti a livré une performance de qualité lors de la victoire italienne dimanche face au pays de Galles (1-0) et le brassard de capitaine pris à la pause montre combien Roberto Mancini compte sur lui. Un mois et demi après sa blessure au genou droit à l'entraînement avec le Paris SG, Verratti a tout de même débuté "piano piano". Il s'est échauffé avec beaucoup de soin et ses premiers gestes ont été prudents, les bandages bleu clair encerclant son genou étant là pour témoigner qu'il n'est pas encore à 100%.
Positionné en milieu relayeur gauche, à côté de Jorginho, il a donc d'abord joué la sécurité, passes simples et sans dribbles superflus. Mais le duo qu'il forme avec le Brésilien de naissance est bien rodé, dans un système en "doppio-play" (double meneur) qui a très vite été une des idées fortes de Mancini à sa prise de fonction. Alors, petit à petit, Verratti est entré dans son match et a été acclamé par le public du Stadio Olimpico pour une jolie séquence de conservation de balle, l'une de ses spécialités. La frappe enroulée n'en est pas une, au contraire, mais le Parisien s'y est tout de même essayé à la 28e minute, en conclusion d'une belle action personnelle.
Euro 2020
"Quand 90-95% de ton pays a des doutes..." : Mings a souffert psychologiquement avant l'Euro
HIER À 13:49

Déjà passeur

La montée en puissance s'est poursuivie avec un excellent ballon en profondeur pour Belotti, un tout petit peu trop court (37e), et s'est vue aussi aux fautes de plus en plus nombreuses des Gallois sur sa personne. Et à la 39e minute, après avoir obtenu lui-même le coup franc à 25 mètres sur la droite, il a trouvé Pessina au premier poteau pour l'ouverture du score italienne.
Quelques instants après cette passe décisive, la connexion Verratti-Pessina a failli fonctionner une deuxième fois et au retour aux vestiaires, le bilan était satisfaisant et rassurant: absent lors des deux premiers matches de l'Italie, le Parisien est apte et évolue déjà à un bon niveau.
"Je pense que Marco a besoin de jouer, cela fait maintenant pas mal de jours qu'il s'entraîne, y compris avec ses coéquipiers et il va bien", avait expliqué Mancini en conférence de presse. Il va tellement bien, qu'il a finalement joué l'intégralité de la rencontre, ce qui n'était pas une évidence au coup d'envoi. "Je me suis senti très bien. J'ai beaucoup travaillé pour revenir, ce n'était pas une blessure musculaire, c'était une blessure des ligaments. Je pense que ça va bien. Je suis arrivé à faire 90 minutes, c'est que ça va bien et je pense que ça ira pour la suite", a-t-il dit après le match, interrogé par la chaîne beIN Sports.

Avec le brassard

Le Parisien a certes été favorisé par le rythme très relatif des 45 dernières minutes, mais on a aussi noté qu'après la pause, "Marcolino" était revenu brassard au biceps, Bonucci ayant été remplacé par Acerbi. Cela confirme le poids du milieu de terrain du PSG dans le groupe italien, alors qu'il lui a souvent été reproché d'avoir tardé à prendre les clés de la Nazionale.
Avec 41 sélections à 28 ans, il est certes un cadre. Mais entre ses blessures récurrentes et le gros trou d'air traversé par les Azzurri en 2018, on ne l'a que rarement vu dans les grandes compétitions internationales. En 2016, il était blessé, en 2018, les Italiens ont raté la qualification pour la Coupe du monde, et il faut donc remonter au Mondial-2014 pour retrouver la trace du Parisien dans un grand tournoi.
Sept ans plus tard, son Euro 2020 est en tout cas désormais lancé et après l'excellent intérim assuré par Manuel Locatelli contre la Turquie et la Suisse, Mancini a donc maintenant un problème, de ceux qui plaisent aux sélectionneurs: avec Barella, Jorginho, Locatelli et Verratti, il a un titulaire en trop.

Marco Verratti

Crédit: Getty Images

Euro 2020
La FA ouvre une enquête indépendante après les débordements à Wembley
19/07/2021 À 13:44
Euro 2020
Victime de racisme, Saka cible les réseaux sociaux contre la haine en ligne
15/07/2021 À 17:41